Aller au contenu principal

Bordeaux
Primeurs 2021 : les Grands Crus partent en voyage

Pour la seconde année consécutive, la semaine des Primeurs va devoir s’adapter au contexte sanitaire pour pouvoir se tenir. Elle aura lieu du 26 au 29 avril 2021 à Bordeaux et dans 9 villes du monde. Explications avec Ronan Laborde, président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB).

La semaine des primeurs 2020 aura lieu fin avril, trois semaines plus tard qu'à l'accoutumée.
© P. CRONENBERGER

En 2020, pour la première fois dans l’histoire de la Place de Bordeaux, les ventes de vin en primeur se sont tenues en juin, et pour partie à distance. « Ça a constitué un challenge, mais nous avons réussi à nous adapter pour présenter le millésime 2019, en décalé certes, mais avec une belle réussite commerciale.  Nous en avons tiré des enseignements, et abordons la semaine des primeurs 2021 plus sereinement », analyse Ronan Laborde.

Défi logistique

ronan laborde

Car un an après le début de l’épidémie, il est toujours impossible d’envisager une édition « normale » des primeurs. Alors que de nombreuses frontières restent fermées, les Grands Crus vont partir à la rencontre des acheteurs et de la presse entre le 26 et le 29 avril, à New York, San-Francisco, Londres, Paris, Bruxelles, Zurich, Francfort, Shanghai et Hong-Kong. Quatre jours de dégustations sont également prévus à Bordeaux. « L’expérience de 2020 a permis de lever nos craintes sur la capacité des vins en cours d’élevage à voyager », commente Ronan Laborde. D’autant que l’offre de transporteurs s’est bien étoffée en un an.

L’organisation à distance de cette nouvelle semaine des primeurs n'en constitue pas moins un défi pour l’équipe de l’UGCB. « Nous nous sommes entourés de partenaires que nous connaissons pour coordonner les dégustations sur place, c’est-à-dire réceptionner les échantillons, louer les salles, appliquer les protocoles sanitaires validés par l’organisme Bureau Veritas… », développe Ronan Laborde. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les échantillons seront envoyés directement aux distributeurs.

Lire aussi  " 2018 comblera les amateurs de bordeaux

Des prescripteurs très ciblés

Parce que la logistique est lourde et l’organisation coûteuse, seuls les principaux acheteurs et ambassadeurs des Grands Crus auront le privilège de déguster le millésime 2020. « Nous ne pouvons pas envoyer nos vins à tout le monde. Nous privilégions donc nos clients de longue date, qui ont répondu présents l’année dernière et avec lesquels nous entretenons un lien de confiance », expose Ronan Laborde. Les membres de l’UGCB pourront s’appuyer sur le digital pour présenter leurs vins. « Début avril, les fiches techniques des vins et une vidéo de présentation de chaque producteur sous forme de court-métrage seront accessibles sur notre plateforme en ligne », commente le président de l’UGCB.

Lire aussi " 9 conseils pour bien préparer une e-dégustation

Interrogations sur les dates des primeurs

Les primeurs 2021 auront lieu trois semaines plus tard qu’à l’accoutumée.  « Ce nouveau calendrier a été arrêté afin que les mises en marché et la campagne commerciale démarrent immédiatement à l’issue des présentations », précise l’UGCB. Pour Ronan Laborde, cette décision est aussi le fruit d’une demande structurelle de nombreux acteurs des primeurs. « À l’étranger, les acheteurs mobilisent pleinement leurs équipes. Or avec les ponts du mois de mai il y a parfois des temps morts. C’est intéressant de voir si ces dates permettent de dynamiser la campagne », poursuit le président. Bilan dans quelques mois.  

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole