Aller au contenu principal

Exportation de vins : quelles sont les tendances porteuses selon le Wine Trade Monitor 2024 ?

Présenté début février, le 10e Wine Trade Monitor d’Hopscotch Sopexa distingue trois grandes tendances sur un marché export toujours plus concurrentiel. Elles peuvent bénéficier aux vins français.

Yann Guislain, directeur des comptes stratégiques Drinks d'Hopscotch Sopexa, a détaillé les résultats du dixième Wine Trade Monitor, début février 2024. La naturalité ...
Yann Guislain, directeur des comptes stratégiques Drinks d'Hopscotch Sopexa, a détaillé les résultats du dixième Wine Trade Monitor, début février 2024. La naturalité est l'une des tendances porteuses.
© C. Gerbod

Source d'information précieuse pour l'export, le baromètre Wine Trade Monitor de l'agence Hopscotch Sopexa a publié sa 10e édition début février. Il dégage trois tendances à partir des catégories que près de 1 000 professionnels de la commercialisation du vin, issus de neuf pays, imaginent voir progresser dans leurs ventes dans les vingt-quatre prochains mois.

Naturalité, innovation et segmentation prix

La première est la naturalité (vins bio et biodynamiques, issus de démarches RSE, naturels…). La France est bien placée sur ce thème puisque ses vins sont les plus cités pour la prise en compte des aspects environnementaux.

Autre tendance, la segmentation plus marquée des prix entre vins premium et premiers prix, tous deux vus comme porteurs par les professionnels. La France y répond grâce à son image forte sur les vins haut de gamme. Mais elle est nettement devancée sur l’attractivité des prix. Valérie Gérard-Matsuura, vice-présidente des opérations USA, constate toutefois « une vraie dualité de l’offre française sur le marché américain », avec la capacité de répondre aussi au souhait de différenciation des importateurs et distributeurs, par exemple avec une appellation peu connue apportant une distinction et un rapport qualité/prix.

Lire aussi : « La grande largeur de gamme des vins français est un atout à l'export »

L’étude note également l’attente de nouvelles offres. Parmi elles, les vins à faibles degrés ou sans alcool, deuxième type de vin cité comme allant progresser dans les vingt-quatre prochains mois, après les vins bio et biodynamiques.

L’authenticité reste une carte à jouer puisque pour 85 % des professionnels interrogés, communiquer dessus aide à vendre. « Elle fait écho à des concepts différents », pointe Yann Guislain, directeur des comptes stratégiques Drinks. Selon les pays, le terroir, le caractère familial du domaine, le savoir-faire ou encore les cépages autochtones sont plus ou moins cités. Le discours doit donc s’adapter selon les destinations.

Une concurrence toujours plus vive

Le Wine Trade Monitor rappelle le match serré avec les vins italiens sur certains marchés. Ces vins bénéficient notamment d’une forte image d’innovation. Des pays s’affirment comme le Chili (au Japon, en Belgique) ou encore le Portugal dont les vinho verde plaisent aux États-Unis et au Japon grâce à leur rapport qualité/prix. Au sein des effervescents, le cava a renforcé sa position. L’agence souligne un positionnement prix attractif et des campagnes collectives efficaces, le marché des bulles se diversifiant toujours plus. Les crémants sont la deuxième catégorie que les professionnels imaginent voir progresser, devant le champagne et le prosecco.

Pour les formats, la bouteille de 75 cl domine toujours mais les petites bouteilles font une percée, par exemple au Japon. Par rapport au dernier baromètre, les canettes sont en retrait sur les pays anglo-saxons.

Lire aussi : Vin en BIB : des créneaux encore à exploiter

Les plus lus

Le fonds d'urgence annoncé par Marc Fesneau en réponse à la crise viticole et aux manifestations vient d'être mis en place.
Fonds d’urgence viticole : attention, les délais sont serrés !

Promis par le ministre de l’Agriculture suite aux manifestations, le fonds d’urgence est désormais opérationnel. Il est ouvert…

« Le risque de lancer une telle procédure s’évalue au cas par cas », Maître Louis Lacamp, avocat du viticulteur Rémi Lacombe

Les négociants bordelais Cordier et Maison Ginestet ont été condamnés le 22 février à verser 350 000 € au viticulteur Rémi…

Crise viticole : Marc Fesneau annonce un plan de 230 millions d'euros

Invité ce mercredi 31 janvier sur Sud Radio, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a dévoilé les mesures du plan viticole…

Pellenc lance le châssis polvalent économique et évolutif Combiviti.
Pellenc Combiviti - Un châssis porte-outils économique et évolutif

Pellenc complète son offre en châssis polyvalents, avec un modèle d'entrée de gamme et évolutif.

Le pulvé autonome Kfast est doté de quatre roues motrices et directrices.
Kubota/Fede - Un pulvérisateur automoteur et autonome pour les vignes et vergers

Kubota présente un robot de pulvérisation, le Kfast. 

agriculteur remplissant le réservoir de gasoil du servant de ferme. gazole non routier. gaz-oil. carburant. GNR. valet de ferme JCB.
Fiscalité : ce qui change pour les viticulteurs en 2024

Parmi les dispositions votées dans la loi de finances pour 2024, plusieurs peuvent concerner les exploitations viticoles. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole