Aller au contenu principal

Vivadour poursuit sa diversification avicole

Après deux exercices marqués par l’influenza, Vivadour retrouve des niveaux de production corrects malgré une baisse de la consommation en palmipèdes.

de gauche à droite : Delphin Guillaumey, (directeur des productions avicoles), Christian Laforêt (président des productions animales), Jean-Marc Gassiot (président du groupe Vivadour) et Jean-Marc Candau (directeur des agro-chaînes) © C. Chabasse
de gauche à droite : Delphin Guillaumey, (directeur des productions avicoles), Christian Laforêt (président des productions animales), Jean-Marc Gassiot (président du groupe Vivadour) et Jean-Marc Candau (directeur des agro-chaînes)
© C. Chabasse

« Nous ne cherchons pas à retrouver les niveaux de production d’avant influenza car nous sommes tous en crise sévère, a déclaré Christian Laforêt, président des productions animales de Vivadour à l’assemblée générale du 15 novembre. Il faut un appel à la raison et ne pas trop produire car nous devons redynamiser la consommation et redorer l’image du foie gras. »

1,658 million de canards gras (IGP ou Label Rouge) ont été produits en 2018-2019, en progression annuelle de 34 %. Il s’agit maintenant de pérenniser ce volume en misant sur la notoriété de l’IGP Canard à foie gras du Gers et sur la démarche PalmiG Confiance portée par l’interprofession. Vivadour maintient aussi sa filière oie grasse avec 180 000 oisons et 12 000 oies commercialisés régionalement. « L’oie a une petite place sur le marché grâce à notre schéma régional de production. »

Pionniers du bien-être animal

En volailles, Vivadour a produit 9,4 millions têtes, en constante progression depuis 10 ans grâce au Label Rouge du Gers et au poulet standard qui complète l’offre des abattoirs de Fermiers du Gers à Condom et Saramon. La coopérative prévoit 10 nouveaux bâtiments label et recherche des producteurs en standard. Une nouvelle production de poulets bios complète la filière. La nouvelle production « œuf bio du Gers » lancée en partenariat avec Cocorette, est une réussite avec 5 millions d’œufs vendus. 15 nouveaux producteurs vont rejoindre les 5 premiers et d’ici 2021, Vivadour prévoit 200 000 poules pondeuses. L’objectif reste d’offrir un débouché local aux céréales bio de la région, en lien avec Sud-Ouest Aliment.

Vivadour souligne la réussite de son cahier des charges bien-être animal avec Casino. « Il y a plusieurs années, nous avions lancé le « sans antibiotique » avec ce distributeur. Nous voulons poursuivre ces démarches conformes aux attentes sociétales et réfléchissons à une extension aux volailles Label Rouge et standard, voire aux palmipèdes », a souligné Christian Laforêt. Ces initiatives confortent la stratégie des agro-chaînes amont-aval rappelée Jean-Marc Gassiot, le président du groupe Vivadour. « Nous avons encore besoin d’étoffer nos activités animales pour consolider les productions végétales en souffrance. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)