Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vine Health Watch promet de moins traiter les vignes

© Patrick Cronenberger

Prédire les maladies de la vigne pour traiter moins. Cela ne se fait pas dans une boule de cristal mais grâce à la « science des données ». Un projet numérique au service de la santé de la vigne est actuellement expérimenté. Son nom : Vine Health Watch.

Même si celui de Donald Trump fait le buzz en ce moment, le bulletin de santé n’est pas réservé aux présidents, ni même aux humains. Les plantes peuvent aussi en bénéficier.

On les appelle les BSV, comme bulletin de santé du végétal. Selon François Brun, membre du réseau Acta, qui regroupe les instituts techniques agricoles, ils sont publiés depuis une dizaine d'années, à un rythme hebdomadaire à partir de données « collectées dans toutes les régions de France et sur un grand nombre de cultures différentes ». Le dispositif a été mis en place par le ministère de l’Agriculture dans le cadre du plan Ecophyto, qui vise à réduire l’usage des pesticides.

Au nombre des plantes scrutées toutes les semaines : la vigne. C’est en partant du constat que cette somme considérable de données d’épidémio-surveillance pouvait être mieux valorisée qu’est né le projet Vine Health Watch.

L’idée est d’aller plus loin que le bulletin de santé en visualisant « de manière dynamique – et en temps réel – l’état sanitaire des vignes à l’échelle nationale, régionale et locale. » Mildiou, oïdium, black-rot et botrytis, les quatre principales maladies de la vigne sont sous haute surveillance. Mais l’outil apporte aussi des informations autres que les données brutes qui peuvent être très utiles au viticulteur et lui permettre d’avoir une prédiction personnalisée à l’échelle de ses parcelles.

L’approche est basée sur l’analyse statistique de données publiques et données personnelles.

« Grâce à ces informations précises, le viticulteur peut adapter sa pratique phytosanitaire et ne traiter que lorsque le risque est avéré et dépasse un certain seuil », résume Mathilde Chen, qui réalise une thèse sur le sujet.

Vine Health Watch n’est encore qu’un prototype récompensé lors de l’Hackathon API-AGRO, un marathon de l’innovation numérique en agriculture. Mais s’il peut devenir un outil opérationnel permettant une réduction du nombre de traitements dans les vignes, vive la data science !

Plus d’infos sur alim’agri, le site du ministère de l’Agriculture.

Les plus lus

[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
Apiculture – Un printemps 2020 favorable à l’activité des abeilles et à la production de miel
Le mois d’avril est prometteur pour la récolte de miel 2020. Les abeilles auraient-elle profité du confinement ? Si les insectes…
Publicité