Aller au contenu principal

« Le monde agricole s’approprie très vite les nouveaux outils »

Daniel Trocmé et Vincent Jamet, d’Arsoé. Société d’ingénierie informatique à destination du monde agricole, Arsoé de Bretagne teste les nouvelles technologies et leur adoption potentielle par ses clients.

1Daniel Trocmé, responsable assistance métiers d’Arsoé Bretagne, et Vincent Jamet, directeur développement. 
« La technologie numérique devient 
un outil stratégique pour l’exploitant. »
1Daniel Trocmé, responsable assistance métiers d’Arsoé Bretagne, et Vincent Jamet, directeur développement.
« La technologie numérique devient
un outil stratégique pour l’exploitant. »
© A. Puybasset

. Qu’est-ce qu’Arsoé de Bretagne ?


Daniel Trocmé et Vincent Jamet - « Arsoé est une entreprise d’informatique spécialisée dans les solutions de traitement des données des agriculteurs et de leurs partenaires. Avec un statut de coopérative agricole, elle a été créée il y a quarante ans par ses adhérents fondateurs (EDE, chambres d’agriculture, groupements de défense sanitaire…). Elle développe notamment des solutions d’outils mobiles, de portail web, de systèmes collaboratifs ou d’informatique décisionnelle. Avec un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros et près d’une centaine de collaborateurs, elle se déploie autour de trois métiers : l’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage (définition du projet et suivi des utilisateurs), le développement de systèmes informatiques et l’hébergement de systèmes. »


. Quelles sont les demandes des agriculteurs en matière de technologies numériques ?


D. T. et V. J. - « Les attentes professionnelles sont liées à celles du grand public. L’agriculteur est de plus en plus utilisateur de smartphones ou de tablettes dans sa vie privée et s’habitue à un niveau de services élevé. Il demande davantage d’ergonomie, d’accessibilité et de disponibilité des données. Très tôt informatisé (avec notamment le minitel dans les années 1980 pour le service d’équarrissage), le monde agricole s’approprie très vite les nouvelles technologies. Elles répondent à ses besoins de réactivité et à sa façon de travailler, l’agriculteur étant « nomade », par définition. La technologie numérique devient un outil stratégique pour l’exploitant : avec la transmission de données fiables, en temps réel, elle lui permet d’être plus réactif et plus productif et de partager l’information avec ses différents partenaires : abattoir, organisation de production, fabricant d’aliment. On est passé de la saisie de données de type « bureautique » à de l’information décisionnelle. »

. Quelles seront les technologies de demain ?


D. T. et V. J. - « À travers notre activité de recherche et développement, nous sommes missionnés par nos adhérents pour détecter les nouvelles technologies qui pourront améliorer leur productivité. Nous avons été actifs très tôt sur la mobilité (smartphone, tablette) et sommes toujours en veille, notamment sur les nouveaux logiciels, les systèmes interactifs en ligne, les solutions de reconnaissance vocale… Nos équipes réfléchissent à des applications innovantes : récemment, nous avons présenté une application de comptage de pucerons sur des artichauts à partir de lunettes intelligentes (smartglass Vuzix). Elle a valeur de démonstration car le champ des applications possibles est immense. Il faut imaginer un smartphone que l’on tiendrait devant l’œil, mais avec les mains libres. Avec ses nombreuses fonctionnalités : reconnaissance vocale, capteurs de mouvements (la commande d’actions se fait par un geste de la main de l’opérateur), prise de photos ou de vidéo, une connexion au système informatique de l’entreprise… cet outil pourrait se démocratiser en agriculture dans un avenir pas si lointain. »

 

Voir aussi article L'élevage à l'heure de la mobilité

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)