Aller au contenu principal

Environnement : Les effluents avicoles respectent les teneurs en éléments métalliques traces

Les lisiers et fumiers avicoles sont conformes aux valeurs réglementaires du projet de décret de socle commun qui va imposer de nouveaux seuils de teneurs et de flux sur les éléments traces métalliques.

Les effluents avicoles passent haut la main sous les seuils réglementaires à venir, vis-à-vis des éléments trace.
Les effluents avicoles passent haut la main sous les seuils réglementaires à venir, vis-à-vis des éléments trace.
© P. Le Douarin

L’Itavi a été chargé par l’Ademe et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de fournir un référentiel sur la teneur et les flux de neuf éléments métalliques traces présents dans les effluents avicoles retournant au sol. Ce travail permet de situer la contribution des pratiques de fertilisation des effluents avicoles sur la contamination des parcelles agricoles qui accumulent et exportent ces micropolluants via les cultures.

Les seuils à respecter ont été prescrits par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Ils visent à encadrer les conditions d’emplois des effluents d’élevage afin de garantir l’absence d’effet nocif sur la santé humaine, la santé animale et l’environnement. L’Anses a fixé des valeurs limites sur la teneur des effluents et sur la quantité des apports réalisés pendant dix ans.

Concernant les flux, les calculs de l’Itavi simulent un apport répété correspondant à une dose de 150 kg N/ha/an. Quand la teneur analysée était inférieure au seuil de détection des laboratoires, c’est cette dernière qui a été retenue, conduisant donc à une surestimation des quantités d’éléments épandues.

Une épreuve passée haut la main

Aussi bien sur les teneurs que sur les flux durant 10 ans, les analyses et les calculs montrent des valeurs largement inférieures aux futurs seuils réglementaires, malgré la marge de sécurité prise sur les flux, comme indiqué.

 

 

 

Sans surprise, le cuivre et le zinc ont présenté des valeurs plus élevées que pour les autres composés. En effet, ces deux oligo-éléments sont ajoutés dans l’alimentation des animaux, principale porte d’entrée dans les élevages.

A contrario, les autres éléments non volontairement ajoutés sont des « indésirables ». Il n’est pas surprenant de constater que le mercure, le plomb, l’arsenic et le chrome VI ont des teneurs souvent inférieures aux seuils de détection des méthodes analytiques. Le nickel, le chrome total et le cadmium sont quantifiés, mais à des niveaux dix voire cent fois inférieurs aux valeurs limites.

 

 

 

Des premières références à enrichir

La robustesse de ces résultats est fondée sur la répétition de prélèvements (3 par élevage) et sur la vérification de leur cohérence au moyen d’un bilan de masse sur le cuivre et le zinc, réalisé avec le Bilan réel simplifié.

En revanche, ces références proviennent d’un seul élevage pour chaque type d’effluent, ce qui offre une faible représentativité des plans d’alimentations appliqués à une même production.

Les limites de détections des laboratoires sont un autre point sensible à bien appréhender. C’est le cas des lisiers qui ont un faible taux de matière sèche dans laquelle se concentrent les éléments traces rendant plus difficile leur quantification. Les analyses de micro-éléments ne se faisant pas toujours en routine, il est aussi important de bien sélectionner son prestataire et de lui spécifier les valeurs à contrôler.

Le retour au sol des effluents avicoles peut être réalisé sereinement vis-à-vis de leur innocuité, mais des marges de progrès sont encore possibles. Des techniques alimentaires visant à réduire les intrants de cuivre et de zinc existent déjà mais sont encore peu répandues en raison de leur surcoût.

Effluents d’élevage : des déchets comme les autres

 

 
Programmé pour être bouclé en 2021, le projet de décret de socle commun à toutes les matières fertilisantes d’origine résiduaire (boues de station d’épuration, effluents d’élevage…) a été reporté avec une application envisagée courant 2023.

 

Ce décret prévoit d’homogénéiser les critères d’innocuité de ces produits considérés comme des déchets.

Les charges d’éléments traces métalliques ramenés au sol par les effluents d’élevage seront réglementées comme c’est déjà le cas pour les autres déchets. Afin d’exempter les éleveurs d’analyses systématiques, le suivi pourra être réalisé via les valeurs forfaitaires.

Pour l’instant, les effluents d’élevage sont directement épandus, avec un plan d’épandage si l’élevage a plus de 40 000 emplacements, ou mis sur le marché comme matière fertilisante à condition de remplir les critères d’une norme NFU. Par exemple la NFU 44 051 pour les amendements organiques, applicable aux composts de fumier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 01 décembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : opération de « dédensification » lancée dans l’Ouest
Pour contrer l’accélération de l’épizootie d’influenza aviaire dans une zone couvrant l’est de la Vendée et l’ouest des Deux…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Décrypter une facture d'électricité
Comment choisir son fournisseur d’électricité pour son exploitation agricole
Signer un nouveau contrat de fourniture d’énergie électrique ne s’improvise pas et ne se décide pas dans l’urgence. Le choix…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)