Aller au contenu principal

Mettre en avant la volaille française est l'affaire de tous

L’interprofession Anvol en appelle au soutien de tous pour donner la priorité aux volailles françaises et reconquérir la souveraineté alimentaire.

La majorité des importations de poulets est constituée de filets, des produits très utilisés par les professionnels de la restauration et les industries agroalimentaires.
La majorité des importations de poulets est constituée de filets, des produits très utilisés par les professionnels de la restauration et les industries agroalimentaires.
© J. Chabraszewski/stock.adobe.com

La volaille est la seule viande à avoir enregistré une croissance de la consommation en France en 2023, soit 3,6 % par rapport à 2022. Cette augmentation a profité à la production française (+2 %) mais pas autant qu’aux importations qui ont progressé de 3,2 %, selon les données diffusées par l’interprofession Anvol le 20 février. Ce sont désormais 50 % des poulets consommés en France qui sont importés et 44 % des volailles toutes espèces confondues.

Lire aussi : Prospective : Les combats qui attendent la filière de la volaille française

L’Anvol en appelle au soutien de tous : politiques, professionnels, consommateurs-citoyens, pour donner la priorité aux volailles françaises et reconquérir la souveraineté alimentaire. « Le modèle de diversité de la filière française est unique au monde avec huit espèces produites, quatre modes d’élevage (standard, certifié, Label rouge et bio) et des éleveurs à la tête d’exploitation à taille modeste. »

 

 
Mettre en avant la volaille française est l'affaire de tous
© Anvol

L’interprofession demande des mesures urgentes pour limiter les importations européennes à bas coût (arrêt des négociations du Mercosur, clauses miroirs, maîtrise des importations ukrainiennes…).

 

 
logo volaille française
© APVF

Elle souhaite par ailleurs que le décret rendant obligatoire l’affichage de l’origine de la volaille crue en restauration soit pérennisé (la phase expérimentale prenant fin en mars 2024) et qu’il soit accompagné d’un dispositif de communication et de contrôle de l’État. Seuls 15 % des restaurants s’y conformaient selon une enquête de 2023. L’Anvol demande que l’étiquetage mentionne l’origine du pays (et pas seulement UE ou non UE) et qu’il soit étendu aux produits élaborés et transformés et à tous les modes de distribution.

Les plus lus

En 2022, le poulet lourd non sexé a encore amélioré sa marge brute (+88 en deux ans), dépassant même le lourd sexé.
Enquête avicole : Les marges des volailles de chair ont grimpé en 2022

L’enquête avicole des chambres d’agriculture portant sur les lots de volailles de chair abattus en 2022 en Bretagne, Pays de…

Éric Dumas, président du Cifog : « Nous demandons la prolongation de la campagne de vaccination des canards ainsi que la poursuite de l’accompagnement financier de ...
La filière foie gras se remplume

Le secteur du foie gras retrouve l’optimisme avec le retour d’une offre sanitairement maîtrisée et la montée en gamme des…

L’atelier avicole facilite la transmission de l'exploitation

Lors du recensement agricole de 2020, il a été demandé quel serait le devenir de l’exploitation à horizon trois ans lorsque l’…

pour entrée si besoin
La hausse de l’âge des exploitants avicoles devient préoccupante

L’analyse des données du recensement agricole 2020, réalisée par l’Itavi fin 2023, montre que comparativement aux autres…

Bureaux de MHP à Kiev. L'accord avec l'UE profitera surtout aux actionnaires de MHP et peu au peuple ukrainien.
137 000 tonnes de filets de poulet ukrainien sans droits

La prolongation des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine a finalement été largement validée par les eurodéputés le 23…

Olivier Mevel est enseignant maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale en sciences de gestion, commerce, logistique et distribution. Il est aussi ...
Olivier Mével : « La filière du poulet label rouge devrait se réarmer ! »

Selon Olivier Mevel, consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires, la filière Label rouge souffre d’un…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)