Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Co-produits de la vigne
Les marcs et les vinasses peuvent devenir des amendements

La vigne ne donne pas que du vin. Outre l´eau-de-vie ou l´acide tartrique, les amendements font partie des co-produits de la vigne. Hier considérés comme déchets, ces produits trouvent aujourd´hui une valorisation écologique.


La distillerie de Thouarcé collecte la quasi-totalité des marcs frais issus des vendanges de Maine et Loire, auxquels s´ajoutent des ramassages en Loire-Atlantique et en Indre et Loire. Cela représente un tonnage annuel de 25 à 30 000 tonnes, qui vont être traitées, broyées et compostées: «la meilleure valorisation est d´en faire un amendement», confirment Olivier Duclaux, responsable du service technique et Philippe Drouet, de la CAPL.


Produit agréé pour l´agriculture biologique
Au terme de quelques mois d´ensilage, de compostage, de manutention, les marcs frais trouvent en effet un débouché en complément très riche en matière organique, ce qui présente un intérêt agronomique certain. «Pour une tonne, on relève 35 % de matière organique pure, d´origine végétale, sans mauvaise herbe ni résidu d´herbicide», souligne Philippe Drouet. Les analyses démontrent l´absence de métaux lourds et un pH d´environ 6,7. Le produit est agréé pour l´agriculture biologique. Ce procédé original, mis en place en 1989, souffre sans doute d´une plus grande difficulté d´utilisation. Adapté pour toutes les productions, il nécessite cependant un épandeur spécifique pour la viticulture. «Cela est un frein», admet Philippe Drouet. S´il trouve grâce auprès des agriculteurs, qui représentent un tiers de son débouché (sur 18 000 tonnes), il est également très prisé des composteurs qui l´associent à d´autres produits. A sa bonne valeur agronomique s´ajoute un prix attractif : 28,20 e/tonne franco, sachant que pour 10 000 unités de matière organique, il faudra apporter 3 tonnes d´amendement de marc de raisin.
©D. R.

Légende - Broyage des marcs
Le marc présente un intérêt agronomique certain.

Traitement des vinasses à la chaux
Les vinasses font, elles aussi, l´objet d´un traitement en vue d´utilisation en co-produits de la vigne. Environ 35 000 hectolitres, issus des vendanges, sont traités. Le procédé ne date pas d´hier. Il a été instauré en 1984 mais, depuis deux campagnes, la distillerie a porté ses efforts pour réduire les nuisances olfactives liées à ce recyclage des matières. Le programme consiste en un traitement à la chaux appliqué automatiquement dès que le pH augmente. Les 10 000 m3 de vinasses ainsi traitées sont épandus suivant un plan bien établi et des périodes précises, sur les herbages ou les terres à destination des cultures céréalières, tournesol et maïs. Un apport intéressant du point de vue agronomique : 50 unités d´azote, 60 unités de phosphore et 250 unités de potasse. La surface d´épandage de 400 hectares est largement suffisante et permet d´envisager l´épandage de volumes supplémentaires.
©D. R.

Légende - Prélèvement sur marcs frais
«Pour une tonne, on relève 35 % de matière organique pure, d´origine végétale, sans mauvaise herbe ni résidu d´herbicide».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Le satellite pour surveiller en temps réel l’état hydrique des parcelles de vigne

De quoi s’agit-il ? Le chercheur israélien David Helman et son équipe ont essayé d’…

Marjana Martinic, ancienne vice-présidente de l’Alliance internationale pour une consommation responsable (IARD). © G. Perrin
" Il y a des solutions plus efficaces pour réduire l’abus d’alcool que le Dry January »
Lors du colloque international consacré à la Prohibition du 5 au 9 novembre à Reims, une session était consacrée…
Un bilan très positif pour l’édition 2019 du Sitevi
Avec une fréquentation en légère hausse par rapport à 2017, le Sitevi conserve son statut de salon incontournable pour les…
Vignette
De l’expérimental à la cuvée sur-mesure
En Champagne, Julien Launois a commencé par tester l’impact des différentes chauffes d’un fût sur ses vins. Puis, celui de la…
Avec sa benne et son blocage de différentiel, le Jobber EV5 peut répondre aux attentes de certains viticulteurs. © Deltamics
Le courant passe pour les quads et les SSV
L’offre en quad et SSV électriques est encore très restreinte. Mais de nouveaux modèles, plus adaptés à la viticulture, sont…
Thomas Gomes (à droite) et Guillaume Clemenceau ont commencé par travailler la syrah sur une parcelle de Maury, avant de décider de planter ce cépage sur leurs domaines respectifs situés dans le vignoble de Bordeaux. © J. Gravé
La syrah fait de nouveaux adeptes dans les vignes
Avec le réchauffement climatique, de plus en plus de vignerons cherchent des solutions dans l’encépagement. Expérimenter la syrah…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole