Aller au contenu principal

Une dérogation prochainement attendue sur les produits saisonniers en promotion

Malgré le prolongement de l'expérimentation sur l'encadrement des promotions, les produits à la vente très saisonnière vont pouvoir bénéficier d'une dérogation.

Avant le vote de la loi Egalim, les professionnels du foie gras et des volailles festives avaient prévenu d'un possible impact négatif sur les ventes globales de l'encadrement des volumes en promotion. © Cifog
Avant le vote de la loi Egalim, les professionnels du foie gras et des volailles festives avaient prévenu d'un possible impact négatif sur les ventes globales de l'encadrement des volumes en promotion.
© Cifog

Le 6 octobre dernier, dans le cadre du vote du projet de loi Asap, les députés ont prolongé jusqu’en avril 2023 l’expérimentation du relèvement du seuil de revente à perte et de l’encadrement des promotions qui devait s’achever au début de l'année 2021. La Loi Egalim de 2018 autorise une baisse du prix de 34 % au maximum et sur au maximum 25 % des volumes commercialisés.

Pour les produits à caractère très saisonnier, cet encadrement pose problème. C'est surtout la limitation des volumes en promotions qui explique, selon l’interprofession du foie gras (Cifog), le recul des ventes de 10 % lors de la saison festive du foie gras en 2019.

Alertés sur cet effet pervers de la loi Egalim, les députés ont adopté un amendement concernant les produits à caractère saisonnier. Pour en bénéficier dès cette année, il faut que plus de la moitié des ventes annuelles soit concentrée sur douze semaines au maximum et que l’interprofession du produit concerné le demande.

Bercy devra fixer la liste des produits dérogatoires. Le Cifog a l’intention d’en faire la demande. « La promotion en volume est une mise en avant des produits et non synonyme de discount », estime Marie-Pierre Pé, sa déléguée. Les autres produits avicoles festifs devraient aussi pouvoir en bénéficier.

Par ailleurs, un nouvel amendement a été adopté sur les pénalités logistiques infligées d’office aux fournisseurs par les distributeurs. Elles ne pourront pas dépasser un montant correspondant à un pourcentage du prix d’achat des produits. Seules les situations ayant entraîné des ruptures de stocks pourront les justifier et ce sera au distributeur d’apporter la preuve du manquement.

 

Lire aussi :  désencadrer les promotions des produits à consommation saisonnière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

La ferme solaire de Rom dans les Deux-Sèvres compte 33 000 m2 de panneaux et devrait produire 7,3 millions kWh par an. © Technique Solaire
Une méga installation conciliant des canards en plein air et du solaire en toiture
La société de développement Technique Solaire investit dans des champs d’ombrières photovoltaïques chez des éleveurs de volailles…
Un élevage de canards de chair équipé de panneaux depuis 2013 dans le Maine et Loire © Solewa
Trois raisons pour continuer à investir dans le photovoltaïque agricole
Investir dans du photovoltaïque à la ferme est de plus en plus d’actualité. Régis Le Carluer, conseiller énergies renouvelables à…
Influenza aviaire à H5N8 : La France passe en risque « élevé »

L’arrêté a été pris le 4 novembre et

Karine Ruault, entourée de son mari Kamuran Yilmaz et de leurs enfants Zérya et Elyas, a suivi le parcours à l’installation jeune agriculteur, lui permettant de bénéficier de conditions d’installation optimales. © A. Puybasset
Une installation en volaille de chair rondement menée
Karine Ruault s’est installée à 28 ans avec un bâtiment neuf en volaille de chair. Être bien accompagnée lors de son projet a été…
Antispécisme : Red Pill (ex DxE France) renonce aux vidéos clandestines en élevage
Contacté par Agra Presse le 9 novembre, William Burkhardt annonce que l'association Red Pill (ex-DxE France) qu'il a co-fondée…
pigeonneaux au nid
Covid-19 : Trois millions d’euros pour les éleveurs de canards, pintades, cailles et pigeons
Les éleveurs de pintades, canards, cailles et pigeons vont bénéficier d'une aide spécifique de l’État, à hauteur de 3 millions d'…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)