Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Interprofession
Interloire face au défi de l'unité

© Pascal Girault/Interloire

InterLoire est plus que jamais devant un défi : celui de maintenir l'unité des appellations du val de Loire autour d'une organisation commune. Alors que deux appellations ont quitté le navire, qu'une s'apprête à le faire et qu'une interprofession d'IGP vient de se créer, le challenge de l'unité est plus que jamais au coeur des préoccupations des dirigeants de l'interprofession. Le nouveau tandem avec Gérard Vinet en président fraîchement élu, et Benoît Stenne, directeur général, recruté en janvier 2013, parviendra-t-il à maintenir cette unité et développer les actions interprofessionnelles, notamment sur le plan de la gestion économique du bassin ? Dans cette organisation, les forces vives sont tellement concentrées sur la communication que certains n'hésitent pas à comparer InterLoire à " une agence de communication ". Le montant des CVO est calculé suivant un budget commun qui s'élève à 2,35 EUR/hl (et qui se concentre sur les actions collectives Loire) et un budget variable pour financer les actions de promotion spécifique à chaque appellation. Ce budget est parfois supérieur au budget collectif, de quoi permettre une appropriation par chaque appellation de sa communication tout en restant dans le bateau d'InterLoire. Reste que certains n'hésitent pas à prendre leur autonomie, même si elle reste toute relative dans cette région de mixité de production : un double jeu qui a de quoi laisser sceptique. L'enjeu est donc de permettre à chaque appellation de réinvestir InterLoire, et de donner une nouvelle dimension de services aux opérateurs. L'interprofession a sans nul doute un rôle à jouer en donnant une nouvelle dynamique de gestion économique que ce soit sur le plan de la gestion collective (la fixation des rendements) ou sur le plan de la structuration de la filière notamment sur la commercialisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole