Aller au contenu principal
Font Size

[ Covid 19 ] Les problèmes logistiques perturbent les résultats des autocontrôles salmonelles sur les volailles vivantes

Du fait des perturbations provoquées par la crise du Covid 19, la surveillance des salmonelles sur les volailles de chair fonctionne en mode « dégradé ».

Le prélèvement sous forme de chiffonnette ou pédichiffonnette est réalisé dans les trois semaines précédant l'abattage, mais il doit aussi être traiter dans un délai maximum de 96 heures après son envoi
© Jérôme Durand

La réglementation européenne sur la surveillance de la présence des bactéries Salmonella enteritidis et typhimurium impose aux éleveurs de poulets et de dindes de chair de réaliser des prélèvements avant l’abattage du lot et de les envoyer à un laboratoire d’analyses.

En temps ordinaire, il faut moins de 96 heures pour acheminer et mettre en analyse les chiffonnettes. Avec le confinement, qui a entrainé une réduction des moyens de transport rapide, le délai des 96 heures a été dépassé dans un certains nombre de cas.  Or, le laboratoire national de références sur les salmonelles de Ploufragan  indique "qu’il n’existe pas de données bibliographiques permettant de quantifier la baisse de sensibilité au-delà de ce délai." Autrement dit, il est possible que des résultats de recherches des salmonelles se révèlent négatifs, alors qu’en réalité ils sont positifs.

C’est pour cette raison que la direction générale de l’alimentation a diffusé une note d’information à ses services départementaux pour notifier de nouvelles règles transitoires concernant l’interprétation des résultats d’analyses en fonction du temps d'acheminement.

  •  Délai d’acheminement de 5 ou 6 jours (97 h à 144 h) :
    • si résultat positif : la procédure normale s’applique (arrêté du 24 avril 2013)
    • si résultat négatif : l’élevage est considéré indemne, mais le lot est abattu en fin de journée d’abattage ;
    •  
  • Délai d’acheminement supérieur à 6 jours :
    • si le temps avant abattage le permet, l’éleveur refait un prélèvement ;
    • si non, le lot à abattre est considéré comme positif ; un prélèvement est pratiqué en élevage avant nettoyage-désinfection, en veillant à respecter un délai d’acheminement inférieur à 4 jours.

La durée de validité du test salmonelle peut aussi être augmentée d’une semaine dans certains filières qui pourraient retarder l’abattage de lots, mais il faut que les prélèvement aient été faits au maximum trois semaines avant la date d’abattage prévue.

Ce point ne s’applique pas aux lots faisant l’objet de plusieurs dates d’enlèvement, du fait du risques de contaminations via le personnel des équipes de ramassage.

Les poulets de plus de 81 jours et les dindes de plus de 100 jours ne sont pas concernés par cette disposition.

Cette disposition transitoire ne concerne ni la filière œufs de consommation, ni les élevages de reproducteurs de volailles de chair, compte tenu des impacts possibles sur la santé publique. Autrement dit, ils doivent être en mesure de respecter les délais d’acheminement de l’élevage au laboratoire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)