Aller au contenu principal

« Les audits de taille motivent les salariés »

Jean-Baptiste Soula, directeur général de Bordeaux Vineam, qui regroupe près de 300 hectares de vigne en Aquitaine, a instauré des audits de taille. Focus.

Les audits de taille sont l'occasion d'échanger et de se conseiller entre collègues.
Les audits de taille sont l'occasion d'échanger et de se conseiller entre collègues.
© Réussir SA

Depuis quand proposez-vous des audits de taille et pourquoi ?

Nous avons systématisé les audits de taille l’an dernier, car notre groupe est dans une optique de professionnalisation du métier. Nous avons mis en place beaucoup de procédures et avons une dizaine de certifications sur les six sociétés. Nous ne cherchons pas à porter des médailles mais nous avons réussi à faire accepter l’idée d’une amélioration continue. Nous sommes partis du plus pressé, à savoir la sécurité au travail, vers le moins pressé, c’est-à-dire la production, et notamment la taille. Dans ce domaine, nous avons arrêté de payer à la tâche. Nous avons remplacé les primes au rendement par des primes à la qualité. Cette dernière est évaluée via les audits.

Jean-Baptiste Soula, directeur général de Bordeaux Vineam,estime que les retombées des audits de taille sont excellentes

En quoi consistent-ils ?

Il s’agit d’audits internes, menés par les référents, le directeur technique, moi-même, etc. Les référents, qui sont les agents de maîtrise encadrant les tailleurs, ont tous fait des formations à la taille. Ils sont amenés à contrôler leurs équipes aussi bien que celles de nos autres propriétés, pour des audits croisés.

Concrètement, l’auditeur se rend sur une parcelle à l’impromptu. Tout le monde arrête de travailler, et il regarde les rangs un par un. Chaque tailleur a une rangée marquée de sa couleur par un lacet disposé sur le piquet de tête, ce qui permet de travailler de manière personnalisée. Nous vérifions en priorité si les tailleurs portent leurs EPI. Cela fait partie de la note finale, c’est primordial. Ensuite, nous regardons si la lame du sécateur est affûtée, si le rang est bien marqué, si le tailleur dispose de fil de rechange et s’il y a un fil cassé non réparé. Puis nous passons à l’équilibre du pied, à l’adaptation à la vigueur, à l’existence d’un cône de dessèchement, à l’absence de coupe mutilante, à la taille en biseau, à la présence de biseau opposé au bourgeon, aux oublis de pieds ou de bois.

Chaque point d’audit est assorti d’un coefficient : 15 pour le port des EPI, 10 pour l’équilibre du pied, 5 pour un fil non réparé, etc. Nous compilons tout cela dans un document, qui est ensuite saisi sur ordinateur. Cela nous permet de suivre l’évolution de chaque tailleur sur les trois mois de taille. En début de campagne, nous réalisons deux zones par semaine. Ensuite, nous passons à un audit hebdomadaire, puis nous nous concentrons sur les tailleurs les plus en difficulté. À la fin, un audit mensuel est suffisant.

Les salariés prennent du plaisir à cet audit. Cela les amène à se conseiller entre eux, et leur permet d’échanger ensemble sur leur façon de tailler. Ils sont très investis, apprécient que l’on s’intéresse à ce qu’ils font et qu’on les accompagne pour évoluer. Nous insistons beaucoup sur les points forts de leur travail.

Quels sont les principaux problèmes constatés ?

Là où il y a le plus de difficultés, c’est sur l’importance du cône de dessèchement (du chicot, N.D.L.R.). Les gens ont l’habitude de tailler ras et de ne pas en laisser. Ensuite, la réflexion sur la charge n’est pas toujours optimisée. Il faut prendre en compte le diamètre des rameaux. S’ils sont trop maigres, il ne faut pas laisser trop d’yeux. Ce n’est pas naturel pour eux. Tout comme la taille en biseau, qui n’est pas instinctive. Ce sont les trois points qui reviennent le plus.

Mais nous avons démarré les audits la semaine dernière et les retombées sont déjà excellentes. Nous sommes à 97 % de qualité de taille. Les tailleurs ont gardé leurs bonnes habitudes acquises la saison dernière.

repères

Bordeaux Vineam, à Saint-Magne-de-Castillon, en Gironde

Six propriétés Château Moulin à Vent, Château Grillon, Château Rocher Bellevue, Château Bourdicotte, Château Grand Ferrand et Château la Salagre

Surface 270 hectares

Certifications bio, National Organic Program (NOP), China National Organic Product Standard, biodynamie, HVE3, ISO 9 001, ISO 14 001, IFS/BRC, RSE en cours, Sedex, Natura 2 000

Nombre de salariés 34

Les plus lus

Le Biogel d’AquaGreen Protect est pulvérisé sur la vigne sous forme de mousse. En séchant, cette dernière protégerait la vigne du gel.
Lutte contre le gel de la vigne : deux nouveaux produits un peu givrés

Deux firmes viennent de lancer des produits visant à lutter contre le gel de la vigne via la création d’une gangue protectrice…

Le poudrage est souvent réservé à la période sensible.
Soufre poudre ou mouillable : les critères de choix en vigne
Bien que le soufre mouillable ait de nombreux avantages en termes d’emploi, la forme en poudre n’est pas à négliger. Elle permet…
Certains constructeurs combinent une tondeuse à une rogneuse.
Les rogneuses traînées, synonymes de productivité

Les rogneuses traînées sont des machines offrant de bons débits de chantier, adaptées à des surfaces minimales de 30 à 40…

Fabien Marie, viticulteur en Charente-Maritime : « La rogneuse traînée est incomparable en termes de maniabilité dans les tournières. »
« Je gagne en débit de chantier avec ma rogneuse traînée »

Viticulteurs et entrepreneurs en Charente-Maritime, Laurent et Fabien Marie sont équipés de deux rogneuses traînées. Un…

René Becker, consultant et formateur indépendant, spécialiste de la biodynamie.
« En 100 ans, la viticulture en biodynamie n’a jamais été aussi actuelle »

René Becker, consultant et formateur en biodynamie, dresse un bilan et des perspectives pour la biodynamie à l’occasion du…

Le biochar épandu au pied des vignes permet d'améliorer la rétention en eau, selon des observations récentes.
Quels produits utiliser contre la sécheresse en viticulture ?

Qu’ils agissent sur la plante pour les biostimulants, ou sur le sol pour les biochars, il existe des leviers pour aider la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole