Aller au contenu principal

Opter pour une étiquette de vin écoconçue

L’étiquette des bouteilles de vin recèle un potentiel d’écoconception que l’on ne soupçonne pas forcément. Château Bonnet et Château Brillette l’ont exploré avec l’imprimerie Lithobru.

Les châteaux Brillette et Bonnet se sont chacun lancés dans l'écoconception de leur étiquette, en travaillant avec l'imprimeur charentais LithoBru. La démarche va plus loin que le simple choix du papier.
© Château Brillette - Château Bonnet

Au-delà d’un label, exprimer par l’étiquette elle-même un engagement environnemental est une idée qui progresse. L’imprimerie Lithobru, basée à Cognac (Charente) et Epernay (Champagne), intègre cette approche de l’étiquetage. Le premier levier de l’écoconception des étiquettes est le papier. « Nous sourçons des papiers écoresponsables pour proposer des supports qui correspondent à la démarche de nos clients. Nous travaillons sur l’empreinte carbone en privilégiant des papiers fabriqués en France ou dans des pays européens proches. Nous avons même trouvé un papier fait en Nouvelle-Aquitaine, 100 % recyclé, réalisé avec peu d’eau et peu d’énergie. Nous l’avons fait adhésiver », explique Vanessa Chavanneau, responsable commerciale Grands comptes chez Lithobru. L’imprimeur propose désormais une quinzaine de papiers relevant de démarches écoresponsables du fait de leur origine de fabrication, leur composition (au moins 50 % de papier recyclé) et leur mode de fabrication.

Lire aussi : Remplacer la caisse bois par un carton écoconçu

Du choix du papier à la méthode d’impression

Désireux de relooker l’habillage de ses bouteilles, le château Bonnet en Entre-Deux-Mers (groupe André Lurton) s’est lancé dans une démarche d’écoconception de ses étiquettes avec Lithobru. Il a choisi un papier réalisé à base de foin. « Le papier en lui-même permet au consommateur de repérer le côté écoresponsable », note Corinne Deschamps du Château Bonnet. La démarche inclut aussi l’impression. Lithobru travaille tout particulièrement sur l’éco-encrage. « On va éviter les aplats de couleur et optimiser la surface encrée. Nous irons plutôt sur de la quadri car travailler avec 4 couleurs permet plus de réutilisations que les pantones », détaille Vanessa Chavanneau. L’imprimerie a développé une technique pour réutiliser les rouleaux de dorures. Elle a été mise en œuvre pour les étiquettes du Château Bonnet. Au final, le château estime le surcoût à 0,15 € par bouteille. Un investissement qui entre aussi dans sa stratégie de conquête de consommateurs plus jeunes, sensibles aux réponses écologiques.

Lire aussi : Des tonnes de verre économisées grâce aux bouteilles de vin allégées

Une nouvelle approche créative

Au Château Brillette, à Moulis-en-Médoc, Lucile Dijkstra, la directrice, a englobé le choix de l’étiquette dans un réexamen global des matières sèches sous l’angle de l’écoconception. En vue du lancement de la cuvée Brin de Brillette, elle a rédigé un cahier des charges. Il lui a fallu un an pour trouver les fournisseurs correspondants. « Les fournisseurs sont rares ou proposent des prix exorbitants », constate-t-elle. Elle a également choisi un papier chez Lithobru composé à 60 % de foin et à 40 % de papier recyclé. « L’aspect est un peu granuleux, s’il y a des petits défauts on s’en fiche ». La contre-étiquette a disparu, la taille de l’étiquette a été réduite. L’impression utilise des encres à l’eau avec des pigments végétaux. Autant d’éléments qui n’ont pas pour autant bridé la créativité. Ce vin cible les jeunes et le réseau cavistes. Millésimée 2018, la première cuvée a été lancée en sept 2020. Le vin est vendu 14,90 € au prix public. Elle estime le surcoût total induit par la démarche à 0,10 € par bouteille.

Réduire les chutes de papier

La démarche d’écoconception conduit aussi à réduire les chutes de papier. « Quelques millimètres de moins sur la taille d’une étiquette peuvent permettre d’optimiser la largeur de la bobine en imprimant deux étiquettes au lieu d’une. Le proposer fait partie de notre accompagnement », explique Vannessa Chavanneau. Sur ce point, le client va y gagner en prix.

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Si la position des trois leaders de la machine à vendanger n'a pas changé, les parts de marché ont fortement évolué.
Immatriculations 2023 des machines à vendanger - Le marché se resserre

En chute, le marché des machines à vendanger est marqué par une progression des deuxième et troisième. 

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Jo Lynch, vigneronne au domaine Villa Dondona, continue d'observer et de tirer les conclusions du mode de conduite en pergola.
« Conduire la vigne en pergola donne des vins plus frais »
À Montpeyroux, dans l’Hérault, le domaine Villa Dondona mène une parcelle de vermentino en pergola pour garder les grappes au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole