Aller au contenu principal

La grippe aviaire coûte 500 millions aux filières volailles

Selon l’Itavi, l’impact économique de la crise influenza aviaire 2020-2021 sur le marché national devrait être du même ordre de grandeur que la précédente. Les effets indirects et sur le long terme sont durs à évaluer.

Les volumes de volailles non produits lors de l’épidémie 2020-2021 sont similaires à ceux de 2016-2017, soit 4,7 millions de canards mulards et 5,4 millions de volailles à rôtir.
Les volumes de volailles non produits lors de l’épidémie 2020-2021 sont similaires à ceux de 2016-2017, soit 4,7 millions de canards mulards et 5,4 millions de volailles à rôtir.
© A. Puybasset

L’épidémie d’Influenza de 2015-2016 a coûté 440 millions d’euros à la filière avicole et celle de 2016-2017 plus de 580 millions d’euros. Cette approche économique, réalisée par l’Itavi, est basée sur une estimation des pertes de marchés liées à la non-production de volailles du fait des restrictions sanitaires et à la fermeture des marchés à l’export. Elles n’intègrent pas les coûts de destruction des foyers ni les abattages préventifs. « Ce sont des ordres de grandeur, basés sur une estimation basse », a précisé François Cadudal, économiste de l’Itavi, lors d’un webinaire sur l’Influenza aviaire organisé par l’institut technique.

 

 

 

Il s’agit à 85-90 % de pertes sur le marché national, principalement affectées au maillon abattage-transformation puis aux maillons élevage, accouvage et aliment. Le reste s’explique par les pertes à l’export réparties par moitié entre le maillon sélection-accouvage et celui de la transformation. Les indemnisations versées par l’État (hors avances) ont représenté 25 à 30 % du montant des pertes de marge brute estimées, soit 126 millions pour l’IA de 2015-2016 et 158 millions pour la suivante. Elles sont surtout orientées vers l’amont (élevage) et relativement peu sur l’aval (entreprises de transformation).

Un premier bilan de la crise 2020-2021

Les volumes de volailles non produits lors de l’épidémie 2020-2021 sont similaires à ceux de 2016-2017, soit 4,7 millions de canards mulards et 5,4 millions de volailles à rôtir. « L’impact économique sur le marché national devrait être du même ordre que celui de 2016-2017 (NDLR c’est-à-dire 530 millions d’euros). Les conséquences sur le marché export pour les productions avicoles hors départements touchés devraient probablement être plus modérées. Certains pays qui avaient fermé leurs frontières lors des épisodes précédents ont accepté le principe de régionalisation. » L’impact est toutefois durable vers des marchés attractifs non réouverts tels que la Chine.

Un effet macro-économique

Ces crises récurrentes ont aussi des effets indirects et de long terme, difficiles à évaluer. « Après la crise de 2015-2016, les exportations françaises de génétique et de foie gras vers les pays tiers ont brutalement baissé pour réaugmenter progressivement sans atteindre leur niveau d’avant. » La crise Covid-19 depuis le printemps 2020 a aussi eu un impact sur les marchés à l’export, qu’il est difficile de dissocier de celui de l’IA.

« Et à plus long terme, ce que l’on n’a pas mesuré, c’est l’effet déclencheur qu’ont eu les épisodes IA sur la restructuration des secteurs avicoles. » L’économiste fait allusion au secteur de la sélection-accouvage ainsi qu’à celui de la transformation du foie gras. Des organisations de production historiques du Sud-Ouest développent un pôle de production dans le Grand Ouest.

Armelle Puybasset

Épizootie 2020-2021 : Des causes clairement démontrées

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié fin mai un premier rapport de retour d’expérience sur l’épizootie 2020-2021. Il analyse en détail ses causes, notamment dans la zone sud-ouest la plus affectée.

Concernant l’introduction des virus (jugée la plus probable chaque quatrième trimestre), seulement deux souches ont été détectées, dont une chez un particulier des Hautes-Pyrénées qui n’a pas été retrouvée ailleurs. L’avifaune résidente ne serait pas impliquée. Les 473 autres foyers du Sud-Ouest sont donc d’origine secondaire, par expansion de la souche originelle.

Les facteurs de diffusion mis en cause entre élevages sont la mauvaise observance des mesures de biosécurité (personnes, matériel…), la non-claustration des canards et la proximité des élevages, ainsi que les mouvements d’animaux morts ou vifs.

Les actions correctives préconisées ont inspiré l’évolution de la réglementation sanitaire sur la biosécurité des élevages et sur la gestion des foyers.

La seconde partie du rapport détaillant les risques d’introduction et de diffusion liés aux différents types d’élevages n’a pas encore été publiée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Grippe aviaire : une pression virale inédite
  En France, comme en Europe, le nombre de foyers d’influenza H5N1 hautement pathogène va grandissant, en lien avec des contacts…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Grippe aviaire : La France passe en niveau de risque modéré
Vendredi 30 septembre à 17 heures, le cabinet du ministre de l’agriculture a annoncé que le niveau de vigilance vis-à-vis du…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)