Aller au contenu principal

Bordeaux
Primeurs 2021 : les Grands Crus partent en voyage

Pour la seconde année consécutive, la semaine des Primeurs va devoir s’adapter au contexte sanitaire pour pouvoir se tenir. Elle aura lieu du 26 au 29 avril 2021 à Bordeaux et dans 9 villes du monde. Explications avec Ronan Laborde, président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB).

La semaine des primeurs 2020 aura lieu fin avril, trois semaines plus tard qu'à l'accoutumée.
© P. CRONENBERGER

En 2020, pour la première fois dans l’histoire de la Place de Bordeaux, les ventes de vin en primeur se sont tenues en juin, et pour partie à distance. « Ça a constitué un challenge, mais nous avons réussi à nous adapter pour présenter le millésime 2019, en décalé certes, mais avec une belle réussite commerciale.  Nous en avons tiré des enseignements, et abordons la semaine des primeurs 2021 plus sereinement », analyse Ronan Laborde.

Défi logistique

ronan laborde

Car un an après le début de l’épidémie, il est toujours impossible d’envisager une édition « normale » des primeurs. Alors que de nombreuses frontières restent fermées, les Grands Crus vont partir à la rencontre des acheteurs et de la presse entre le 26 et le 29 avril, à New York, San-Francisco, Londres, Paris, Bruxelles, Zurich, Francfort, Shanghai et Hong-Kong. Quatre jours de dégustations sont également prévus à Bordeaux. « L’expérience de 2020 a permis de lever nos craintes sur la capacité des vins en cours d’élevage à voyager », commente Ronan Laborde. D’autant que l’offre de transporteurs s’est bien étoffée en un an.

L’organisation à distance de cette nouvelle semaine des primeurs n'en constitue pas moins un défi pour l’équipe de l’UGCB. « Nous nous sommes entourés de partenaires que nous connaissons pour coordonner les dégustations sur place, c’est-à-dire réceptionner les échantillons, louer les salles, appliquer les protocoles sanitaires validés par l’organisme Bureau Veritas… », développe Ronan Laborde. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les échantillons seront envoyés directement aux distributeurs.

Lire aussi  " 2018 comblera les amateurs de bordeaux

Des prescripteurs très ciblés

Parce que la logistique est lourde et l’organisation coûteuse, seuls les principaux acheteurs et ambassadeurs des Grands Crus auront le privilège de déguster le millésime 2020. « Nous ne pouvons pas envoyer nos vins à tout le monde. Nous privilégions donc nos clients de longue date, qui ont répondu présents l’année dernière et avec lesquels nous entretenons un lien de confiance », expose Ronan Laborde. Les membres de l’UGCB pourront s’appuyer sur le digital pour présenter leurs vins. « Début avril, les fiches techniques des vins et une vidéo de présentation de chaque producteur sous forme de court-métrage seront accessibles sur notre plateforme en ligne », commente le président de l’UGCB.

Lire aussi " 9 conseils pour bien préparer une e-dégustation

Interrogations sur les dates des primeurs

Les primeurs 2021 auront lieu trois semaines plus tard qu’à l’accoutumée.  « Ce nouveau calendrier a été arrêté afin que les mises en marché et la campagne commerciale démarrent immédiatement à l’issue des présentations », précise l’UGCB. Pour Ronan Laborde, cette décision est aussi le fruit d’une demande structurelle de nombreux acteurs des primeurs. « À l’étranger, les acheteurs mobilisent pleinement leurs équipes. Or avec les ponts du mois de mai il y a parfois des temps morts. C’est intéressant de voir si ces dates permettent de dynamiser la campagne », poursuit le président. Bilan dans quelques mois.  

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole