Aller au contenu principal
Font Size

Oenologie
Le « goût de bouchon » aura son analyse officielle

Les contrôles de bouchons s´harmonisent : on s´oriente vers une méthode officielle de dosage des trichloroanisoles, responsables des goûts de bouchon.

© Réussir


Une méthode « officielle » pour doser les molécules responsables des goûts de bouchon est en cours de normalisation Afnor et Iso. Elle devrait permettre d´harmoniser les résultats entre les différents laboratoires et les bouchonniers, résultats qui, pour l´instant, varient singulièrement pour un même lot de bouchons, suivant les protocoles adoptés. La méthode normalisée ne concernera que le contrôle des lots de bouchons liège neufs et sera basée sur le dosage du 2,4,6- TCA (trichloroanisole) relargable par les bouchons, c´est-à-dire susceptible de migrer du bouchon dans le vin.
Pour cela, les bouchons seront mis à macérer pendant 24 heures dans ce qu´on appelle un « simulant vin » (une solution d´eau et d´éthanol acidifiée et tamponnée). Et c´est cette solution qui sera ensuite analysée (par micro extraction en phase solide, chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse) et non les bouchons.

 

©D. R.


Les autres méthodes seront marginalisées. C´est le cas des méthodes qui dosent la totalité des TCA contenus dans les bouchons, préalablement broyés. « Elles sont trop maximalistes, explique Jean-Michel Riboulet, responsable du laboratoire Cevaqoe à Toulouse. Elles dosent la totalité du 2,4,6-TCA alors que seuls quelques pour cent à 25 % du contenu initial en 2,4,6-TCA migrent vers le vin. » Quand aux méthodes basées sur l´olfactométrie, « elles ne sont pas opérationnelles aujourd´hui sur les molécules concernées. Les teneurs recherchées sont trop faibles pour une bonne précision », estime Jean-Michel Riboulet.

Reste le problème de l´échantillonnage, qui divise encore les spécialistes. Combien faudra-t-il prélever de bouchons et combien faudra-t-il en analyser à la fois pour être représentatif ? « Il vaut mieux faire cinq analyses de lots de dix bouchons plutôt qu´une seule sur un lot de 50 bouchons », estime pour sa part Jean-Michel Riboulet. « Car plus on augmente le nombre de bouchons par macération, plus on risque de biaiser les résultats » : un bouchon qui relargue beaucoup de TCA peut ne pas être repéré si les 49 autres relarguent peu. Par contre, la multiplication excessive des dosages coûtera vite trop cher : il faut compter de l´ordre de cent euros par dosage. La question n´est pas encore tranchée.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole