Aller au contenu principal

Co-produits de la vigne
En Champagne, des marcs séchés pour limiter la pollution

La cave de Vincelles a installé un pressoir continu afin d´achever le pressurage des marcs. L´écoulement des jus dans l´environnement est ainsi largement réduit.


La Champagne connaît un rendement d´extraction faible comparé aux autres régions viticoles (102 litres de moût obtenus à partir de 160 kilos de raisins) qui peut être à l´origine de pollution : le jus des aignes (marcs) s´écoule lors des manipulations de collecte et de transport. La pollution, à l´échelle de l´aire d´appellation, que représenterait le rejet des jus d´aignes est estimé à plus de 5 000 tonnes de DCO(1), selon la Diren (Direction régionale de l´Environnement). Même si l´extraction des rebêches réduit cet impact environnemental, elle ne suffit pas à le résoudre entièrement.

Système de pressurage continu à la sortie des pressoirs classiques
Afin de limiter cette charge polluante, la coopérative de Vincelles a mis en place un système de pressurage continu à la sortie des pressoirs classiques : le marc pressé, mais encore humide, poursuit son trajet via un tapis roulant vers le pressoir continu terminant ainsi son assèchement. Maintenant secs, les marcs pourront être transportés à la distillerie sans risque de pollution. « Il ne s´agit en aucun cas de reprendre les rebêches. Notre premier souci est avant tout écologique », assure Tony Rasselet, directeur de la cave coopérative. « Les jus récoltés sont acheminés à la distillerie. »
Le coût de cette installation s´élève à 145 000 euros, dont environ 20 % sont à la charge de la coopérative. Les 80 % restants ont été subventionnés par la région, l´Agence de bassin ainsi que le distillateur de la coopérative. Ce dernier, Goyard, ayant contribué à hauteur de 23 000 euros, souligne l´intérêt technique de la séparation des arrivages : avoir d´un côté des marcs secs et de l´autre des jus, facilite le travail de distillation en aval.


(1) Demande chimique en oxygène : elle correspond à la quantité d´oxygène nécessaire pour oxyder les matières d´origine organique et minérale contenues dans les effluents.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole