Aller au contenu principal

Un programme d’activités physiques adaptées contre les TMS

Confronté à des arrêts de travail à répétition, le château Larose Trintaudon, situé dans le Médoc, a fait appel à un laboratoire grenoblois pour prévenir les troubles musculo-squelettiques à travers la mise au point d’un programme d’activités physiques adaptées. Les premiers résultats sont prometteurs.

les étirements de l’ensemble des chaînes 
musculaires font partie des exercices auquels se sont 
soumis les salariés du château Larose Trintaudon.
les étirements de l’ensemble des chaînes
musculaires font partie des exercices auquels se sont
soumis les salariés du château Larose Trintaudon.
© Laboratoire Agim

Et si pour lutter contre les troubles musculo-squelettiques, les viticulteurs se mettaient à la gym ? C’est l’idée d’un laboratoire de recherche grenoblois qui a étudié de près le travail dans les vignes. Celui-ci impose “ une contrainte physique complètement folle ”, constate Nicolas Vuillerme, enseignant-chercheur en sciences et techniques des activités physiques et sportives au sein du laboratoire AGIM (AGe Imagerie Modélisation) de l’université Joseph Fourier de Grenoble et à l’Institut universitaire de France. Deux de ses étudiants, Romain Balaguier et Kévin Rose-Dulcina, ont suivi dix-sept salariés travaillant dans les vignes du château Larose Trintaudon pour analyser leur activité d’un point de vue biomécanique, psycho-social et organisationnel. Le château médocain avait en effet fait appel à Nicolas Vuillerme parce qu’il était confronté à une augmentation exponentielle du nombre de jours d’arrêts de travail liés aux TMS. L’analyse biomécanique des gestes et des postures effectués fait ressortir des contraintes physiques telles que Nicolas Vuillerme compare le travail de la vigne à un entraînement d’un sportif de haut niveau.
Sauf que ces salariés (et par extension les viticulteurs) ne bénéficient pas de la préparation physique, ni de l’encadrement médical ou paramédical des sportifs… Et c’est l’objectif de l’étude menée par le laboratoire AGiM : mettre au point des programmes d’activité physique adaptés dédiés à la prévention ou la réduction des TMS en milieu professionnel qui pourraient être dispensés par des professionnels formés, mais aussi être enseignés aux futurs viticulteurs dans les lycées viticoles. Il s’agit également de caler le programme d’entraînement au calendrier des travaux viticoles. La vendange et la taille ne sollicitent pas les mêmes muscles. La préparation physique à réaliser n’est donc pas la même durant l’année.

Diminution des douleurs lombaires


Durant huit semaines, neuf salariés du château Larose Trintaudon ont donc bénéficié deux fois par semaine de séances d’activité physique adaptée durant quarante minutes. “ Le résultat est très positif. Les capacités neuro-musculaires ont été améliorées, les douleurs lombaires ont diminué de manière significative, une réduction des arrêts de travail a été observée et les vignerons en redemandent ! ”, indique Nicolas Vuillerme. Cette étude reste cependant un premier pas car le nombre de participants est trop faible pour en tirer des conclusions généralisables. Elle va être étendue dans le cadre d’une thèse qui sera réalisée au sein de plusieurs châteaux girondins. Pour en assurer le succès, les sponsors sont les bienvenus, nous glisse-t-on !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole