Aller au contenu principal

Interprofession
Interloire face au défi de l'unité

© Pascal Girault/Interloire

InterLoire est plus que jamais devant un défi : celui de maintenir l'unité des appellations du val de Loire autour d'une organisation commune. Alors que deux appellations ont quitté le navire, qu'une s'apprête à le faire et qu'une interprofession d'IGP vient de se créer, le challenge de l'unité est plus que jamais au coeur des préoccupations des dirigeants de l'interprofession. Le nouveau tandem avec Gérard Vinet en président fraîchement élu, et Benoît Stenne, directeur général, recruté en janvier 2013, parviendra-t-il à maintenir cette unité et développer les actions interprofessionnelles, notamment sur le plan de la gestion économique du bassin ? Dans cette organisation, les forces vives sont tellement concentrées sur la communication que certains n'hésitent pas à comparer InterLoire à " une agence de communication ". Le montant des CVO est calculé suivant un budget commun qui s'élève à 2,35 EUR/hl (et qui se concentre sur les actions collectives Loire) et un budget variable pour financer les actions de promotion spécifique à chaque appellation. Ce budget est parfois supérieur au budget collectif, de quoi permettre une appropriation par chaque appellation de sa communication tout en restant dans le bateau d'InterLoire. Reste que certains n'hésitent pas à prendre leur autonomie, même si elle reste toute relative dans cette région de mixité de production : un double jeu qui a de quoi laisser sceptique. L'enjeu est donc de permettre à chaque appellation de réinvestir InterLoire, et de donner une nouvelle dimension de services aux opérateurs. L'interprofession a sans nul doute un rôle à jouer en donnant une nouvelle dynamique de gestion économique que ce soit sur le plan de la gestion collective (la fixation des rendements) ou sur le plan de la structuration de la filière notamment sur la commercialisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole