Aller au contenu principal

En quoi le développement de la découpe en poulet label rouge impacte sa sélection et son élevage ?

Pour répondre à la demande des consommateurs, la part de la découpe en poulet label ne cesse d’augmenter, suivant la même tendance qu’en conventionnel.

Eric Cachan, président du Synalaf

IMG_1477JPG_0.jpg

La volaille label rouge doit répondre à l’évolution des comportements alimentaires (réduction des portions de viande, repas pris hors domicile…), notamment avec le développement de la découpe. Ce dernier est constant depuis 10 ans et représente plus de 30 % des volumes de poulets LR en 2017. Il s’est fait sans modifications des fondamentaux (souches à croissance lente de 25 à 27 g de GMQ, mode d’élevage fermier…) et a été rendu possible grâce à l’équilibre matière, la multiplication des débouchés et la modernisation des abattoirs. La notoriété du LR et des IGP contribue à cette progression. Pourquoi changer de stratégie ? La question revient régulièrement mais aucun argument convaincant n’a été trouvé pour imaginer d’éventuelles évolutions concernant, par exemple, l’âge et donc les croisements utilisés pour la découpe. Nous ne voulons pas toucher à ce qui fait recette chez nos consommateurs : le mode d’élevage fermier. Pour autant, le Synalaf est à l’écoute des nouvelles attentes en matière de conformation par exemple. Il accompagnera les besoins d’innovation pour sortir d’une offre courte type « filet et cuisse ». Le Synalaf est garant de la nécessité d’apporter le bon goût, la même saveur, le même plaisir avec la découpe qu’avec l’entier. Il fera le nécessaire pour rester dans la course économique sans altérer l’éthique de production.

Claude Toudic, chef produit Premium d’Hubbard

IMG_6818jpg.jpg

Hubbard a toujours travaillé à l’amélioration du rendement des souches label rouge. D’ailleurs, nous sommes reconnus par les abattoirs comme le leader dans ce domaine. Nous veillons à sélectionner des animaux exempts de défauts de qualité de viande et à conserver un équilibre anatomique pour prévenir les troubles locomoteurs. Les caractères de reproduction, d’efficacité alimentaire et de rusticité ne sont pas oubliés. Il faut cependant rester lucide : la progression du rendement est lente car l’objectif de croissance est stable et la taille du cheptel label rouge modeste. L’écart de coût vif et de rendement avec les souches conventionnelles augmente inéluctablement, ouvrant des espaces à d’autres concepts misant également sur le bien-être animal et mieux positionnés en termes d’empreinte environnementale. Par exemple, une réduction, même modérée, de l’âge d’abattage permettrait des améliorations génétiques significatives de rendement, rendant le label rouge plus accessible, pour une qualité de viande en phase avec les goûts des nouvelles générations. Enfin, l’équilibre matière entre filet, cuisse et aile ne se décrète pas. Ne bien valoriser que le filet ralentirait son développement et on ne peut que louer les initiatives commerciales récentes sur les ailes label rouge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Grippe aviaire : La France passe en niveau de risque modéré
Vendredi 30 septembre à 17 heures, le cabinet du ministre de l’agriculture a annoncé que le niveau de vigilance vis-à-vis du…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Robots avicoles : Tibot cesse ses activités
  Plombée par la Covid-19, puis la grippe aviaire et la guerre en Ukraine, la start-up avicole Tibot technologies est en cours de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)