Aller au contenu principal

Le groupe volailler LDC s’engage plus sur le soja « zéro déforestation »

Le groupe LDC est le premier transformateur a annoncé le renforcement de ses exigences sur la traçabilité du tourteau de soja venant d’Amérique du sud et nourrissant ses volailles.

Déchargement de soja non OGM au terminal de Montoire de Bretagne (archive) - La France importe de moins en moins de soja (3 millions de t environ) dont un tiers pour la volaille.
© P. Le Douarin

Suite à la signature en novembre 2020 du « manifeste contre la déforestation importée liée au soja » par la majorité des enseignes de la grande distribution, qui impacte aussi leurs fournisseurs, le groupe LDC accroit sa demande de garanties sur l’alimentation des volailles qu’il abat et transforme. « Le soja responsable doit devenir la norme », assure Dylan Chevalier, en charge de la politique de RSE (responsabilité sociale des entreprises).

LDC demande aux importateurs internationaux «d’apporter les éléments détaillés de traçabilité du soja et d’exclure celui qui proviendrait de parcelles nouvellement déforestées ou converties après le 1er janvier 2020, en particulier dans le Cerrado au Brésil». Sur les 2 millions de tonnes importées du Brésil, la part du soja de déforestation serait de 5-10 %.

Réduire les distorsions de concurrence

Le groupe demande aussi aux partenaires de sa chaîne d’approvisionnement de poursuivre leurs efforts de substitution du soja importé et de relocalisation des protéines.

Sa troisième demande est politique, réclamant «la mise en place d’une législation à l’échelle européenne pour que le soja responsable devienne la norme et que soit appliqué le principe du pollueur-payeur celui issu de la déforestation». Ce qui devrait aussi réduire les distorsions entre les pays européens producteurs n’ayant pas tous la même sensibilité vis-à-vis de l’impact environnemental de la déforestation.

Ces annonces de LDC sont cohérentes avec ses engagements antérieurs : 100% de matières protéiques végétales responsables en 2025 dans les aliments (plateforme Duralim), recherche d’alternatives françaises ou européennes au tourteaux de soja, démarche 4F (né, élevé, abattu et transformé en France).

La traçabilité jusqu’à la parcelle aura un surcoût. Selon une étude Abscis-Céréopa, il serait de 70 millions d’euros si tout le soja et l’huile de palme importés pour les animaux étaient tracés. C’est peu rapporté aux volumes commercialisés, mais qui va payer : la filière, les GMS ou les consommateurs ?

 

Création d’un observatoire du « risque déforestation »

La plateforme collaborative Duralim, qui œuvre en faveur d’une alimentation durable des animaux d’élevage, a annoncé le 19 mars « entrer dans une nouvelle phase opérationnelle ». Elle met en place un observatoire des risques de déforestation pour permettre à ses membres fabricants d’aliments du bétail d’atteindre 100 % d’approvisionnements durables en 2025. Cette structure se donne deux objectifs :

  • Connaitre de manière approfondie le risque déforestation attaché aux flux de soja importé en France ;

  • Elaborer un outil de calcul qui permettra à chaque acteur d’évaluer ce risque à son niveau.

Ces travaux ont aussi pour objectif d’établir un niveau de risque déforestation par filière animale (vache laitière, bovin viande, porc, poulet, dinde, œuf) et par produit.

Duralim est une association réunissant 86 entreprises et organisations professionnelles voulant promouvoir et améliorer la durabilité de l’alimentation des animaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Grippe aviaire : toute la Bretagne est placée en zone réglementée
  La circulation active de virus influenza aviaire au sein de l’ensemble de l’avifaune sauvage résidant en Bretagne a conduit les…
L'équarrissage est-il en surchauffe?
Le service de collecte et de traitements des animaux morts en élevage est-il sous dimensionné et/ou inadapté ? C’est ce que…
Philipp Beckhove dans son poulailler, "ITW a été bénéfique pour l'élevage allemand dans son ensemble".
« Nos poulets sont moins substituables, et c’est tant mieux ! »
En devenant éleveur labelisé Initiative Tierwohl (ITW), Philipp Beckhove éleveur en Rhénanie du nord Westphalie n’a pas accru son…
Grippe aviaire : deuxième vague d’acomptes pour les éleveurs des communes réglementées
Le guichet FranceAgriMer des demandes d’acomptes de compensation des pertes économiques de la deuxième vague de l’épizootie est…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)