Aller au contenu principal

Nutrition : La fibre est bonne pour les reproducteurs Gallus chair

En incorporant massivement de la paille broyée dans la ration des reproducteurs, le fabricant d’aliments Le Men procure de meilleures conditions d’élevage aux coqs et poules Hubbard.

Depuis quelques mois, le sélectionneur Hubbard a progressivement mis une nouvelle stratégie alimentaire pour ses lignées mâles de reproducteurs Gallus chair, en collaboration avec le fabricant d’aliments Le Men (22). En rassasiant mieux les animaux, cet aliment plus fibreux a changé leur comportement, amélioré leur bien-être et leurs performances.

C'est Pascal Renault, responsable technique chez Le Men jusqu'en juillet 2021, qui a conduit la réflexion et mis au point ce nouvel aliment adapté aux reproducteurs.
C'est Pascal Renault, responsable technique chez Le Men jusqu'en juillet 2021, qui a conduit la réflexion et mis au point ce nouvel aliment adapté aux reproducteurs. © P. Le Douarin
« L’origine des problèmes était avant tout nutritionnelle », constatait fin juin Pascal Renault, l’ex-responsable technique chez Le Men (remplacé depuis par Anaïs Fabre). « La sélection génétique est allée plus vite que la nutrition, qui a eu du mal à s’adapter à ces évolutions rapides. » C’est d’autant plus vrai que les lignées Hubbard à croissance rapide sont désormais sélectionnées aux États-Unis dans un contexte alimentaire très différent de la France. Habituellement basées sur une concentration en énergie de l’ordre de 2700-2800 kcal/kg et sur 14-15 % de protéines brutes, les formules françaises n’étaient plus adaptées. Les solutions de rattrapage ne l’étaient pas plus.

Ajouter de la paille pour mieux rassasier

Établi dès 2015, ce diagnostic avait dans un premier temps débouché sur une formulation d’aliment « haute énergie-basse protéine », qui avait résolu une partie des problèmes. Mais pour Philippe Berthelot, technicien sélection d’Hubbard en France, il fallait aller plus loin, en essayant d’allonger la durée des repas distribués deux fois par jour sur les poules en ponte.

L’objectif était d’occuper les volailles et de limiter les comportements agressifs qui découlaient de la limitation de l’aliment. « Nous y avons travaillé pendant deux ans. Les idées et les constats des éleveurs nous ont été précieux pour trouver la solution. »

 
Ayant observé que les animaux consommaient des copeaux lors des rechargements de litière, Laétitia et Benoît Savary ont commencé par jeter des granulés de paille au sol avec leur distributeur rotatif d’aliment (le spin feeder). « Les futures pondeuses en ont énormément consommé. Les durées de consommation se sont nettement allongées et on a vu que certains problèmes n’apparaissaient plus. »
 
Dans ce bâtiment de ponte de lignées GGP inauguré fin 2017 chez Laétitia et Benoit Savary, le spin feeder remplace la ligne d'alimentation habituelle. Il a aussi servi a tester la distribution de bouchons de paille.
Dans ce bâtiment de ponte de lignées GGP inauguré fin 2017 chez Laétitia et Benoit Savary, le spin feeder remplace la ligne d'alimentation habituelle. Il a aussi servi a tester la distribution de bouchons de paille. © P. Le Douarin

 

L’essai a été réitéré pendant deux mois chez un autre producteur d’œufs ayant un lot altéré. « Les poules ont mangé jusqu’à 60 g de bouchon par jour, soit 40 tonnes qui ont été distribuées à la main. Elles ont retrouvé un comportement et un emplumement normal. »

Pour Philippe Berthelot, il ne fait aucun doute que c’est lié à l’effet rassasiant de la fibre. « On a même distribué du bouchon avant l’aliment, afin de caler les poules les plus gourmandes, et ça a marché. »

D’autres avantages ont été mis en évidence, comme l’arrêt de la limitation d’eau qui était pratiqué pour ne pas dégrader l’état des litières. « Les fibres de paille améliorent la rétention d’eau. En revanche, nous n’avons pas assez investigué par savoir si la digestibilité des nutriments est améliorée. »

Incorporer la paille dans l’aliment

 

 
À droite le bouchon de paille, à gauche l'aliment Le Men enrichi en paille
À droite le bouchon de paille, à gauche l'aliment Le Men enrichi en paille © P. Le Douarin

 

L’ingestion de paille ayant fait ses preuves, l’étape finale a été son intégration dans l’aliment, afin de soulager et de simplifier le travail de l’éleveur. De plus, la thermisation de l’aliment à l’usine Le Men de Saint Brandan (22) apporte une garantie sanitaire supplémentaire.

La formulation est calculée sur les matières « nobles », en postulant que la paille n’a aucune valeur nutritionnelle. Les quantités de paille et d’aliment varient selon l’âge et la souche. Pour une ration quotidienne de 250 g, la quantité de paille peut atteindre 60 g, soit le quart de la ration. L’aliment obtenu garde la présentation habituelle en farine.

L’apport d’aliment fibreux a commencé l’an dernier sur les jeunes grands parentaux (GP) et grands-grands parentaux (GGP) des lignées mâles M77 et M99. Avec des poules moins lourdes, le sélectionneur a retrouvé des animaux « avec un comportement qui fait plaisir à observer ».

 

 
L'aliment fibreux a changé le comportement général. Les poules sont plus calmes et pondent moins hors du nid.
L'aliment fibreux a changé le comportement général. Les poules sont plus calmes et pondent moins hors du nid. © P. Le Douarin

 

L’homogénéité se maintient ; les mortalités sont fortement réduites ; le sélectionneur a retrouvé des calibres d’œufs exploitables et obtient plus d’œufs à couver avec une meilleure éclosabilité et de qualité. « Nous ne voyons que des effets positifs à ces évolutions alimentaires, si ce n’est la hausse du coût alimentaire, indique Gaétan Rocaboy, directeur de la production Hubbard. Mais, il est largement compensé par une meilleure productivité et surtout par une meilleure prédictibilité des performances. »

À terme, le sélectionneur nourrira tous ses cheptels ainsi, y compris les souches premium à croissance intermédiaire. « Cette technique pourrait aussi profiter aux éleveurs multiplicateurs de parentaux confrontés aux mêmes difficultés, complète Gaétan Rocaboy. Il est encore trop tôt pour affirmer que cette nouvelle approche nutritionnelle améliorera la qualité des poussins commerciaux, mais ce critère de première importance est en cours d’analyse. »

Aliment basse protéine et haute énergie

La première modification alimentaire apportée par les Ets Le Men a consisté à retravailler la formulation, en visant la satisfaction du besoin d’ingestion des animaux, de l’ordre de 200 g/jour pour une femelle. Connaissant les besoins quotidiens réels en protéines et énergie, il a été possible de redéfinir une formule. « Nous avons abaissé le taux de protéines, résume Pascal Renault, ce qui a permis de se passer du soja, et nous avons augmenté le niveau d’énergie. » Résultat, le sélectionneur Hubbard améliore son bilan carbone, a résolu ses problèmes d’envolées de prise de poids et mieux maîtrisé l’emplumement. Mieux nourris, les coqs ont gagné en viabilité et les poules en ponte.

Une pratique alimentaire inadaptée

En sélection de poulets de chair à croissance rapide, surtout dans les lignées mâles les plus lourdes, la prise de poids trop importante des reproducteurs au comportement boulimique pose de nombreux problèmes de ponte et de viabilité.

Les désordres sont variés et compliqués à corriger : poules et coqs trop lourds ayant plus de dépenses d’entretien donc le besoin de manger plus, coqs moins actifs et moins fertiles, poules fuyant les mâles et pondant moins, œufs trop gros (plus de 70 g) avec des coquilles trop fragiles et difficiles à incuber.

Pour les atténuer, on limite habituellement les quantités ingérées dès le jeune âge, ce qui traduit par de la compétition pour accéder à l’aliment, une hétérogénéité des animaux, des durées de consommation courtes entraînant du nervosisme, des pontes au sol importantes, un emplumement des poules qui se dégrade, de la surmortalité.

Au final, le bien-être des volailles et les performances globales de reproduction se dégradent fortement.

Finie la chasse au surpoids des repros

Chez Nathalie et Noël Hervouin, la première bande de 8 000 poules et 800 coqs nourrie entièrement avec le nouvel aliment fibreux, a été mise en place au mois de janvier.

 

 
Nathalie Hervouin se félicite de la très nette amélioration de la viabilité et des performances de ponte
Nathalie Hervouin se félicite de la très nette amélioration de la viabilité et des performances de ponte © P. Le Douarin
Avec deux bâtiments, Nathalie et Noël Hervouin sont multiplicateurs des lignées mâles GP et GGP depuis vingt ans près de Janzé (35). Chaque jour, ils mesurent l’effet positif du nouvel aliment fibreux sur le bien-être, les comportements et les performances de leurs animaux. « Ils bougent bien sans être agressifs. La mortalité est très nettement en dessous des niveaux précédents, détaille Nathalie. Les poules sont bien montées en ponte et nous n’avons pas eu beaucoup d’œufs au sol. Et surtout, il n’a pas fallu batailler pour les tenir à leur poids de forme. » La lutte contre le surpoids est le cheval de bataille des multiplicateurs. « À l’avenir, ils devront donc faire attention à ne pas brider leurs animaux comme avant », estime leur technicien Didier Chevance.

 

 

 
Avec un bréchet musclé sans excès, une belle crête et de beau barbillons ce coq de lignée M99 est un bon reproducteur.
Avec un bréchet musclé sans excès, une belle crête et de beau barbillons ce coq de lignée M99 est un bon reproducteur. © P. Le Douarin

 

Moins d’agressivité générale

Avec l’aliment fibreux, les durées de consommation d’un repas sont passées de 30 minutes à 3 heures (compter de 15-20 minutes à 1 h 15 en phase d’élevage). On ne parle plus de rationnement alimentaire et hydrique. « Le comportement général des poules change totalement, ajoute Philippe Berthelot, le technicien sélection. Elles sont plus calmes et pondent moins au sol. Avant, elles préféraient attendre l’aliment devant les chaînes plates, plutôt que d’aller au nid. »

 

 
Avec l'aliment fibreux, les durées de consommation se sont considérablement allongées.
Avec l'aliment fibreux, les durées de consommation se sont considérablement allongées. © P. Le Douarin

 

« À 50 semaines d’âge, les poules sont encore très bien emplumées et elles en paraissent 35 », complète Didier Chevance, d’un œil avisé. Cette usure est naturellement provoquée par les cochages répétés. Quant aux coqs pesant un peu moins de 5 kg à cet âge (guère plus que les poules), ils sont dans une forme olympique, avec une belle crête et de beaux barbillons, un bréchet sans excès de muscle et des aplombs solides. « Un coq fertile et qui coche bien est un coq maigre", affirme le technicien. Il souligne également l’aspect moulé des fientes et la litière de copeaux qui s’est compostée naturellement en un substrat bien sec. « Ça fait longtemps qu’on n’avait pas vu cela. C’est un plaisir d’élever des animaux dans de telles conditions. »

 

 
En vingt ans, les éleveurs ont rarement eu une litière compostée avec un aussi bel aspect
En vingt ans, les éleveurs ont rarement eu une litière compostée avec un aussi bel aspect © P. Le Douarin

 

Les plus lus

Passé du lait à la volaille, Emmanuel Rochelle n'envisageait pas de faire le saut vers une production de poulet conventionnel.
"Je suis passé du lait à la volaille, avec mon poulailler statique équipé d'un jardin d'hiver"

Après avoir hésité entre la pondeuse plein air et la volaille Label rouge, Emmanuel Rochelle a finalement choisi un poulailler…

Baptiste Combréas (Ets Braud) avec Yannick Lardeux (Gaec de l'Erdre) en Loire-Atlantique.
Volailles différenciées : Le jardin d’hiver prend racine dans le groupe Michel

Lancé voici cinq années par le groupe de nutrition animale Michel, le poulailler Terre-Neuve d’élevage de poulet et dinde avec…

Olivier Mevel est enseignant maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale en sciences de gestion, commerce, logistique et distribution. Il est aussi ...
Olivier Mével : « La filière du poulet label rouge devrait se réarmer ! »

Selon Olivier Mevel, consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires, la filière Label rouge souffre d’un…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

Poulets label à cou nu élevés en liberté dans la forêt landaise.
Volailles label rouge : la filière sud-ouest traumatisée par l’influenza aviaire

Chamboulée par l’influenza aviaire depuis 2016, la filière Label rouge de Maïsadour reprend espoir, mais avec un éventail…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)