Aller au contenu principal

L’étude Valovitis confirme le potentiel des cépages oubliés pyrénéens

Les premiers résultats de l’étude franco-espagnole Valovitis sur les cépages oubliés des Pyrénées ont été présentés en avril 2019 à Fronton en Haute-Garonne. Une vingtaine de vieux cépages ont été sélectionnés comme porteurs d’avenir.

cépages découvert à Martres-Tolosane
L'étude Valovitis a permis de découvrir des cépages inconnu comme celui-ci, découvert dans une parcelle de Martres-Tolosane en Haute-Garonne.
© IFV Sud-Ouest

Valovitis (1) est un projet franco-espagnol visant l’identification, l’évaluation et la valorisation des cépages oubliés en territoire pyrénéen. La première phase a consisté à recenser des ressources génétiques de vignes en territoire pyrénéen grâce à deux sources : une plateforme en ligne accessible à tous, sur laquelle chacun pouvait signaler un pied de vigne remarquable ainsi que plusieurs longues prospections sur le terrain opérées par l’équipe scientifique. Les potentiels agronomiques, technologiques et aromatiques des cépages repérés ont été ensuite évalués afin de faire émerger ceux pouvant être proposés au catalogue officiel et redéveloppés pour être accessibles aux entreprises viticoles.

En trois ans, Valovitis a identifié pas moins de 300 variétés des deux côtés des Pyrénées. Parmi elles, 162 ont été étudiées dans le cadre du projet, engendrant 188 analyses génétiques et 265 essais de vinification. En parallèle des informations ont été recherchées sur leurs origines et leurs liens de parenté grâce aux bibliographies déjà existantes et aux banques de matériel génétique françaises et espagnoles. Ce travail a permis de conclure que 30 variétés étaient totalement inconnues. 98 cépages ont été caractérisés grâce à l'élaboration de 137 vins sur trois millésimes (2016, 2017, 2018).

microvinifications-étude Valovitis
Les profils de 98 cépages ont été caractérisés grâce à 137 vins élaborés en 2016, 2017 et 2018.
© IFV Sud-Ouest

Au final, 21 génotypes ont été introduits en conservatoire, et 19 variétés ont été jugées intéressantes à redéployer dans les vignobles.

Téléchargeable sur le site web du projet, le premier catalogue élaboré par l’équipe Valovitis présente 15 cépages français (12 rouges et 3 blancs) et 11 cépages espagnols (6 rouges et 5 blancs), résultats d’études à l’appui.

Une sélection en fonction des critères agronomiques d’aujourd’hui

Valovitis est « un projet ambitieux qui n’était pas gagné, mais dont les résultats sont déjà au-delà de nos espérances », s’est réjoui Olivier Yobregat, agronome à l’IFV, l’un des pilotes du projet. Il ne pensait pas qu’une centaine de photos ou signalements seraient déposés sur la plateforme, ni découvrir autant de variétés méconnues en seulement trois ans. La plateforme de signalement reste d’ailleurs ouverte.

Avec ses homologues espagnols (université de Saragosse, Cita), il a rappelé la richesse du patrimoine variétal viticole des Pyrénées et l’intérêt du projet pour permettre la réappropriation de variétés anciennes qui seraient naturellement plus adaptées aux conditions climatiques de réchauffement et plus résistantes aux maladies.

« De nombreux programmes de recherche sur des variétés résistantes sont en cours, mais cela est long et a un coût élevé, avec certains risques à la fin de contournement et mutations des gènes de résistance. La valorisation de la diversité et l’innovation variétale sont des démarches complémentaires, elles augmentent les possibilités d’adaptation », a souligné Olivier Yobregat.

(1) Le projet est financé à 65 % par le Feder via le Poctefa 2014-2020 (programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre).

Une voie de différenciation et de renouveau

Certains producteurs ont témoigné de la valeur ajoutée commerciale apportée par les anciennes variétés. Marc Penavayre du château Plaisance à Fronton, a assuré faire un « carton plein » auprès de ses clients avec la négrette punjut commercialisée plusieurs millésimes. Pour lui, les cépages autochtones contribuent à faire du Sud-Ouest un vignoble « à la mode ». Un argument également défendu par Nadine Raymond, coordinatrice R & D à la cave coopérative de Plaimont : « Alors que le vignoble de Saint-Mont était encore jugé archaïque par certains dans les années 1950, notamment avec toutes ces anciennes variétés éparpillées dans les parcelles, on peut dire que la volonté de conserver ce matériel végétal et de l’adapter aux contraintes actuelles est une force pour nos ventes. On le voit par exemple avec nos cuvées de manseng noir, qui ont tout de suite été plébiscitées par nos clients ». « Il faut capitaliser sur les pépites régionales à l’heure de la mondialisation », a résumé Christophe Bou, président de l’IVSO.

Plus d’informations sur www.valovitis.eu

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Florian Brusseau : « Cette solution combinant désherbages mécanique et chimique nous est apparue comme le meilleur compromis débit de chantier, efficacité et impact environnemental. »
« Je désherberai chimiquement juste autour des vignes avec mon porte-outils interceps »
Florian Brusseau compte utiliser son porte-outils comme support de désherbage chimique. Il n’appliquera ses herbicides qu’au…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Prix des vignes 2021 : les 5 points essentiels
La Fédération nationale des Safer a publié son bilan annuel du prix des terres agricoles pour 2021. En nombre de transactions…
Une vieille machine à vendanger trois roues Alma s'est transformée en automoteur dédié au travail du sol.
[Astuce] « J’ai transformé une machine à vendanger en automoteur pour le travail du sol intercep »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais, dans la Loire, a récupéré une vieille machine à vendanger trois roues et l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole