Aller au contenu principal
Font Size

L'Itavi montre que la conduite d’élevage du mulard modifie le plan d’épandage

Élever des canards prêt-à-gaver avec les systèmes d’alimentation et d’abreuvement intérieurs au bâtiment augmente la part des rejets maîtrisables, donc le plan d’épandage.

L'élevage du mulard en semi plein air optimise la proportion de rejets maîtrisables, tout en préservant les performances techniques des canards prêts à gaver. © Itavi
L'élevage du mulard en semi plein air optimise la proportion de rejets maîtrisables, tout en préservant les performances techniques des canards prêts à gaver.
© Itavi

Depuis les deux épizooties d’influenza aviaire, les canards mulards en élevage passent davantage de temps dans les bâtiments et ils y produisent plus de fientes. C’est un effet collatéral de la nouvelle réglementation qui impose de nourrir et abreuver les animaux à l’intérieur. L’éleveur doit être en capacité de claustrer les animaux au minimum du 15 novembre au 15 mars (1), et en dehors de cette période en cas déclaration de foyers d’influenza aviaire hautement pathogène sur le territoire. Auparavant, les canards étaient principalement élevés en plein air intégral après l’âge de trois à quatre semaines. Les fientes émises dans les bâtiments constituent les rejets considérés comme « maîtrisables » (2) qui servent à la fertilisation organique des cultures.

Des rejets maîtrisables nettement augmentés

Avec le développement des bâtiments en dur, l’Itavi a voulu réactualiser les données Corpen de 2013 qui servent à établir le plan d’épandage et de fertilisation N-P-K. Pour le calculer, l’agriculteur s’appuie sur des niveaux de référence de rejets et sur une répartition en cas de claustration ou en plein air, avec alimentation et abreuvement à l’intérieur ou à l’extérieur. Sur deux saisons contrastées (été, hiver), l’institut technique a évalué les rejets extérieurs et intérieurs d’un atelier en semi plein air où les canards avaient librement accès au parcours en journée. Les quantités d’azote total produites sont très largement supérieures aux références Corpen 2013 (+ 38 % en hiver et + 52 % en été). D’autre part, la proportion de rejets produits dans le bâtiment, donc maîtrisable, a été estimée à 65 % des rejets totaux en hiver et à 95 % en été, alors que le Corpen fixe la part maîtrisable à 50 % ou 20 % selon le mode de nourrissage. En été, les animaux sont restés majoritairement à l’intérieur, du fait de l’absence d’ombrage sur le parcours. Ce comportement a été constaté dans d’autres études de l’Itavi. Dans les élevages comprenant un parcours ombragé, la part de rejets maîtrisables pourrait baisser en période estivale.

Sur la base d’un épandage d’azote limité à 170 kg/ha/an, les surfaces d’épandage sont donc nettement en hausse. Avec une bande de 5 000 canards, en période hivernale 5,2 ha seraient nécessaires pour un système de production en claustration totale et 3,4 ha pour du semi plein air. En période estivale, les surfaces seraient de 5,8 ha en claustration et de 5,5 ha en semi plein air. Actuellement, il faut 2,7 ha avec 50 % des rejets maîtrisables (Corpen en système plein air avec l’alimentation et l’abreuvement à l’intérieur).

Optimiser le maîtrisable et préserver les performances

RAV252 itavi

Le système d’élevage a aussi une nette répercussion sur les performances techniques. Par rapport au confinement intégral, le semi plein air (avec accès à un parcours durant la journée) améliore les performances techniques (poids vif, indice de consommation, état corporel) avec une différence plus marquée en période hivernale. Cet effet semble être lié au temps passé sur parcours en comparaison à un élevage en confinement intégral. Dans des conditions de gavage similaires, les poids de foie étaient plus importants pour les animaux ayant eu accès à un parcours (+ 48 g en hiver et + 20 g en été). L’Itavi en conclut que l’accès au parcours reste un élément essentiel pour préserver les performances techniques. La conduite en semi plein air optimise la part de rejets maîtrisables tout en garantissant l’accès au parcours pour les animaux. Toutefois, cette pratique est considérée comme chronophage, puisqu’elle oblige l’éleveur à enfermer ses animaux tous les soirs.

(1) Sauf dérogation pour les exploitations de moins de 3 200 palmipèdes (effectif total des unités de production ayant accès à un parcours)
(2) Rejets maîtrisables = éléments fertilisants excrétés par les animaux + éléments contenus dans la litière – éléments volatilisés (pour l’azote).
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)