Aller au contenu principal

Le groupe coopératif Terrena repasse dans le vert

Après avoir tourné la page du poulet export Doux, le groupe Terrena mise sur la polyvalence, la résilience et la différenciation, notamment en volailles.

En 2019, la coopérative Terrena a réalisé 1 771 M€ de chiffre d’affaires et a renoué avec les bénéfices avec un résultat net de 5,20 M€ (-15 M€ en 2018), ce qui a permis un retour de 11,50 M€ aux adhérents. Quant aux résultats globaux, filiales comprises, ils sont de 4 860 M€ de chiffre d’affaires (dont 1 472 M€ pour Galliance) et de 105 M€ d’Ebitda. « La polyvalence de Terrena est un de nos atouts, souligne Olivier Chaillou, président de Terrena. Les résultats s’améliorent et les filières différenciées représentent désormais 27 % de notre chiffre d’affaires. » Chez Galliance, ces filières continuent leur progression, avec +18 % pour les volailles bio Bodin, +18 % en œufs plein air, + 25 % en œufs bio. Du côté de la filiale œuf Noréa, 64 % des pondeuses sont désormais logées dans des élevages alternatifs. La marque Nouvelle agriculture (NA) s’est aussi élargie, avec des poulets et pintades NA et sous signes de qualité label rouge et bio.

Un abattoir « volailles différenciées » en 2022

Galliance s’étant engagé à répondre au plus tard en 2024 à 100 % des critères du Better Chicken Commitment, une réflexion est en cours sur l’accès des volailles classiques à l’extérieur. La filière a aussi rejoint l’Association étiquetage bien-être animal (étiquette bien être lancée par Casino) et participe à la définition d’un référentiel et d’un étiquetage commun au bien-être animal. Dédié aux filières différenciées (Nouvelle agriculture, label rouge, bio), le projet de nouvel abattoir d’Ancenis se poursuit. Le permis de construire a été déposé et le projet est au stade de l’enquête publique. 43 M€ seront investis dans l’outil d’une capacité de 500 000 volailles par semaine, issues de 410 élevages. L’accent a été mis sur l’optimisation des conditions de travail et sur le bien-être animal, avec un quai d’attente fermé et ventilé et un tunnel d’anesthésie au CO2. Son ouverture est prévue en 2022.

 

voir aussi : Bernard Royal Dauphiné lance le poulet de mon enfance

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)