Aller au contenu principal

Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC

Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office communautaire des variétés végétales. Une décision qui pourrait leur permettre d’entrer dans la composition de vins d’appellation d’origine contrôlée, pour les ODG qui le souhaiteront.

Etre reconnues comme de type Vitis vinifera va permettre aux variétés résistantes Inrae-Resdur d'être utilisées pour élaborer des vins d'appellations d'origine. Mais il faut aussi que leur statut soit modifié dans le catalogue français des variétés. Pour l'instant, ce qui est planté (comme ici dans le vignoble New Age de Buzet), ne peut être destiné qu'à produire des vins de France ou des IGP..
© C.Gerbod

Que les variétés Inrae-ResDur puissent ou pas être considérées comme des Vitis vinifera est un débat qui agitait les coulisses du monde de la vigne. L’Office communautaire des variétés végétales (OCVV ou CPVO en anglais), l’organisme qui protège les variétés au niveau européen, avait accordé une obtention communautaire (CPVR) aux variétés floreal et voltis le 23 avril 2018 et à artaban et vidoc le 7 mai 2018, mais un doute subsistait quant à la légitimité du quatuor de variétés Inrae-ResDur à relever d'un taxon botanique Vitis vinifera. "Il y a eu des échanges de courrier. Nous avons transmis une note finale et il y a quelques semaines, l'OCVV a tranché de façon définitive", se réjouit Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l'Inrae.

Se détacher de la mauvaise image des hybrides

Pour Christian Huyghe, la décision n'a pas qu'un impact réglementaire, elle va aussi changer l'image des quatre variétés résistantes, assimilées en France à des hybrides, ce qui les dessert. "En France, il y a un traumatisme sur les hybrides", remarque-t-il. Il explique que les ResDur n'ont rien à voir avec des hybrides directs. "Nous n'avons gardé que les gènes de résistance au mildiou et à l'oïdium du Muscadinia rotundifolia* mais tout le reste est du Vitis vinifera". En rejoignant la noble famille des Vitis vinifera, les variétés résistantes auront une image plus rassurante pour ceux qui ont des réticences.  « Que les variétés Inra-ResDur soient classées en Vitis vinifera, c’est la confirmation qu’elles sont aptes à produire des vins de qualité », se félicite Jean-Pierre Van Ruys, directeur général de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV).

A la conquête des vins d'appellation

La réglementation européenne prévoit que les vins AOP ne peuvent être issus que de cépages Vitis vinifera. Désormais, artaban, vidoc, floreal et voltis peuvent partir à la conquête des vins d'appellation d’origine contrôlée.

Il n'y a plus besoin d'attendre une évolution de la législation européenne actuellement en discussion à Bruxelles, donnant la possibilité de produire des vins d’appellation d’origine protégée intégrant des variétés non Vitis vinifera. Désormais, peu importe la levée de ce verrou réglementaire. « Quelle que soit l’issue de cette négociation, il y aura cette possibilité pour les quatre variétés », résume Jean-Pierre Van Ruys.

Pour Christian Huyghe, la décision va permettre d'accélérer le programme de création variétale en cours depuis 2013, qui vise à obtenir des nouvelles variétés résistantes et à typicité régionale. Les perspectives auraient été moindres "si les ResDur étaient restées coincées".

Lire aussi : Quels cépages planter pour demain

Un changement de statut à opérer en France

Mais il faut déjà que les variétés changent de statut en France. Car si floreal, voltis, artaban et vidoc sont inscrites depuis 2018 au catalogue français des variétés et classées, elles sont à ce jour considérées comme interspécifiques et ne peuvent donc être destinées qu'à des IGP ou VSIG. Il faut aussi bien évidemment que des ODG souhaitent faire entrer une ou plusieurs de ces variétés dans leurs cahiers des charges respectifs. Christian Huyghe souligne le rôle majeur de la génétique pour faire face aux enjeux tels que la réduction des intrants ou la mise en place des ZNT. "En 2019, en conditions réelles, nous avons obtenu une diminution de 95% des traitements fongicides". Il constate aussi que "les quatre premières variétés résistantes se vendent déjà très bien".

* Muscadinia rotundifolia est une vigne sauvage américaine du genre Vitis (mais différente de l'espèce vinifera cultivée en Europe), qui a apporté des gènes de résistance.

Et aussi :

Pas de décrochage pour les variétés résistantes

6 cépages à l'essai pour une future intégration en AOP bordeaux et bordeaux supérieur

Une vingtaine de variétés résistantes d'ici 2025

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole