Aller au contenu principal

Les clés pour réussir le transfert des poulettes en bâtiment volière

À l’occasion de la journée technique des anciens de Ploufragan, Laurent Richard d’Hy-Line a listé les points clés qui favorisent l’adaptation des futures pondeuses à leur nouvel environnement après transfert et limitent la ponte hors nid.

La forte participation (230 personnes) à la journée technique du 14 mars 2019, organisée par l’Association des techniques avicoles de Ploufragan, a témoigné de l’intérêt des présentations sur des thèmes techniques et d’actualité, dont celle de Laurent Richard, d’Hy-Line France. Il a détaillé les quatre points clés de réussite du transfert des futures pondeuses dans les systèmes de volière.

Une augmentation progressive de la lumière

Laurent Richard conseille d’appliquer des conditions d’éclairage (durée et intensité) identiques à celles du bâtiment d’élevage pendant les trois-quatre jours qui suivent le transfert. L’intensité, qui se situe en général à 15-20 lux, est ensuite augmentée de 5 lux tous les trois jours pour atteindre 35-40 lux. « Celle-ci doit être bien homogène dans tout le bâtiment, précise-t-il. La poule est capable de percevoir un écart de 5 lux et de considérer la zone moins éclairée comme un pondoir. » Pour savoir à quel moment augmenter la durée d’éclairement, le spécialiste suggère de se fier au pourcentage de ponte et d’augmenter d’une heure à chaque fois qu’il atteint 30 %, 60 % puis 90 % de ponte. L’augmentation se fait par alternance sur l’heure du matin puis du soir. « En cas de ponte hors nid, il est possible de maintenir la lumière au niveau des pipettes une à trois heures de plus, voire toute la nuit. L’objectif est d’inciter les poules à être plus actives autour de cette zone et de les amener à visiter le pondoir."

L’allumage du matin se fait en l’espace de 10-15 minutes en démarrant par la sous-toiture, le module puis le sol. Pour l’extinction en fin de journée, Laurent Richard propose un pas de temps plus long, soit 45 minutes. « L’objectif est de faire remonter les poules le plus haut possible en les faisant passer devant le pondoir avant de se percher. » Par exemple, si l’extinction est programmée à 19h, celle-ci démarre par le sol (de 19h à 19h15), puis par le module (entre 19h10 et 19h30) et enfin par la sous-toiture de 19h25 à 19h45.

Concernant le matériel d’éclairage, Laurent Richard préfère les ampoules aux néons car elles génèrent moins de scintillements, qui peuvent être une source de stress pour la volaille. Ceci est valable en sous toiture comme dans les modules.

Les pondoirs ouverts dès l’arrivée

Avec les poules blanches, il est habituel d’attendre un taux de ponte hors nid de 0,1 % à 0,2 % pour ouvrir les nids. « Mais cette règle n’est pas valable pour les poules rousses », estime Laurent Richard, qui conseille d’ouvrir les pondoirs 24/24 h durant les sept premiers jours qui suivent le transfert. « Il faut que les poules découvrent leur environnement, quitte à ce qu’elles dorment dans le pondoir durant cette période. » Après la première semaine, les pondoirs sont ouverts 1 heure avant l’allumage du bâtiment et deux heures avant l’extinction. « En cas d’éclairage dans les pondoirs, celui-ci est également allumé une heure avant l’éclairage du bâtiment et éteint à 11 heures. »

Très peu de vide de mangeoires au démarrage

« La poule en démarrage de ponte a encore d’énormes besoins pour sa croissance et sa production d’œufs. Sa consommation ne doit pas être restreinte. » Jusqu’à 24-25 semaines, il faut éviter les vides de mangeoires trop longs. Le repère est de commencer à apercevoir les maillons de la chaîne d’aliment une heure avant le tour de distribution de fin de matinée. Dans le module, l’aliment est distribué en deux fois le matin (un passage à l’allumage puis en fin de matinée) puis à volonté l’après-midi. À l’étage de la volière, l’aliment n’est distribué qu’à partir de la fin de matinée. Cela oblige les poules à descendre de l’étage du haut au moment de l’allumage pour s’alimenter puis boire en passant devant le nid.

Les faire descendre le matin

Enfin, pour le spécialiste, la vraie clé de réussite, c’est de faire remonter les poules le soir… mais aussi de les faire redescendre le matin. Et cela pendant les 15 premiers jours qui suivent le transfert. « Les poules ne doivent pas rester à l’étage supérieur. Il faut les inciter à découvrir leur environnement », insiste-t-il.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)