Aller au contenu principal

Hygiène
Inter-Rhône valide trois procédés de désinfection des fûts

Inter-Rhône poursuit son programme de test des méthodes de désinfection des fûts. Trois méthodes ont été validées en 2013, et une quatrième nécessitera un examen plus approfondi.

L’hygiène des barriques est essentielle pour éviter la contamination du vin. Les procédés de désinfection sont de plus en plus nombreux.
L’hygiène des barriques est essentielle pour éviter la contamination du vin. Les procédés de désinfection sont de plus en plus nombreux.
© P. Cronenberger

Dans la croisade contre Brettanomyces, les équipementiers ne manquent pas d’imagination. Nicolas Richard, du service technique d’InterRhone, teste une à une les solutions proposées sur des barriques volontairement contaminées. “ Nous faisons le traitement, contrôlons la population une heure après, et nous suivons la recontamination d’un vin stérile et non sulfité pendant quatre mois ”, explique-t-il.


Des méthodes équivalentes en efficacité


En 2013, le traitement aux ultrasons a confirmé son intérêt. L’ozone liquide ayant été écarté en 2012, c’est un générateur d’ozone gazeux qui a été testé et validé cette année sur une barrique nettoyée au préalable. Le méchage sous pression a également montré son efficacité. “ La détente de 10 grammes de SO2 crée une surpression qui suffit à le faire pénétrer de 3 à 6 mm dans le bois ”, précise Nicolas Richard. La troisième méthode validée, baptisée “ eau surchauffée ”, est à la limite entre la vapeur et l’eau sous pression. Enfin, la désinfection chimique avec un produit autorisé en bio et de composition mal identifiée a laissé Nicolas Richard perplexe : “ Une heure après traitement, la population était toujours importante sur le bois, néanmoins le vin stérile a mis beaucoup de temps à se re-contaminer. ” Une dernière salve de tests cette année permettra d’y voir plus clair.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole