Aller au contenu principal

Développer la vente directe en proposant l’adoption de ceps

Pour gagner en visibilité et développer ses ventes directes, le Château La Roque, dans l’Hérault, propose depuis fin 2019 d’adopter ses pieds de vignes. Malgré une année compliquée pour l’œnotourisme, les « adopteurs » ont été au rendez-vous.

Cuvée privée se charge de graver le médaillon au nom de l'adopteur et de le positionner dans les vignes. Chaque rang est numéroté afin de permettre à chacun de retrouver ses 6 pieds de vigne lors de la visite au domaine. © J. Gravé
Cuvée privée se charge de graver le médaillon au nom de l'adopteur et de le positionner dans les vignes. Chaque rang est numéroté afin de permettre à chacun de retrouver ses 6 pieds de vigne lors de la visite au domaine.
© J. Gravé

Adopter un pied de vigne, l’idée séduit de plus en plus de particuliers à la recherche d’un cadeau original. « Il est vrai que les adopteurs sont souvent des personnes à qui on a offert le parrainage. À leur tour, ils offrent des vignes à leurs proches », observe Natalia Romanchenko, responsable commerciale et œnotourisme au Château La Roque, en AOC pic-saint-loup. Depuis leur arrivée à la tête du domaine en 2015, Sylviane Mercandelli et Bertrand Barascud, les propriétaires, cherchent à développer l’œnotourisme et la vente directe. C’est via leur stagiaire en 2019 qu’ils découvrent l’offre de Cuvée privée. La jeune société achète un volume de bouteilles qu’elle revend sur sa plateforme en ligne avec une formule de parrainage. L’acheteur final adopte ainsi 6 pieds de vigne pour une durée de 1 à 3 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole