Aller au contenu principal

" Le Giec confirme les scénarios les plus difficiles pour la viticulture "

Trois questions à Jean-Marc Touzard, directeur de recherche à l’Inra de Montpellier, et co-animateur, avec Nathalie Ollat, du projet Laccave qui étudie les effets du changement climatique sur la vigne et le vin, et les adaptations possibles.

" Depuis 2000 ans, la viticulture s’est constamment adaptée et cela va continuer. Mais ce qui est nouveau, c’est la vitesse du changement climatique, " estime Jean-Marc Touzard.
" Depuis 2000 ans, la viticulture s’est constamment adaptée et cela va continuer. Mais ce qui est nouveau, c’est la vitesse du changement climatique, " estime Jean-Marc Touzard.
© J.-C. Gutner

Le nouveau rapport publié par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec)  indique que les conditions climatiques risquent de devenir défavorables plus rapidement que prévu pour de nombreux vignobles. Atténuer les effets du changement climatique et s’adapter sont les seules voies possibles, selon Jean-Marc Touzard.


Quels sont les éléments nouveaux qu’apporte le dernier rapport du Giec ?


Ce rapport confirme que les scénarios climatiques les plus difficiles pour la viticulture se dessinent à l’horizon 2050 et pourraient même devenir insurmontables pour certains vignobles d’ici 2100. Et 2050 ce n’est que dans 35 ans, soit moins que le cycle de vie d’une plantation de vigne. Il n’y a pas d’autres possibilités que d’atténuer les effets de ce changement climatique en limitant les émissions de gaz à effets
de serre et surtout de s’y adapter par l’innovation ou la relocalisation. C’est tout l’enjeu du projet Laccave.


Quelles sont à ce jour les possibilités d’adaptation ?


Depuis 2000 ans, la viticulture s’est constamment adaptée et cela va continuer. Mais ce qui est nouveau, c’est la vitesse du changement climatique. Il va falloir compter à la fois sur les innovations qui viennent de l’expérience et des échanges entre vignerons de différentes régions et sur la création en laboratoire de variétés et de techniques nouvelles. Des innovations qui devront être gérées au niveau régional et même à l’échelle des terroirs.


Une prise de conscience s’est-elle opérée chez les vignerons ?


Selon les enquêtes menées, le changement climatique n’est pas leur préoccupation principale. Mais si les vignerons ne sont pas les premiers responsables des changements à venir, ils peuvent contribuer à en atténuer les effets.
Par exemple, en piégeant davantage de carbone dans les sols ou en menant une réflexion sur les transports et la logistique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole