Aller au contenu principal

Abattage- transformation : Les recettes du groupe LDC pour traverser les difficultés

En dépit de l’influenza aviaire et des hausses de coûts, le leader de la volaille LDC a pu améliorer sa marge opérationnelle depuis mars, mois du début de son exercice 2022-2023.

Présentant le 23 novembre les comptes des activités semestrielles 2022-2023 (1er mars au 31 août 2022), les dirigeants de LDC ont expliqué comment le groupe a œuvré pour maintenir la performance. En particulier, celles du pôle Volailles France, dans un « contexte sans précédent » cumulant influenza aviaire, hausse des matières premières et des autres charges (+3,5 % de personnel, +27 % d’emballages, +45 % d’énergies, +21 % de logistique, + 18 % d’entretien). Le total de surcoûts est évalué à 450 millions d’euros, y compris les matières premières agricoles.

Des hausses tarifaires compensant les surcoûts

À 363 000 tonnes, le tonnage commercialisé n’a reculé que de 5,5 % par rapport au 1er semestre 2021-2022, tandis que les ventes bondissaient de 11,4 % (1,83 milliard d’euros hors activités amont). La hausse des ventes a concerné tous les canaux de distribution (GMS, RHD, industrie, export), avec un rattrapage dans les secteurs de la restauration hors domicile (+ 25,6 %) et dans l’industrie agroalimentaire (+ 28,3 %) par rapport à la période Covid.

Le résultat opérationnel courant (Roc) du pôle volailles est passé de 72 millions d’euros à 98 millions d’euros, soit un point supplémentaire du taux de marge (5,4 % du chiffre d’affaires) et + 36,5 % par rapport au 1er semestre 2021-2022.

 

 
© LDC

 

En revanche, le pôle amont – englobant la fourniture de vif (40 % via les OP « maison »), l’activité aliment et œuf – augmente son chiffre d’affaires (+13 %), mais dégrade fortement son Roc (-20 %) en lien avec la hausse des coûts de production.

Quatre leviers sont évoqués par LDC pour expliquer ces très bonnes performances. D’abord, les revalorisations tarifaires demandées ont toutes été obtenues : + 15 % entre novembre 2021 et mars 2022, et + 20 % de mars à septembre 2022. « Nous remercions tous nos clients d’avoir été compréhensifs pour accompagner LDC et ses éleveurs fournisseurs », a glissé Philippe Gélin, le directeur général de LDC.

Entraide entre sites et agilité industrielle

Ensuite, pour faire face à la pénurie de volailles causée par l’influenza aviaire en Pays-de-la-Loire et en Nouvelle-Aquitaine, l’équivalent de plus de 7,5 millions de volailles a été transféré des autres abattoirs tournant à pleine capacité vers les sites affectés.

S’ajoute la réduction de 20 % du nombre de références qui a contribué à la performance industrielle, grâce à un meilleur équilibre matière. Les découpes et les petites viandes issues du tranchage ont été mieux valorisées. Les stocks ont été réduits d’environ 40 % et ont été bien valorisés.

Enfin, les promotions ont été freinées en GMS, descendant progressivement de -9 % en mars à -51 % en juin, et remontant à -43 % en août. Le taux de promotion a atteint le maximum de 12 % en août.

 

 

 

Le portefeuille de produits (« mix-produits ») a profité d’une progression des ventes sur les gammes les plus rentables. Les produits élaborés cuits ont progressé deux fois plus que le marché global (+14,3 % contre +6,7 %). Dans un marché global stagnant en valeur (-0,9 %), les produits LDC ont progressé de 4,9 %.

 

 
Une nouvelle gamme de poulet découpé 100 % français destinée à la famille et au "bon" prix . © LDC

 

À l’issue de la présentation, les dirigeants se sont montrés confiants à moyen terme dans la mesure où la viande de volailles restera compétitive par rapport aux autres viandes, tout en gardant un œil attentif sur le court terme, à savoir l’influenza aviaire et le déroulement des fêtes de fin d’année.

Parmi les priorités figurent le développement de l’activité œuf, ainsi que l’accompagnement de l’amont pour faire face à la hausse des charges. Si tout se déroule comme espéré, le chiffre d’affaires 2022-2023 va dépasser 5,8 milliards avec 260 millions de résultat opérationnel.

 

 Chiffre d'affaires en hausse de 17,4 % entre septembre et novembre

Le 4 janvier, le groupe LDC a annoncé ses principales performances du 3me trimestre, courant du 1er septembre au 30 novembre.

Le chiffre d’affaires (CA) global consolidé est de 1,49 milliard d’euros, en hausse de 17,4 %, avec des volumes en recul de 6,5 %.

Quant au pôle Volaille France (amont compris), il réalise un CA de 1,08 milliard (+14,6 % par rapport à 2021) malgré un recul des volumes de 8,9%.

Le groupe rappelle que cette croissance est essentiellement liée aux revalorisations tarifaires et que la période festive a été conforme aux attentes.

Evolution des chiffres d'affaires par pôle et par trimestre
© groupe LDC

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
La mesure du bien-être via l'application Ebene est intégrée dans l’ensemble des cahiers des charges internes et dans la charte Nature d’éleveurs du groupe LDC.
LDC veut évaluer le bien-être des volailles grâce à Ebene
Avec l’outil digital d’évaluation du bien-être Ebene, le groupe LDC veut mesurer de façon objective l’impact des cahiers des…
François Kerscaven, éleveur de dindes à Taulé (Finistère)
"La grippe aviaire : on n'en sort pas indemne", témoigne l'éleveur de dindes
L’élevage de François Kerscaven a été touché par la grippe aviaire dans le Finistère. Impacté moralement, il a choisi de parler…
Avec la hausse de l'énergie, les échangeurs de chaleur pourraient faire un retour en force.
Économies de chauffage : l’offre en échangeurs de chaleur a évolué en avicole
Les sociétés françaises Systel et Lead Le Roy Concept (LLC) dominent le marché des échangeurs de chaleur (ERC) qui a commencé à…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)