Aller au contenu principal

« Les exploitations viticoles doivent apparaître comme des lieux où faire carrière »

François Purseigle, professeur des universités en sociologie, titulaire de la chaire Germea (groupe d’étude et de recherche sur les mutations des entreprises agricoles), livre son éclairage sur les problèmes de recrutement rencontrés dans la filière vitivinicole.

Il semble qu’il soit de plus en plus difficile de recruter en viticulture. Quelle est votre analyse ?

Cette question des problèmes de recrutement n’est pas spécifique à la filière vitivinicole. La crise de la Covid a montré les forces du secteur agricole mais aussi ses faiblesses. On a découvert que l’agriculture française ne repose plus uniquement sur un exercice familial du métier, mais sur un recours à de nouvelles formes de main-d’œuvre.

Quand on regarde les chiffres, sur la période 2000-2016, on constate que les exploitations agricoles qui font appel à du salariat de manière prépondérante ont augmenté de 23 %, même si elles ne représentent que 6 % des entreprises et 14 % de la production (cf. infographie). Dans le même laps de temps, les exploitations agricoles qui ont recours de manière prépondérante à de la main-d’œuvre externalisée et à de la sous-traitance de type entreprise de travaux agricole, Cuma, voisinage, ont progressé de 53 %.

Le secteur viticole contribue de manière très importante au développement de la sous-traitance dans le secteur agricole. Certaines familles viticoles vont même jusqu’à déléguer l’intégralité des travaux à des tiers. Sur la même période, le travail de type familial, ou basé sur une seule personne, a chuté de 37 % ; le binôme familial de 49 % !

On assiste à la fin d’un type d’exploitation en termes de prise en charge du travail et de gestion de la main-d’œuvre. L’ensemble des tâches, qu’elles soient basiques (vendanges, ébourgeonnage, etc.) ou de management, est concerné par cette évolution. C’est une transformation profonde. Cela fait du secteur agricole un secteur comme un autre et non plus une exception.

Pourquoi ce désintérêt ?

Les métiers du salariat agricole n’incarnent pas toujours la modernité, la transformation, mais plutôt l’assignation. Les exploitations viticoles n’apparaissent pas comme des lieux où le travail puisse être attractif, du fait d’une gouvernance et d’une organisation du travail différentes des entreprises que les jeunes ont connues dans leurs expériences antérieures. Il y a en outre une incapacité à donner à voir les perspectives qu’elles peuvent offrir. Or les métiers du salariat peuvent être synonymes de haute technicité et de montée en compétences.

Quels conseils donneriez-vous pour remédier à cette situation ?

Pour attirer des salariés, il faut assurer les jeunes qu’ils pourront vivre de ce métier, et montrer tous les efforts qui ont été faits pour améliorer les conditions salariales. Il faut également expliquer qu’il est possible de concilier vie personnelle et professionnelle ; que les coups de bourre sont temporaires.

Enfin, il est essentiel que les exploitations se réorganisent et apparaissent comme un lieu où on peut construire, faire carrière. Le poste peut être présenté comme une étape vers autre chose : un passage au statut cadre, une association, une reprise d’exploitation. Pour attirer des cadres dans le management, dont il y aura de plus en plus besoin, il faut donner des objectifs, comme une conversion du système, un changement d’organisation, etc.

La dépendance au salariat ne va faire qu’augmenter. Des campagnes de communication ne seront pas suffisantes. Il faut prendre à bras-le-corps cette problématique, créer de nouvelles formes de partenariats avec les établissements de formation.

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Le Dyna-Drive est un outil de travail du sol auto-animé réalisant un mulchage en superficie.
« Le Bomford Dyna-Drive est un outil interrang entre le rolofaca et le rotavator »

Jérôme O’Kelly utilise depuis quatre ans un outil de travail du sol auto-animé.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole