Aller au contenu principal

Abattage- transformation : Les recettes du groupe LDC pour traverser les difficultés

En dépit de l’influenza aviaire et des hausses de coûts, le leader de la volaille LDC a pu améliorer sa marge opérationnelle depuis mars, mois du début de son exercice 2022-2023.

Présentant le 23 novembre les comptes des activités semestrielles 2022-2023 (1er mars au 31 août 2022), les dirigeants de LDC ont expliqué comment le groupe a œuvré pour maintenir la performance. En particulier, celles du pôle Volailles France, dans un « contexte sans précédent » cumulant influenza aviaire, hausse des matières premières et des autres charges (+3,5 % de personnel, +27 % d’emballages, +45 % d’énergies, +21 % de logistique, + 18 % d’entretien). Le total de surcoûts est évalué à 450 millions d’euros, y compris les matières premières agricoles.

Des hausses tarifaires compensant les surcoûts

À 363 000 tonnes, le tonnage commercialisé n’a reculé que de 5,5 % par rapport au 1er semestre 2021-2022, tandis que les ventes bondissaient de 11,4 % (1,83 milliard d’euros hors activités amont). La hausse des ventes a concerné tous les canaux de distribution (GMS, RHD, industrie, export), avec un rattrapage dans les secteurs de la restauration hors domicile (+ 25,6 %) et dans l’industrie agroalimentaire (+ 28,3 %) par rapport à la période Covid.

Le résultat opérationnel courant (Roc) du pôle volailles est passé de 72 millions d’euros à 98 millions d’euros, soit un point supplémentaire du taux de marge (5,4 % du chiffre d’affaires) et + 36,5 % par rapport au 1er semestre 2021-2022.

 

 
Abattage- transformation : Les recettes du groupe LDC pour traverser les difficultés
© LDC

 

En revanche, le pôle amont – englobant la fourniture de vif (40 % via les OP « maison »), l’activité aliment et œuf – augmente son chiffre d’affaires (+13 %), mais dégrade fortement son Roc (-20 %) en lien avec la hausse des coûts de production.

Quatre leviers sont évoqués par LDC pour expliquer ces très bonnes performances. D’abord, les revalorisations tarifaires demandées ont toutes été obtenues : + 15 % entre novembre 2021 et mars 2022, et + 20 % de mars à septembre 2022. « Nous remercions tous nos clients d’avoir été compréhensifs pour accompagner LDC et ses éleveurs fournisseurs », a glissé Philippe Gélin, le directeur général de LDC.

Entraide entre sites et agilité industrielle

Ensuite, pour faire face à la pénurie de volailles causée par l’influenza aviaire en Pays-de-la-Loire et en Nouvelle-Aquitaine, l’équivalent de plus de 7,5 millions de volailles a été transféré des autres abattoirs tournant à pleine capacité vers les sites affectés.

S’ajoute la réduction de 20 % du nombre de références qui a contribué à la performance industrielle, grâce à un meilleur équilibre matière. Les découpes et les petites viandes issues du tranchage ont été mieux valorisées. Les stocks ont été réduits d’environ 40 % et ont été bien valorisés.

Enfin, les promotions ont été freinées en GMS, descendant progressivement de -9 % en mars à -51 % en juin, et remontant à -43 % en août. Le taux de promotion a atteint le maximum de 12 % en août.

 

 
Abattage- transformation : Les recettes du groupe LDC pour traverser les difficultés

 

Le portefeuille de produits (« mix-produits ») a profité d’une progression des ventes sur les gammes les plus rentables. Les produits élaborés cuits ont progressé deux fois plus que le marché global (+14,3 % contre +6,7 %). Dans un marché global stagnant en valeur (-0,9 %), les produits LDC ont progressé de 4,9 %.

 

 
Une nouvelle gamme de poulet découpé 100 % français destinée à la famille et au "bon" prix .
Une nouvelle gamme de poulet découpé 100 % français destinée à la famille et au "bon" prix . © LDC

 

À l’issue de la présentation, les dirigeants se sont montrés confiants à moyen terme dans la mesure où la viande de volailles restera compétitive par rapport aux autres viandes, tout en gardant un œil attentif sur le court terme, à savoir l’influenza aviaire et le déroulement des fêtes de fin d’année.

Parmi les priorités figurent le développement de l’activité œuf, ainsi que l’accompagnement de l’amont pour faire face à la hausse des charges. Si tout se déroule comme espéré, le chiffre d’affaires 2022-2023 va dépasser 5,8 milliards avec 260 millions de résultat opérationnel.

 

 Chiffre d'affaires en hausse de 17,4 % entre septembre et novembre

Le 4 janvier, le groupe LDC a annoncé ses principales performances du 3me trimestre, courant du 1er septembre au 30 novembre.

Le chiffre d’affaires (CA) global consolidé est de 1,49 milliard d’euros, en hausse de 17,4 %, avec des volumes en recul de 6,5 %.

Quant au pôle Volaille France (amont compris), il réalise un CA de 1,08 milliard (+14,6 % par rapport à 2021) malgré un recul des volumes de 8,9%.

Le groupe rappelle que cette croissance est essentiellement liée aux revalorisations tarifaires et que la période festive a été conforme aux attentes.

Les plus lus

David Labbé en action fin janvier sur un barrage filtrant de la RN 12 dans les Côtes d'Armor
Contestations agricoles : « Nous sommes prêts à repartir au combat » explique cet éleveur de volailles

Producteur de poulets lourds en Côtes-d’Armor, David Labbé a largement participé aux mouvements agricoles. L’éleveur syndiqué…

Avec le poulet Label rouge, Corentin Chateignier, ici avec son père Alain, renforce le positionnement qualitatif et original de sa production (asperges, lavandin, truffe, ...
Installation en Beauce : « Je me suis diversifié dans le poulet Label rouge »
D’abord installé grâce à deux poulaillers Label rouge, Corentin Chateignier a récidivé pour conforter la diversification de l’…
Grippe aviaire : quels sont les départements qui vaccinent le plus de canards ?

Le dernier bilan de la campagne de vaccination contre l’influenza aviaire (IA) détaille la répartition géographique de l’…

À Saint-Fulgent, le siège social du groupe Routhiau se trouve à moins de 500 m de l'usine Maitre Coq du groupe LDC.
Industrie de la volaille : L’expansion de LDC se poursuit avec le rachat du groupe Routhiau

Le leader français de la volaille est en négociations exclusives pour la reprise du groupe vendéen Routhiau, spécialisé dans…

Bien-être animal : L’association antispéciste L214 doit cesser de dénigrer la marque Le Gaulois

Assignée en référé par le groupe LDC, l’association antispéciste L214 a été condamnée le 22 février à faire cesser…

La vente directe assure la moitié du chiffre d'affaires du Moulin d'Aubin.
« Nous jouons la complémentarité entre œufs et cultures bio »

Pour maximiser ses revenus, la ferme du Moulin d’Aubin dans la Drôme est passée du poulet conventionnel certifié à la poule…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)