Aller au contenu principal

« Je gagne en débit de chantier avec ma rogneuse traînée »

Viticulteurs et entrepreneurs en Charente-Maritime, Laurent et Fabien Marie sont équipés de deux rogneuses traînées. Un investissement qui leur permet d’abattre 30 à 35 hectares par jour.

Fabien Marie, viticulteur en Charente-Maritime : « La rogneuse traînée est incomparable en termes de maniabilité dans les tournières. »
Fabien Marie, viticulteur en Charente-Maritime : « La rogneuse traînée est incomparable en termes de maniabilité dans les tournières. »
© L. Vimond

« Nous avons acheté notre première rogneuse traînée Provitis Elixo il y a six ans, se souvient Fabien Marie, viticulteur et entrepreneur de travaux viticoles à Réaux-sur-Trèfle, en Charente-Maritime. À l’époque, un collègue du secteur avait eu un prototype du constructeur alsacien. Le voir travailler nous avait interpellés et nous avait poussés à acheter un des tout premiers modèles de série (34 000 euros à l’époque). » Depuis, un deuxième appareil, acheté 36 500 euros et qui attaque sa seconde campagne, a rejoint le parc matériel, car le premier modèle était pleinement occupé, voire un peu juste les années difficiles, pour les 130 hectares de l’exploitation et de prestation.

Le premier atout de cette machine est sa maniabilité. « Dans les bouts de parcelle, on ne se pose pas de question. C’est comme un pulvérisateur traîné, confie Fabien Marie. On peut commencer à tourner avec le tracteur avant d’être complètement sorti du rang : la machine restera bien alignée dans le rang jusqu’au bout. Avec une rogneuse portée, il faut être vigilant et veiller à rester bien aligné jusqu’à la sortie complète du tracteur du rang. Et pareil pour la reprise de rang. »

 

 
Le train roulant à voie variable et le double essieu à balancier contribuent à la stabilité de la rogneuse moins sensible au roulis que les modèles portés.
Le train roulant à voie variable et le double essieu à balancier contribuent à la stabilité de la rogneuse moins sensible au roulis que les modèles portés. © L. Vimond

Dès lors que les tournières sont suffisamment larges et qu’il n’y a pas à toucher aux réglages des lamiers, les demi-tours s’enchaînent à vitesse grand V : il n’y a pas de manipulation à faire sur le relevage ou sur l’outil. « C’est là que l’on se rend compte de l’impact des demi-tours dans le débit de chantier », lance-t-il. 

Lire aussi : Les rogneuses traînées, synonymes de productivité

Le viticulteur prend pour exemple récent la comparaison avec une rogneuse portée deux rangs, évoluant dans une belle parcelle voisine, semblable à celle dans laquelle Fabien Marie travaillait. « Sur la longueur, nous avancions à la même vitesse, relate le viticulteur, mais j’étais plus efficace dans les demi-tours : tous les deux allers-retours, je lui 'mettais un passage dans la vue'. » Et même dans les tournières courtes, la machine traînée est à son avantage.

Une vitesse d’avancement jusqu’à 8 ou 9 km/h

Dépendant du dimensionnement des parcelles, le débit de chantier journalier peut atteindre 30 à 35 hectares. Pour les premiers rognages, c’est le confort du chauffeur dans le tracteur qui est le facteur limitant. Lors des passages plus tardifs, ce sont les ameneurs rotatifs qui deviennent le facteur limitant. « Si on veut bien relever les bouts qui tombent sans les casser, on ne peut avancer beaucoup plus que 8 à 9 km/h », résume Fabien Marie.

Autre caractéristique appréciée par le viticulteur, la stabilité. « Par rapport à la portée sur roues, les montes de pneumatiques sont plus grosses et la machine vibre moins, détaille-t-il. La voie variable hydraulique que l’on adapte à l’interrang et le train roulant à balancier contribuent à la stabilité de la machine. » Sur la route, la machine demeure aussi plus stable qu’un modèle porté et très facile à conduire. De même, les opérations d’attelage et de dételage sont plus aisées. « Il n’y a pas d’hydraulique à brancher, pas de troisième point. Juste deux bras d’attelage, un cardan et le joystick à installer en cabine, résume Fabien Marie. En dix minutes, on a dételé le pulvé et attelé la rogneuse. »

Les plus lus

Le Biogel d’AquaGreen Protect est pulvérisé sur la vigne sous forme de mousse. En séchant, cette dernière protégerait la vigne du gel.
Lutte contre le gel de la vigne : deux nouveaux produits un peu givrés

Deux firmes viennent de lancer des produits visant à lutter contre le gel de la vigne via la création d’une gangue protectrice…

Le poudrage est souvent réservé à la période sensible.
Soufre poudre ou mouillable : les critères de choix en vigne
Bien que le soufre mouillable ait de nombreux avantages en termes d’emploi, la forme en poudre n’est pas à négliger. Elle permet…
Certains constructeurs combinent une tondeuse à une rogneuse.
Les rogneuses traînées, synonymes de productivité

Les rogneuses traînées sont des machines offrant de bons débits de chantier, adaptées à des surfaces minimales de 30 à 40…

Fabien Marie, viticulteur en Charente-Maritime : « La rogneuse traînée est incomparable en termes de maniabilité dans les tournières. »
« Je gagne en débit de chantier avec ma rogneuse traînée »

Viticulteurs et entrepreneurs en Charente-Maritime, Laurent et Fabien Marie sont équipés de deux rogneuses traînées. Un…

René Becker, consultant et formateur indépendant, spécialiste de la biodynamie.
« En 100 ans, la viticulture en biodynamie n’a jamais été aussi actuelle »

René Becker, consultant et formateur en biodynamie, dresse un bilan et des perspectives pour la biodynamie à l’occasion du…

Le biochar épandu au pied des vignes permet d'améliorer la rétention en eau, selon des observations récentes.
Quels produits utiliser contre la sécheresse en viticulture ?

Qu’ils agissent sur la plante pour les biostimulants, ou sur le sol pour les biochars, il existe des leviers pour aider la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole