Aller au contenu principal

Lionel Gosseaume, nouveau président d’Interloire, détaille les objectifs de son mandat

Lionel Gosseaume, vigneron en Touraine, succède à Jean-Marie Dutour à la présidence d’Interloire. Du renforcement de la place des vins ligériens à l’export à la régulation entre l’offre et la demande, Lionel Gosseaume a fait le point sur les objectifs de son mandat lors d’une visio conférence qui s’est tenue le 15 décembre.

Lionel Gosseaume, nouveau président d’Interloire.
© Interloire
Interloire

 « On laisse à l’équipe entrante des éléments solides sur lesquels construire », a indiqué Jean-Martin Dutour, président sortant d’Interloire, lors de la conférence de presse annonçant l’investiture de Lionel Gosseaume ce 15 décembre 2020. L’ex-président est revenu sur les quatre chantiers qui ont marqué son mandat. « Nous avons opéré la mutation de notre outil professionnel, installé une culture de la prospective économique et technique », a expliqué Jean-Martin Dutour. Autre axe phare de son mandat, la mise en place du plan de filière Val de Loire 2030 qui a permis de définir des objectifs et des indicateurs de performance précis pour les atteindre. « Nous avons aussi mené un gros travail pour consolider la marque Val de Loire, à travers divers évènements dont « Vigne, vin, randos » qui reste notre évènement phare », s’est-il satisfait.

Un mandat qui s’inscrit dans la continuité

L’équipe entrante a clairement affiché la volonté de poursuivre le travail engagé par ses prédécesseurs. « Il n’y aura pas de virage à 180° », a annoncé Lionel Gosseaume. Le renforcement de la présence des vins ligériens à l’export est un des axes stratégiques de ce nouveau mandat.  « Le marché international est solide, même si nos ventes on reculé de 6% en valeur cette année, elles restent à peu près égales en volume », a commenté le Président avant d’annoncer que le repli observé aux États-Unis a globalement été compensé par une croissance sur les marchés européens. L’objectif fixé dans le plan de filière Val de Loire 2030 est de passer de 20% à 30% de ventes à l’export. « Soit une croissance de 1%/an », a précisé Lionel Gosseaume.

Lire aussi " Les vins français se sont moins valorisés à l’export en 2019/2020 "

Plusieurs outils pour réguler les marchés

Le contexte tendu dans lequel l’équipe de Lionel Gosseaume débute son mandat va l’obliger à être vigilants sur les mécanismes visant à réguler l’offre et la demande. La baisse des ventes de vins ligériens en 2020 attendue est de l’ordre de 10%. « On dispose de plusieurs outils pour ajuster nos stocks : la réserve interprofessionnelle, les Volumes Complémentaires Individuels (VCI), les Gestions Prévisionnelles de Sorties (GPS) qui seront opérationnelles pour les vendanges 2021, et les rendements autorisés », a indiqué Jean-Martin Dutour. « On va tout faire pour que les ODG puissent mettre en place rapidement des outils d’ajustement », a complété Lionel Gosseaume.

100% des domaines certifiés bio ou HVE en 2030

Autre ambition phare de Lionel Gosseaume, la transition écologique et notamment la baisse des intrants. D’ici 2030, Interloire veut que 100% des domaines soient certifiés HVE ou bio, là ou actuellement un peu moins de 50% des domaines le sont, mais un peu plus de 50% si l’on raisonne en surfaces. « Je souhaite mettre en mouvement l’ensemble des opérateurs du vignoble pour répondre aux enjeux sociétaux sur l’environnement, en apportant des garanties sur les conditions d’élaboration de nos produits et sur leur qualité », a assuré Lionel Gosseaume.

Vers davantage d’unité entre les opérateurs

Enfin, le nouveau Président a indiqué vouloir « continuer à œuvrer pour que le Val de Loire soit de plus en plus uni ". Entre la production et le négoce d’une part. « Il y a des tensions ponctuelles mais le climat est excellent. Nous avons la volonté d’avancer ensemble, avec beaucoup de franchise et de respect », a-t-il affirmé. Mais également entre les différentes appellations. Évoquant la sortie des appellations Bourgueil et Montlouis-sur-Loire du périmètre de l’interprofession, Lionel Gosseaume a indiqué que la porte d’Interloire était « grande ouverte ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole