Aller au contenu principal

Cépages secondaires
" Le problème est l´absence de politique de diffusion des cépages conservés en France" estime Robert Plageoles

Aujourd´hui vigneron retraité, Robert Plageoles, à l´initiative du retour de l´ondenc dans le gaillacois, reste passionné par les cépages. Il déplore un manque de diffusion des cépages conservés en France.

Robert Plageoles
© J.GRAVÉ


Quel est votre sentiment sur la politique de conservation des cépages en France ?
Robert Plageoles : J´ai été l´un des premiers à m´intéresser à l´histoire des cépages. La France a une bonne politique de conservation. Le domaine de Vassal à Marseillan dans l´Hérault, placé sous la responsabilité de l´Inra, conserve quelque 3000 variétés différentes, ce qui en fait l´un des plus important au niveau mondial. Le problème est qu´il n´y a pas de politique de diffusion. En France, l´existence de conservatoires du potentiel de certains cépages secondaires est complètement méconnue. Il est vrai que les conservatoires régionaux se multiplient. Mais cela ne sert pas à grand-chose, mis à part à l´intérêt conservatoire.

Pour Robert Plageoles « la réglementation est pour beaucoup dans la difficulté de faire connaître les cépages secondaires. » ©D. R.


Qu´est-ce qui empêche la diffusion des cépages originaux ?
Il y a plusieurs raisons. Tout d´abord, les vignerons français ne se sentent pas concernés. Et il a fallu les prémices d´une crise pour que ceux qui avaient des choses différentes commencent à intéresser le reste de la viticulture. Par ailleurs, la réglementation est pour beaucoup dans la difficulté de faire connaître les cépages secondaires. Il semble que le décret d´appellation n´ait été écrit qu´une seule fois. Il est complètement figé dans le temps.
Pourtant, dans un contexte de réchauffement climatique, il faudra bien s´adapter. Je tiens à rappeler qu´au 15e et 16e siècle, le gaillacois a connu une période de forte chaleur - jusqu´à 50 ºC en été - ce qui a amené à importer des cépages du sud de l´Italie, d´Espagne ou du Maghreb. C´est à cette époque que le morrastel a été implanté dans notre région. Par ailleurs, les cépages secondaires du gaillacois comme l´ondenc ou le verdanel sont bien adaptés à la fois à la chaleur et au froid.

Parlez-nous de votre expérience de réintroduction de certains cépages sur votre exploitation.
Nous avons de l´ondenc, du mauzac noir, du prunelard et du verdanel. Au départ nous ne cultivions que de petites parcelles pour étudier le cépage. Nous avons souvent très peu d´informations sur lui, seuls des textes anciens qui en soulignent leur intérêt. Lorsque j´ai planté de l´ondenc en 1983, j´avais lu que c´était le seul cépage à pouvoir rivaliser avec les plus grands sauternes. Nous l´avons vinifié en liquoreux. Notre expérience intéresse beaucoup de monde car les gens se lassent des cépages planétaires. Ils recherchent un retour aux sources et les vins que nous proposons, parce qu´ils respectent le principe d´adaptation des cépages au terroir, sont bien adaptés à cette demande. Par ailleurs, nos vins ne sont pas passés en barriques pour obtenir des vins qui expriment pleinement les arômes de ces cépages.

Robert Plageoles fait paraître en novembre aux éditions Jean-Paul Rocher un ouvrage intitulé La saga des cépages gaillacois et tarnais en 2000 ans d´histoire. ©D. R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole