Aller au contenu principal

Vers de nouvelles résistances de la vigne face aux pathogènes ?

Des études menées dans le cadre du plan dépérissement montrent qu’il existe des différences de sensibilité des cépages face aux viroses et à la flavescence dorée.

La maladie du pinot gris, donnée par le Grapevine pinot gris virus (GPGV), se caractérise par des déformations foliaires et des rabougrissements.
La maladie du pinot gris, donnée par le Grapevine pinot gris virus (GPGV), se caractérise par des déformations foliaires et des rabougrissements.
© Giampetruzzi et al.

Sur les 117 parcelles d’un réseau réparti dans les différents bassins viticoles français, 70 % présentaient au moins un cep contaminé par le Grapevine pinot gris virus (GPGV). C’est ce que révèle une étude menée dans le cadre du Plan national de dépérissement du vignoble (PNDV). Aurait-on sous-estimé la prolifération de ce pathogène pouvant induire déformations foliaires et rabougrissement et transmis par un acarien ? Sans doute. Il faut dire que le GPGV s’exprime différemment selon les cépages et qu’il a été identifié dans des parcelles ne présentant pas de symptômes.

La faible sensibilité du merlot à la flavescence dorée est héréditaire

« C’est un virus qui a été importé d’Asie et que l’on connaît mal. Peut-être que ce sont des variants particuliers qui sont à l’origine de l’expression de la maladie », s’interroge Géraldine Uriel, du Comité Champagne. Les cépages expriment tout aussi différemment les symptômes de la flavescence dorée. Le merlot par exemple est statistiquement moins infecté que le cabernet-sauvignon. Les études moléculaires réalisées à l’Inrae suggèrent que leurs défenses réagissent différemment face à la maladie, et que ce critère est héréditaire. « Ce qui montre que l’on peut produire d’autres variétés peu sensibles comme le merlot », se réjouit Sylvie Malembic-Maher, chercheuse à l’Inrae. Et qui ouvre le champ de l’amélioration variétale à de nouvelles résistances.

Le séminaire PNDV de Paris du 18 octobre dernier a été l’occasion de lancer officiellement le deuxième volet de ce plan qui – initialement prévu pour quatre ans – aurait dû prendre fin en 2021. « Le ministère de l’Agriculture est totalement engagé dans la continuité de ce plan, nous avons la volonté de poursuivre le cofinancement et d’amplifier les actions », a assuré à la filière Valérie Baduel, directrice générale de l’enseignement et de la recherche. Jean-Bernard de Larquier, vice-président du CNIV, a précisé que la priorité de ce PNDV2 sera donnée au matériel végétal.

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Le Dyna-Drive est un outil de travail du sol auto-animé réalisant un mulchage en superficie.
« Le Bomford Dyna-Drive est un outil interrang entre le rolofaca et le rotavator »

Jérôme O’Kelly utilise depuis quatre ans un outil de travail du sol auto-animé.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole