Aller au contenu principal
Font Size

Poules pondeuses plein air
La première volière Insavi en France

Christophe Marzin a choisi une volière de marque espagnole pour son bâtiment de 30 000 poules plein air. L’autre particularité du site est le mode d’alimentation séquentielle, en partenariat avec le groupe Michel.

Sur la commune de Maël-Carhaix dans les Côtes d’Armor, Christophe Marzin a repris un poulailler de chair inexploité pour le transformer en une volière plein air de 30 000 places. L’éleveur disposait déjà de parcelles à proximité du bâtiment, l’une de ses exploitations étant toute proche. « J’ai juste racheté 4 hectares à un tiers pour atteindre les 12 hectares nécessaires. » Producteur indépendant, Christophe détient, sur plusieurs sites, 300 000 places en code 3, 75 000 places en code 2 et deux bâtiments de poulettes en cages (87 000 places). « Élargir ma gamme d’œufs au code 1 me permet de continuer à vendre mes œufs produits en cages à mon client », explique-t-il. Initialement de 67 mètres de long, le bâtiment a été allongé de 35 mètres, tandis qu’un jardin d’hiver de 6 mètres a été ajouté (soit 20 mètres de largeur en tout), l’accès au parcours se faisant sur un seul côté.

Un accès par l’arrière au nid et à la bande à œufs

C’est par son fournisseur de silos qu’il a découvert le fabricant espagnol de volières Insavi. « Ce sont notamment leur structure très aérée et la facilité d’accès aux nids et à la bande à œufs pour la surveillance, qui m’ont décidé », explique-t-il. Le bâtiment comprend deux rangées Aviario AV-24 MD sur deux niveaux. Il est séparé en cinq lots par des cloisons grillagées transversales. Chaque rangée de 3,6 mètres de large est composée successivement, et sur chacun des deux niveaux, d’une zone de vie d’1,8 m, d’une zone d’accès pour l’éleveur de 60 cm, d’une rangée de nids puis de la bande à œufs. « Ces dimensions sont modulables en fonction du souhait de l’éleveur et de la largeur disponible », précisent Philippe Demontreuille et Alberto Suarez, d’Insavi. Avec cette configuration, les poules ne montent dans la structure que par le côté zone de vie, l’autre étant tôlé. Ainsi, en circulant dans le couloir à l’arrière de chaque rangée, l’éleveur peut accéder à la bande à œufs et aux nids grâce à des cloisons relevables. Ce modèle comprend un nid pour 100 poules et peut recevoir 62 poules par mètre linéaire de rangée. La poule peut évoluer sur toute la hauteur de la volière et a également accès au dessous de la structure.

Les fientes sont évacuées par des tapis ainsi que par un racleur sous la volière. Elles sont convoyées jusqu’à un hangar de 300 m2. De même dans la partie jardin d’hiver, les fientes seront poussées jusqu’au pignon puis tomberont dans le convoyeur à fientes protégé par des grilles.

La ventilation à extraction haute est complétée par des turbines pour le renouvellement d’air.

L’éleveur a fait déplacer un ancien hangar à paille pour le transformer en un centre de conditionnement de 350 m2. Il compte pratiquement une UTH pour ce bâtiment qui sera géré par un salarié.

Le coût de la rénovation s’élève à environ 35 euros/poule y compris l’achat du foncier. Le premier lot de souche Bovans (ISA-Hendrix) est arrivé mi-octobre.

Une alimentation séquentielle avec du blé entier

Christophe Marzin va appliquer un programme alimentaire inédit en pondeuses. Elles recevront une alimentation fractionnée sur la journée : du blé entier le matin puis un aliment complémentaire l’après-midi. Une technique expérimentée il y a longtemps en station de recherche, que l’éleveur a déjà testée avec succès sur l’un de ses bâtiments de poules au sol en volière. Il en attend une économie sur le coût de l’aliment et une baisse de l’indice de consommation de 5 à 10 points. Il s’est pour cela équipé de deux silos de 30 tonnes sur jauges de contraintes, d’une trémie peseuse et d’un boîtier de programmation. L’aliment complémentaire, présenté sous forme de farine très calibrée, est fabriqué sur mesure en fonction des analyses de blé, par son fournisseur, le groupe Michel. « En début de lot, la ration quotidienne est constituée à 40 % de blé et 60 % de complémentaire. Les proportions sont inversées en fin de lot. Au final sur l’ensemble d’un lot, la moyenne est de 50/50 », détaille Didier Langlais, du groupe Michel. « Il est important qu’il y ait un vide de mangeoire entre chaque distribution et de vérifier l’ingéré. » Le gain d’IC s’expliquerait par une meilleure digestion de l’aliment. Les poules consomment beaucoup de blé et se gavent pour remplir leur jabot. Le temps de digestion du blé augmente, il est mieux assimilé. L’éleveur a par ailleurs observé des fientes plus sèches et des animaux plus calmes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

L'utilisation d'un pulvérisateur électrique sur chariot à roulettes, muni d'un long dévidoir, réduit la pénibilité lors de la pulvérisation du traitement contre les poux.  © P. Riner
Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses
Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire
Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)