Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’étude Valovitis confirme le potentiel des cépages oubliés pyrénéens

Les premiers résultats de l’étude franco-espagnole Valovitis sur les cépages oubliés des Pyrénées ont été présentés en avril dernier à Fronton en Haute-Garonne. Une vingtaine de vieux cépages ont été sélectionnés comme porteurs d’avenir.

Valovitis (1) est un projet franco-espagnol visant l’identification, l’évaluation et la valorisation des cépages oubliés en territoire pyrénéen. La première phase a consisté à recenser des ressources génétiques de vignes en territoire pyrénéen grâce à deux sources : une plateforme en ligne accessible à tous, sur laquelle chacun pouvait signaler un pied de vigne remarquable ainsi que plusieurs longues prospections sur le terrain opérées par l’équipe scientifique. Les potentiels agronomiques, technologiques et aromatiques des cépages repérés ont été ensuite évalués afin de faire émerger ceux pouvant être proposés au catalogue officiel et redéveloppés pour être accessibles aux entreprises viticoles.

En trois ans, Valovitis a identifié pas moins de 300 variétés des deux côtés des Pyrénées. Parmi elles, 162 ont été étudiées dans le cadre du projet, engendrant 188 analyses génétiques et 265 essais de vinification. En parallèle des informations ont été recherchées sur leurs origines et leurs liens de parenté grâce aux bibliographies déjà existantes et aux banques de matériel génétique françaises et espagnoles. Ce travail a permis de conclure que 30 variétés étaient totalement inconnues. 98 cépages ont été caractérisés grâce à l'élaboration de 137 vins sur trois millésimes (2016, 2017, 2018).

Au final, 21 génotypes ont été introduits en conservatoire, et 19 variétés ont été jugées intéressantes à redéployer dans les vignobles.

Téléchargeable sur le site web du projet, le premier catalogue élaboré par l’équipe Valovitis présente 15 cépages français (12 rouges et 3 blancs) et 11 cépages espagnols (6 rouges et 5 blancs), résultats d’études à l’appui.

Une sélection en fonction des critères agronomiques d’aujourd’hui

Valovitis est « un projet ambitieux qui n’était pas gagné, mais dont les résultats sont déjà au-delà de nos espérances », s’est réjoui Olivier Yobregat, agronome à l’IFV, l’un des pilotes du projet. Il ne pensait pas qu’une centaine de photos ou signalements seraient déposés sur la plateforme, ni découvrir autant de variétés méconnues en seulement trois ans. La plateforme de signalement reste d’ailleurs ouverte.

Avec ses homologues espagnols (université de Saragosse, Cita), il a rappelé la richesse du patrimoine variétal viticole des Pyrénées et l’intérêt du projet pour permettre la réappropriation de variétés anciennes qui seraient naturellement plus adaptées aux conditions climatiques de réchauffement et plus résistantes aux maladies.

« De nombreux programmes de recherche sur des variétés résistantes sont en cours, mais cela est long et a un coût élevé, avec certains risques à la fin de contournement et mutations des gènes de résistance. La valorisation de la diversité et l’innovation variétale sont des démarches complémentaires, elles augmentent les possibilités d’adaptation », a souligné Olivier Yobregat.

(1) Le projet est financé à 65 % par le Feder via le Poctefa 2014-2020 (programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre).

Une voie de différenciation et de renouveau

Certains producteurs ont témoigné de la valeur ajoutée commerciale apportée par les anciennes variétés. Marc Penavayre du château Plaisance à Fronton, a assuré faire un « carton plein » auprès de ses clients avec la négrette punjut commercialisée plusieurs millésimes. Pour lui, les cépages autochtones contribuent à faire du Sud-Ouest un vignoble « à la mode ». Un argument également défendu par Nadine Raymond, coordinatrice R & D à la cave coopérative de Plaimont : « Alors que le vignoble de Saint-Mont était encore jugé archaïque par certains dans les années 1950, notamment avec toutes ces anciennes variétés éparpillées dans les parcelles, on peut dire que la volonté de conserver ce matériel végétal et de l’adapter aux contraintes actuelles est une force pour nos ventes. On le voit par exemple avec nos cuvées de manseng noir, qui ont tout de suite été plébiscitées par nos clients ». « Il faut capitaliser sur les pépites régionales à l’heure de la mondialisation », a résumé Christophe Bou, président de l’IVSO.

Plus d’informations sur www.valovitis.eu

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
[VIDEO] Innovation pulvé: l'injection directe arrive en viticulture
Le système de pulvérisation par injection directe Piix, en développement depuis plusieurs années, tourne cette année en routine…
Vignette
[VIDEO] Connaître l'état de sa vigne grâce à l'analyse foliaire par fluorimétrie
Connaissez-vous la fluorimétrie ? Cette méthode permet d'estimer le fonctionnement de la photosynthèse, et de déceler d'…
Vignette
Une cellule de crise dans l'Hérault pour recenser les dégâts dus à la canicule
La chambre d'agriculture de l'Hérault a mis en place un numéro d'urgence pour recenser les dégâts dans les vignes dus à la…
Vignette
Une boîte à outils pour mieux choisir les engrais verts en viticulture
La chambre d’agriculture de la Gironde a récemment lancé un outil contenant une série de tests facilement réalisables sur le…
Vignette
Savoie : jusqu’à 95% de pertes suite à la grêle du 15 juin
Une semaine après le violent orage qui a touché les départements de la Loire, de l’Isère, de la Drôme et des deux Savoies, l’…
Vignette
Le futur conseil phyto encore dans le flou
Si l’ordonnance parue en avril dernier a acté la séparation capitalistique stricte entre la vente et le conseil des produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole