Aller au contenu principal

Vivadour poursuit sa diversification avicole

Après deux exercices marqués par l’influenza, Vivadour retrouve des niveaux de production corrects malgré une baisse de la consommation en palmipèdes.

de gauche à droite : Delphin Guillaumey, (directeur des productions avicoles), Christian Laforêt (président des productions animales), Jean-Marc Gassiot (président du groupe Vivadour) et Jean-Marc Candau (directeur des agro-chaînes) © C. Chabasse
de gauche à droite : Delphin Guillaumey, (directeur des productions avicoles), Christian Laforêt (président des productions animales), Jean-Marc Gassiot (président du groupe Vivadour) et Jean-Marc Candau (directeur des agro-chaînes)
© C. Chabasse

« Nous ne cherchons pas à retrouver les niveaux de production d’avant influenza car nous sommes tous en crise sévère, a déclaré Christian Laforêt, président des productions animales de Vivadour à l’assemblée générale du 15 novembre. Il faut un appel à la raison et ne pas trop produire car nous devons redynamiser la consommation et redorer l’image du foie gras. »

1,658 million de canards gras (IGP ou Label Rouge) ont été produits en 2018-2019, en progression annuelle de 34 %. Il s’agit maintenant de pérenniser ce volume en misant sur la notoriété de l’IGP Canard à foie gras du Gers et sur la démarche PalmiG Confiance portée par l’interprofession. Vivadour maintient aussi sa filière oie grasse avec 180 000 oisons et 12 000 oies commercialisés régionalement. « L’oie a une petite place sur le marché grâce à notre schéma régional de production. »

Pionniers du bien-être animal

En volailles, Vivadour a produit 9,4 millions têtes, en constante progression depuis 10 ans grâce au Label Rouge du Gers et au poulet standard qui complète l’offre des abattoirs de Fermiers du Gers à Condom et Saramon. La coopérative prévoit 10 nouveaux bâtiments label et recherche des producteurs en standard. Une nouvelle production de poulets bios complète la filière. La nouvelle production « œuf bio du Gers » lancée en partenariat avec Cocorette, est une réussite avec 5 millions d’œufs vendus. 15 nouveaux producteurs vont rejoindre les 5 premiers et d’ici 2021, Vivadour prévoit 200 000 poules pondeuses. L’objectif reste d’offrir un débouché local aux céréales bio de la région, en lien avec Sud-Ouest Aliment.

Vivadour souligne la réussite de son cahier des charges bien-être animal avec Casino. « Il y a plusieurs années, nous avions lancé le « sans antibiotique » avec ce distributeur. Nous voulons poursuivre ces démarches conformes aux attentes sociétales et réfléchissons à une extension aux volailles Label Rouge et standard, voire aux palmipèdes », a souligné Christian Laforêt. Ces initiatives confortent la stratégie des agro-chaînes amont-aval rappelée Jean-Marc Gassiot, le président du groupe Vivadour. « Nous avons encore besoin d’étoffer nos activités animales pour consolider les productions végétales en souffrance. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)