Aller au contenu principal

Bretagne : L’organisation de producteurs avicoles Univol accélère dans le poulet lourd

Le groupement breton des producteurs de volailles de chair Univol a conforté en 2023 son projet stratégique vers le poulet lourd, dans un contexte économique favorable.

Poulets chez un éleveur d'Univol équipé en lumière naturelle en 2018. En 2025, la moitié des poulaillers sera en lumière naturelle.
Poulets chez un éleveur d'Univol équipé en lumière naturelle en 2018. En 2025, la moitié des poulaillers sera en lumière naturelle.
© A. Puybasset

Les 120 éleveurs d’Univol, groupement de l’industriel de la nutrition animale Nutréa, ont commercialisé l’an passé 60 000 tonnes de vif issues de 300 000 m² de poulaillers (chair et repro), expliquait Pascale Madec, directrice du groupement, en assemblée générale le 20 mars.

Du poulet pour la France

En chair, les schémas de production d’Univol ont beaucoup changé depuis 5 ans. La taille des élevages (4 à 5 bâtiments de 1 200, 1 500 voire 1 700 m² en moyenne) y a grandement aidé.

 

 
Depuis la fin de la période poulet "export", le tonnage poulet a repris des couleurs avec de plus gros calibres
Depuis la fin de la période poulet "export", le tonnage poulet a repris des couleurs avec de plus gros calibres © Nutréa-Univol

En 2023, les éleveurs ont largement élevé du poulet lourd (80 % du tonnage), le reste étant consacré aux dindes. Tous les poulets lourds sont transformés dans l’abattoir Galliance de Languidic (Morbihan), qui ne travaille plus le débouché GMS depuis un an pour ne servir que la Restauration hors domicile et l’industrie. France Poultry abat encore 2 % du tonnage, pour ce qu’il reste de poulets « export » Pays Tiers, alors que ce débouché pesait 57 % des volumes en 2010. À 20 %, les volumes de dinde restent stables, à destination des découpeurs Anjou Volailles (17 %) et SMV (9 %).

Produire plus pour gagner plus

Sur les quatre dernières années, « les éleveurs du groupement sont passés d’une production moyenne de 47 à 50 kg de vif par mètre carré grâce à l’alourdissement des calibres (2,95 kg au lieu de 2,8 kg) », poursuit Pascale Madec. L’an passé, les producteurs bretons ont aussi augmenté leur production pour compenser le ralentissement des élevages des Pays de la Loire frappés par l’influenza aviaire. Dans le sillage des poulets lourds, les éleveurs ont parfaitement maîtrisé leur indice de consommation (1,67). Leur marge poussin-aliment (MPA) a logiquement progressé à 12,77 euros/m² (toutes productions). « Elle devrait se situer à 12,94 euros cette année » avec 51,7 kg/m² en prévisionnel. En dinde, la MPA a augmenté de 3 €/m² (29 €/m²) avec un abattage plus tardif (92,4 kg/m²).

Objectif de 70 % de poulets sexés

Univol dispose encore de marges de progrès. En matière de poulets sexés, le groupement produit en ce début d’année sur une base de 70 % de poulets lourds sexés contre 50 % sur le second semestre de 2023.

 

 
L'année 2024 sera celle du virage massif vers le poulet lourd sexé
L'année 2024 sera celle du virage massif vers le poulet lourd sexé © Nutréa-Univol

À terme, les 100 % de poulets lourds sexés devraient être atteints après extension du couvoir Nutréa de Cléden-Poher (1 million d’euros d’investissement) pour renforcer ses capacités de production de poussins mâles. Concernant les bâtiments d’élevage, le groupement rappelle l’intérêt d’installer des brumisateurs pour faire face aux coups de chaud plus fréquents dans le futur. Enfin, le groupement envisage d’entrer dans la Haute valeur environnementale (HVE), référentiel d’État qui permet aux productions des fermes certifiées d’être rangées au même niveau que les signes de qualité que la RHD doit proposer dans 50 % de ses menus.

Fort partenariat Nutréa-Galliance

Filiale à 100 % d’Eureden après avoir été 50 % Eureden-50 % Terrena, Nutréa poursuit son partenariat fort avec Galliance, la branche volaille de Terrena. En poulet, Nutréa fournit presque 40 % du planning d’abattage de Languidic via Univol. Et cela va durer avec Oxygène, le projet de modernisation de l’abattoir que lance Galliance jusqu’en 2025 (extension, zone nouvelle de réception du vif, anesthésie au gaz…). Il s’agit d’être en mesure d’abattre autant de poulets qu’avant (environ 26 millions de têtes/an) mais d’un calibre plus élevé, grâce à plus de poulets mâles lourds élevés en sexe séparé. Le couvoir Nutréa de Cléden Poher, dont la moitié du volume est utilisé pour les besoins interne, va aussi être modernisé dans cet objectif (incubateurs et éclosoirs, robots…).

Les plus lus

En 2022, le poulet lourd non sexé a encore amélioré sa marge brute (+88 en deux ans), dépassant même le lourd sexé.
Enquête avicole : Les marges des volailles de chair ont grimpé en 2022

L’enquête avicole des chambres d’agriculture portant sur les lots de volailles de chair abattus en 2022 en Bretagne, Pays de…

Éric Dumas, président du Cifog : « Nous demandons la prolongation de la campagne de vaccination des canards ainsi que la poursuite de l’accompagnement financier de ...
La filière foie gras se remplume

Le secteur du foie gras retrouve l’optimisme avec le retour d’une offre sanitairement maîtrisée et la montée en gamme des…

L’atelier avicole facilite la transmission de l'exploitation

Lors du recensement agricole de 2020, il a été demandé quel serait le devenir de l’exploitation à horizon trois ans lorsque l’…

pour entrée si besoin
La hausse de l’âge des exploitants avicoles devient préoccupante

L’analyse des données du recensement agricole 2020, réalisée par l’Itavi fin 2023, montre que comparativement aux autres…

Bureaux de MHP à Kiev. L'accord avec l'UE profitera surtout aux actionnaires de MHP et peu au peuple ukrainien.
137 000 tonnes de filets de poulet ukrainien sans droits

La prolongation des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine a finalement été largement validée par les eurodéputés le 23…

Frédéric Chartier, président d'ARmor oeufs, entre Thierry Coatrieux (directeur) et  Coralie Jézéquel (trésorière) :  « Armor œuFrédéric Chartier, président ...
Filière œufs : Le groupement Armor œufs optimiste pour les cinquante ans à venir
En fêtant ses 50 ans d’existence, Armor œufs a voulu transmettre à la troisième génération d’adhérents les valeurs lui ayant…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)