Aller au contenu principal
Font Size

Interprofession
Interloire face au défi de l'unité

© Pascal Girault/Interloire

InterLoire est plus que jamais devant un défi : celui de maintenir l'unité des appellations du val de Loire autour d'une organisation commune. Alors que deux appellations ont quitté le navire, qu'une s'apprête à le faire et qu'une interprofession d'IGP vient de se créer, le challenge de l'unité est plus que jamais au coeur des préoccupations des dirigeants de l'interprofession. Le nouveau tandem avec Gérard Vinet en président fraîchement élu, et Benoît Stenne, directeur général, recruté en janvier 2013, parviendra-t-il à maintenir cette unité et développer les actions interprofessionnelles, notamment sur le plan de la gestion économique du bassin ? Dans cette organisation, les forces vives sont tellement concentrées sur la communication que certains n'hésitent pas à comparer InterLoire à " une agence de communication ". Le montant des CVO est calculé suivant un budget commun qui s'élève à 2,35 EUR/hl (et qui se concentre sur les actions collectives Loire) et un budget variable pour financer les actions de promotion spécifique à chaque appellation. Ce budget est parfois supérieur au budget collectif, de quoi permettre une appropriation par chaque appellation de sa communication tout en restant dans le bateau d'InterLoire. Reste que certains n'hésitent pas à prendre leur autonomie, même si elle reste toute relative dans cette région de mixité de production : un double jeu qui a de quoi laisser sceptique. L'enjeu est donc de permettre à chaque appellation de réinvestir InterLoire, et de donner une nouvelle dimension de services aux opérateurs. L'interprofession a sans nul doute un rôle à jouer en donnant une nouvelle dynamique de gestion économique que ce soit sur le plan de la gestion collective (la fixation des rendements) ou sur le plan de la structuration de la filière notamment sur la commercialisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole