Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine
Vladimir Poutine accuse l’Europe de bloquer 300 000 tonnes d’engrais russes

Lors d’une cérémonie accueillant de nouveaux ambassadeurs étrangers à Moscou le 20 septembre, Vladimir Poutine a accusé l’UE de bloquer des centaines de milliers de tonnes d’engrais russes que le chef du Kremlin dit vouloir donner aux pays dans le besoin.

UE
L'engrais est au cœur de la polémique déclenchée par Vladimir Poutine.
© Pixabay

A l’occasion d’une cérémonie de remise des lettres de créance à une vingtaine d’ambassadeurs, le président russe a fustigé l’UE. Vladimir Poutine l’a accusée de bloquer 300 000 tonnes d’engrais russes que Moscou voulait donner à des pays pauvres.

« Les pays les plus pauvres sont les premiers à être touchés par les restrictions occidentales sur les marchés mondiaux en énergie, en denrées alimentaires et en engrais russes. Et dans ce contexte, le comble du cynisme, c’est que même notre proposition de transférer gratuitement 300 000 tonnes d’engrais russes qui ont été bloquées dans les ports européens en raison des sanctions vers les pays dans le besoin n’ait toujours pas reçu de réponse » a-t-il déclaré avant d’ajouter : « C’est clair : ils ne veulent pas laisser nos entreprises gagner de l’argent ».

« Des sanctions illégitimes qui ont des conséquences négatives sur des Etats innocents »

La Russie, grande puissance céréalière mondiale, ne peut vendre sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant notamment les secteurs financiers et logistiques. Selon la FAO, la Russie était le premier exportateur d’engrais azotés et le deuxième fournisseur d’engrais potassiques et phosphorés en 2021.

Pour Vladimir Poutine, ces « sanctions illégitimes » prises par certains pays occidentaux « ont des conséquences négatives sur des États totalement innocents [qui] souffrent d’une telle politique, en premier lieu les pays en développement et les plus pauvres ». Toujours selon lui, ce sont les pays en Afrique, en Asie du Sud et en Amérique latine qui en pâtissent le plus.

Cette déclaration de Vladimir Poutine intervient au moment où Moscou conteste avec de plus en plus de véhémence les deux accords conclus en juillet dernier à Istanbul. Ces accords permettent l’exportation du blé et du maïs d’Ukraine malgré la guerre déclenchée par la Russie.

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité