Aller au contenu principal

Oenologie
La perméabilité à l´oxygène des bouchons varie du simple au centuple

Les bouchons synthétiques laissent entrer beaucoup plus d´oxygène dans les bouteilles que les bouchons techniques et les capsules à vis.


Quel bouchon faut-il choisir en fonction du vin que l´on met en bouteilles ? La question n´a pas encore de réponse toute faite, mais elle interpelle de plus en plus vignerons et chercheurs. Le choix d´un bouchon s´effectue en fonction du risque de relargage de TCA, de ses qualités physiques, mais également en fonction de sa perméabilité à l´oxygène, qui joue un rôle important sur l´évolution du vin embouteillé. Pour les vins blancs fruités à boire rapidement, on recherche un bouchage le plus hermétique possible, pour éviter l´oxydation des arômes. Pour un vin rouge tanique, le passage d´une petite quantité d´oxygène peut être bénéfique.
Pour y voir plus clair, la Faculté d´oenologie de Bordeaux (1) (en collaboration avec la société Amorim) a d´abord mesuré la perméabilité à l´oxygène de neuf bouchons sur des bouteilles couchées : deux synthétiques (Nomacorc et Supremecorq), trois lièges naturels (44x22, 44x24, 44x26), un colmaté, un aggloméré, deux techniques (le Twin Top, avec deux rondelles de liège, et le Neutrocork, composite).

" Tous les bouchons transmettent beaucoup d´oxygène le premier mois. Ensuite la diffusion est plus lente, explique Cédric Saucier qui a suivi l´étude à la Faculté. Les synthétiques sont les plus perméables, le Supremecorq laissant passer 1,5 mgO2/litre/mois. Suivent les bouchons en liège naturel, dont la perméabilité est très variable d´un bouchon à l´autre, même pour des bouchons de même diamètre. Enfin la palme de l´étanchéité revient aux bouchons techniques et à l´aggloméré, avec 0,01 mgO2/litre/mois. " Les Bordelais ont poursuivi leur étude en incluant trois joints de capsules à vis, qui s´avèrent relativement étanches, " mais pas complètement, même pour le joint Saran ".
Les Australiens s´intéressent également de près à la perméabilité à l´oxygène des bouchons. L´AWRI (Australian Wine Research Institute) a mesuré la perméabilité à l´oxygène de 35 bouchons en liège naturel choisis au hasard. Les résultats sont encore plus hétérogènes que ceux des Bordelais : la perméabilité varie de 0,001 à 1 cm3 d´O2/bouchon/jour. En ce qui concerne les synthétiques, on se situe entre 0,005 et 0,01 cm3. Comparativement, les capsules à vis à joints Saran ne laissent passer que 0,001 cm3. Certains bouchons en liège naturel seraient donc aussi étanches qu´une capsule à vis et d´autres plus perméables qu´un synthétique. Les Australiens ont également montré que, le corps des bouchons en liège est assez étanche à l´oxygène, qui pénètre dans la bouteille essentiellement par les bords du goulot, alors que le corps des bouchons synthétiques est lui perméable à l´oxygène.
Ces résultats risquent d´évoluer, les fabricants de synthétiques travaillent à la mise au point de bouchons plus étanches. L´AWRI étudie la perméabilité des nouveaux bouchons comme les bouchons en verre et les bouchons en liège dotés de membranes synthétiques aux extrémités (Procork).
©Faculté d´oenologie

Mesure de la perméabilité : à chacun sa méthode
Plusieurs méthodes permettent de mesurer la perméabilité à l´oxygène des bouchages. La Faculté d´oenologie a opté pour une méthode colorimétrique. Les bouteilles bouchées sont remplies d´une solution de carmin d´indigo, qui a la propriété de passer du jaune en milieu réducteur au bleu foncé en milieu oxydatif. La solution était étalonnée pour des quantités d´oxygène connues.
L´AWRI en Australie a recours à la méthode Mocon. La mesure s´effectue sur des cols de bouteilles bouchées, coupés du reste de la bouteille et collés sur un équipement spécial hermétique, qui mesure directement les sorties d´oxygène sous le bouchon.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole