Aller au contenu principal

Grippe aviaire : les interprofessions demandent deux mesures d’urgence

Face à une crise sanitaire d’une ampleur inédite, les interprofessions de la volaille de chair, de l’œuf et du foie gras demandent une adaptation des dispositifs d’indemnisation des éleveurs et des entreprises et le renforcement du financement de l’activité partielle pour maintenir les emplois.

Tous les maillons de la filière, tels que l'accouvage, sont fragilisés par la situation épidémique actuelle.
© A. Puybasset

Les filières avicoles sont en détresse. « L’épidémie d’influenza aviaire combinée aux conséquences de la guerre en Ukraine fragilise très dangereusement les filières avicoles. Les professionnels n’ont jamais été aussi inquiets », s’alarment les interprofessions de la volaille de chair (Anvol), de œufs (CNPO) et du foie gras (Cifog) dans un communiqué commun.

Face à cette situation dramatique qui menace la pérennité du secteur avicole, elles demandent au gouvernement de prendre deux mesures d’urgence.  

 

1.   Adapter les conditions d’indemnisation

 

L’Etat a annoncé reconduire les dispositifs d’indemnisations des précédentes crises de grippes aviaires pour les différents maillons de la filière. « Mais les conditions et les critères d’éligibilité font obstacle à des indemnisations à la hauteur du préjudice et remettent même en cause l’accès au dispositif de certaines d’entre elles. »

Les interprofessions demandent :

  • L’indemnisation à 100% des pertes économiques des élevages jusqu’à la remise en place des volailles
     
  • De revoir à la baisse le taux de spécialisation minimum exigé en volaille pour pouvoir prétendre aux aides (il est actuellement de 60% pour les abattoirs et de 65% pour les fabricants d’aliment)
     
  • D’augmenter le taux de couverture de la perte de l’EBE pour toutes les entreprises. « Certaines subissant de graves pertes depuis 4 ans sont très fragilisées. »
     
  • De relever les plafonds d’indemnisation (actuellement 4 millions d’euros par entreprise, 8 millions par groupe)

 

 

     2. Renforcer l’accompagnement financier de l’activité partielle

 

Toutes les maillons de la filière sont impactés dans les zones touchées : les entreprises de la sélection-accouvage, l’élevage, la nutrition animale, l’abattage et la transformation ainsi que toutes les entreprises périphériques (transporteurs, équipes de ramassage etc…). Près de 10 000 emplois sont concernés par un arrêt d’activité lié à l’influenza dans le sud-ouest et dans les Pays de la Loire.  

« Le taux de prise en charge l’Etat de l’activité partielle est trop faible et ne permettra pas de maintenir les emplois dans les entreprises concernées », craint la filière. Seul le secteur de l’abattage bénéficie d’un accord de branche pour activer le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD). Mais cette solution n’a pas abouti ou n’est pas adaptée aux autres branches de la filière, notamment l’accouvage, l’élevage, la nutrition animale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

volaille de chair aide coût aliment guerre Ukraine
Plan de résilience : un futur dispositif d’aide mieux calibré pour les éleveurs de volailles de chair
Pour les éleveurs de volailles de chair le dispositif, dit « intégrateur », d’aide alimentation animale du plan de résilience…
Ouverture des demandes pour le dispositif d'aide alimentation animale pour les intégrateurs en volaille
Le guichet FranceAgriMer pour l’indemnisation exceptionnelle des surcoûts alimentaires à verser aux éleveurs via leurs opérateurs…
Grippe aviaire : mortalités préoccupantes dans l’avifaune marine
Des milliers d’oiseaux marins sont retrouvés morts et porteurs de virus influenza aviaire sur les côtes de la Manche, ainsi que…
Loire-Atlantique : les éleveurs indépendants de volailles fermières se structurent
Le 2 juin 2022 a été créée l’association Sauve qui poule 44 qui réunit des éleveurs de volailles plein air de Loire-Atlantique…
Julien Leballeur : «Ce perchoir fait maison est très facile à nettoyer et à déplacer, peu coûteux et fonctionne bien pour les lots de poulet à croissance intermédiaire. »
À la recherche du perchoir optimal en volailles de chair
Julien Leballeur a testé plusieurs types de perchoirs avant de concevoir un modèle, adapté aux poulets à croissance intermédiaire…
L'interdiction de traiter en permanence contre les rongeurs dans les exploitations agricoles se heurte aux exigences contradictoires de la sécurité sanitaire et des coûts.
Lutte contre les rongeurs : l’appâtage permanent sur la sellette
La réglementation sur l’usage professionnel des rodenticides s’est fortement durcie depuis plusieurs années, notamment avec l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)