Aller au contenu principal
Font Size

En quoi le développement de la découpe en poulet label rouge impacte sa sélection et son élevage ?

Pour répondre à la demande des consommateurs, la part de la découpe en poulet label ne cesse d’augmenter, suivant la même tendance qu’en conventionnel.

Eric Cachan, président du Synalaf

IMG_1477JPG_0.jpg

La volaille label rouge doit répondre à l’évolution des comportements alimentaires (réduction des portions de viande, repas pris hors domicile…), notamment avec le développement de la découpe. Ce dernier est constant depuis 10 ans et représente plus de 30 % des volumes de poulets LR en 2017. Il s’est fait sans modifications des fondamentaux (souches à croissance lente de 25 à 27 g de GMQ, mode d’élevage fermier…) et a été rendu possible grâce à l’équilibre matière, la multiplication des débouchés et la modernisation des abattoirs. La notoriété du LR et des IGP contribue à cette progression. Pourquoi changer de stratégie ? La question revient régulièrement mais aucun argument convaincant n’a été trouvé pour imaginer d’éventuelles évolutions concernant, par exemple, l’âge et donc les croisements utilisés pour la découpe. Nous ne voulons pas toucher à ce qui fait recette chez nos consommateurs : le mode d’élevage fermier. Pour autant, le Synalaf est à l’écoute des nouvelles attentes en matière de conformation par exemple. Il accompagnera les besoins d’innovation pour sortir d’une offre courte type « filet et cuisse ». Le Synalaf est garant de la nécessité d’apporter le bon goût, la même saveur, le même plaisir avec la découpe qu’avec l’entier. Il fera le nécessaire pour rester dans la course économique sans altérer l’éthique de production.

Claude Toudic, chef produit Premium d’Hubbard

IMG_6818jpg.jpg

Hubbard a toujours travaillé à l’amélioration du rendement des souches label rouge. D’ailleurs, nous sommes reconnus par les abattoirs comme le leader dans ce domaine. Nous veillons à sélectionner des animaux exempts de défauts de qualité de viande et à conserver un équilibre anatomique pour prévenir les troubles locomoteurs. Les caractères de reproduction, d’efficacité alimentaire et de rusticité ne sont pas oubliés. Il faut cependant rester lucide : la progression du rendement est lente car l’objectif de croissance est stable et la taille du cheptel label rouge modeste. L’écart de coût vif et de rendement avec les souches conventionnelles augmente inéluctablement, ouvrant des espaces à d’autres concepts misant également sur le bien-être animal et mieux positionnés en termes d’empreinte environnementale. Par exemple, une réduction, même modérée, de l’âge d’abattage permettrait des améliorations génétiques significatives de rendement, rendant le label rouge plus accessible, pour une qualité de viande en phase avec les goûts des nouvelles générations. Enfin, l’équilibre matière entre filet, cuisse et aile ne se décrète pas. Ne bien valoriser que le filet ralentirait son développement et on ne peut que louer les initiatives commerciales récentes sur les ailes label rouge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

L'utilisation d'un pulvérisateur électrique sur chariot à roulettes, muni d'un long dévidoir, réduit la pénibilité lors de la pulvérisation du traitement contre les poux.  © P. Riner
Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses
Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire
Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)