Aller au contenu principal

La sélection parcellaire, "mot-clé" des vendanges 2021, selon l'ICV

L’épisode de gel du mois d’avril a entraîné une très forte hétérogénéité de maturité dans les vignes d'Occitanie. Pour les consultants de l’ICV, le défi du millésime sera de bien maîtriser la sélection parcellaire.

transport vendange Réussir Vigne
© Simonneau

Dans l’Hérault, comme dans la plupart des vignobles touchés par le gel, l’hétérogénéité de maturité des baies est visible à l’œil nu. « Au sein d’une même parcelle, on observe actuellement des grappes au stade petit pois et d’autres qui sont encore à fin floraison. Il y a donc un écart de maturité de deux semaines, que l’on retrouvera au moment des vendanges », annonce Benoît Planche, consultant à l’ICV Hérault. Pour lui, la qualité du prochain millésime, annoncé dans la région avec 10 à 12 jours de retard par rapport à 2020, repose en grande partie sur la sélection parcellaire.  

Lire aussi " Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations "

Commencer la classification dès maintenant

La classification des parcelles selon l’hétérogénéité et l’objectif profil produit, s’annonce fastidieuse. « Je conseille de commencer dès maintenant, même si on aura une vision de la situation plus claire à fin véraison », commente Benoît Planche. Il rappelle que la protection phytosanitaire doit être calée sur les grappes les moins avancées en maturité. « Attention, avec les orages des derniers jours, on observe dans l’Hérault de premières sorties de black-rot », glisse le consultant. Et livre quelques conseils pour « amener la vendange jusqu’au bout ». « Il est préférable de limiter la concurrence hydro-azotée en détruisant l’enherbement, surtout dans les plantiers. Et pour les domaines qui sont équipés, l’irrigation peut être un vrai coup de pouce », détaille-t-il.

Lire aussi " Tirer profit de l'hétérogénéité intraparcellaire "

-15% d’inflorescence par rapport à 2020 dans l’Hérault

D‘après les comptages d’inflorescence menés début juin par l’institut, il y a en moyenne 13 à 14 inflorescences par souche. « C’est bien inférieur à 2017, qui avait jusqu’ici le record de la plus petite récolte », prévient Benoît Planche. En moyenne, entre 2011 et 2020, on comptait 17 à 18 inflorescences par pied sur les cépages de référence dans la région. Le nombre d’inflorescences est donc en baisse de 24% par rapport à la moyenne des 10 dernières années, et en baisse de 15% par rapport à 2020.

Un possible phénomène de compensation

D’importantes coulures ont été observées sur grenache noir, un cépage particulièrement sensible, mais aussi sur cabernet sauvignon, merlot et muscat.  « En 2017 dans le Val de Loire, on a vu que la vigne compensait le manque de grappes en produisant de plus grosses grappes. C’est une option qui n’est pas à exclure, mais il est trop tôt pour le savoir », indique Benoît Planche. Sur certaines parcelles, la question de l’intérêt de sortir les machines à vendanger sera plus que jamais d’actualité cette année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Dans le cadre d'un bail, les aménagements d'agroforesterie s'envisagent de façon variable selon que l'intention de plantation intervient alors que le bail se conclut ou si c'est en cours de bail. © J.-C. Gutner/Archives
Parcelles en fermage et agroforesterie viticole : ne plantez pas à la va-vite !
L’agroforesterie viticole fait partie des solutions agroécologiques ayant le vent en poupe. Les notaires de Jurisvin sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole