Aller au contenu principal

Négociations tarifaires : les producteurs d'œufs de l'Ouest chez Auchan et Carrefour

A l’appel de la FRSEA de Bretagne et Pays de la Loire, ainsi que de l'Union des groupements (UGPVB), des producteurs ont manifesté dans deux hypermarchés pour réclamer des hausses du prix de rachat de leurs œufs.

Le 17 février, les producteurs sont allés manifester leur mécontentement chez Carrefour et Auchan qui réclament des baisses de tarifs pour les œufs
© UGPVB

Mercredi 17 février, des producteurs d’œufs se sont retrouvés devant les hypermarchés Carrefour de Rennes et Auchan de Nantes, pour manifester leur mécontentement aux dirigeants des deux enseignes et en informer les consommateurs. Les organisations agricoles (syndicalisme FNSEA et coopération), ainsi que  l’industrie agroalimentaire (industriels de l’œuf Snipo et association des entreprises de produits alimentaires élaborés Adepale), s’inquiètent de la tournure des négociations commerciales annuelles, qui s’achèveront fin février.

De manière générale, les bonnes intentions de la loi Egalim semblent mortes et enterrées. L’heure n’est plus à la construction d’un prix d’achat qui tient compte des coûts de production des différents maillons. Anticipant les difficultés des consommateurs confrontés à la crise de la Covid-19, les distributeurs font tout pour éviter des hausses justifiées.

Lire aussi : La filière volaille face à trois défis majeurs en 2021

Moins 4 % réclamés sur les œufs

En particulier pour les œufs, Carrefour, Auchan, Casino et Aldi exigeraient à leurs fournisseurs conditionneurs une baisse générale de leurs prix d’achat de 4 %. Elles refusent de prendre en compte le minimum, à savoir l’augmentation des coûts de production des éleveurs. Or depuis plusieurs semaines, les prix de l'alimentation animale flambent. Entre janvier 2020 et 2021, l'aliment des poules calculé par l’indice Itavi s'est renchéri de 22,3 % et encore de 4,7% depuis décembre dernier.  

Les craintes du syndicat avicole CFA sont que les éleveurs ne se retrouvent pris en étau entre des charges qui montent et des rentrées qui baissent. Car malgré la contractualisant forte entre la production et l’industrie, la CFA notait le 8 février que « des opérateurs de l’abattage des volailles et du conditionnement des œufs ont fait savoir qu’ils ne sont plus en mesure de respecter leurs engagements financiers et demandent que les contrats soient revus à la baisse. » Encore une fois, les filières agricoles en sont réduites au rapport de force pour se faire entendre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’abattoir de volailles SNV lance la marque « Fermier de Normandie »
Le transformateur de volailles SNV, les Fermiers du Bocage et le Syvor lancent la marque Fermier de Normandie en grande…
Les huiles essentielles sont bénéfiques aux poussins stressés
Une étude de l’Inrae montre que des poussins ayant subi un stress à l’éclosion sont durablement affectés, mais que des huiles…
Valérie du Retail est séduite par l’autonomie due aux stocks d’aliment et d’eau et les automatismes qui lui permettent de ne pas être dépendante des horaires des poules. Elle préfère se consacrer aux volailles quand bon lui semble pour les observer, leur parler et les soigner. © L. Gouverne
Un petit poulailler mobile pour des poules Bios
À Die dans la Drôme, Valérie du Retail a choisi un poulailler mobile pour son projet agrotouristique écologique. Elle élève 225…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Le parcours de 1,2 ha a été aménagé entre 1990 et 2012, essentiellement avec des arbres destinés à créer de l’ombrage. © Itavi
Mieux valoriser son parcours de volailles avec la méthode Bouquet
La méthode Bouquet permet à Bruno Durif, éleveur de volailles label rouge dans l’Ain, d’engager une démarche de progrès ciblée…
Marchés de la volaille : des perspectives sombres pour 2021
Nan-Dirk Muller, expert des marchés des viandes de volaille chez Rabobank, prévoit une année 2021 difficile pour l’industrie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)