Aller au contenu principal

Des traitements viticoles plus précis avec les porte-buses PWM d’Optima Concept

Florent Grados, vigneron champenois, utilise le système d’Optima Concept avec porte-buses PWM depuis deux saisons. Il est conquis et a depuis équipé un autre pulvérisateur avec.

Florent Grados, viticulteur installé aux Riceys, dans l'Aube, traite depuis deux ans avec la technologie PWM. Il en est très satisfait.
Florent Grados, viticulteur installé aux Riceys, dans l'Aube, traite depuis deux ans avec la technologie PWM. Il en est très satisfait.
© C. de Nadaillac

Attendue de pied ferme par certains vignerons, la pulvérisation par PWM (pour Pulse Width Modulation - modulation de la largeur d’impulsion) semble tenir toutes ses promesses. Elle se base sur des systèmes qui permettent d’ouvrir et fermer les buses entre 10 et 100 fois par seconde et procurent une grande précision de traitement.

En outre, en jouant sur les temps d’ouverture et de fermeture de chaque buse, il est possible de faire évoluer en continu le dosage instantané par buse, tout en étant à l’optimal de pression pour chaque buse. Optima Concept a été l’un des premiers à investir le créneau avec son système SRP, fin 2019.

Traçabilité et évolution possibles via le Xenius

À cette même période, la Cuma à laquelle Florent Grados adhère souhaitait changer de pulvérisateur. « Notre Idéal sept rangs était cassé et nous voulions le remplacer, se remémore le vigneron champenois, installé aux Riceys dans l’Aube. Nous avons donc assisté à une réunion de la chambre d’agriculture, présentant tout ce qui se faisait en termes de pulvérisation. » Un commercial de chez Optima Concept était venu exposer son système SRP avec PWM. Le produit a séduit les adhérents de la Cuma. « Le côté traçabilité nous a bien plu, tout comme la possibilité d’augmenter les options au fil du temps », retrace-t-il.

Les porte-buses d'Optima Concept permettent d’ouvrir et fermer les buses très rapidement, ce qui procure une grande précision de traitement.

La Cuma saute donc le pas. Florent Grados démonte l’ancien pulvérisateur et en conserve la turbine, la cuve et le châssis. Il installe dessus des descentes face par face Amos équipées chacune de 3 buses Teejet XR 110 °(vertes) par hauteur, montées sur le système SRP avec PWM d’Optima Concept. Celui-ci se compose notamment d’une console DPAE Xenius, couplée à une antenne et à un débitmètre, qui commande des boîtiers et porte-jets entraînant électriquement l’ouverture et la fermeture rapide des buses, à une fréquence allant jusqu’à 30 Hz. L’investissement est revenu à 30 000 euros HT.

Précision et qualité de traitement sont au rendez-vous

Après deux campagnes complètes de traitement avec cet outil, le bilan est plus que positif. « Je suis extrêmement satisfait de ce système, résume Florent Grados. Le recouvrement entre deux buses est très bon. Si une buse est bouchée, nous sommes donc sereins, il y a peu de risques d’attaque. » Le vigneron apprécie en outre le fait que le jet soit constant. « Avec un pulvérisateur classique, en fin de rang, le jet s’étiole, note-t-il. Ce n’est pas le cas ici. » Le système permet d’éviter toute perte de pression et de charge, le porte-buse étant exempt de volume mort.

 

 
Florent Grados indique que la précision d’application est au rendez-vous : « si on veut appliquer 180 l/ha de bouillie, on en mettra 180 et pas 182 », observe-t-il. Il plébiscite aussi la qualité d’application. Cette année, il a effectué 8 passages entre 3,5 (dans les côtes) et 5 km/h avec cette rampe, avec des produits bio : cuivre et soufre, souvent additionnés de tisanes, petit lait ou autre. « Il n’y a aucun problème de bouchage, quel que soit le produit, témoigne-t-il. Toutes les zones sont bien touchées : la zone des grappes, la face inférieure des feuilles ; tout est couvert. »

 

Un gain de temps lors du nettoyage et de l’hivernage

Autre atout : la simplification du matériel et le gain de temps au nettoyage. Finies les nombreuses vannes Arag, il ne reste plus que la vanne de sécurité, celle d’arrêt et celle de régulation. « C’est une grosse amélioration et un sacré gain de temps lors de l’hivernage », se réjouit Florent Grados. De même, la circulation étant semi-continue, il n’y a pas de dépôt qui s’accumule en bas des descentes ; l’intérieur du fourreau ne se colmate pas. « Le nettoyage est beaucoup plus simple que sur le Polyjet par exemple », confirme le vigneron.

Depuis qu’elle utilise le système d’Optima Concept, la Cuma a déploré des problèmes de joints secs. L’humidité a pénétré dans les boîtiers, ce qui a grillé les bobines. « Mais c’est très facile à changer, tempère Florent Grados. Depuis, nous avons mis des joints de diamètre supérieur et nous n’avons plus eu de souci. » Il signale néanmoins que c’est un système un peu fragile. Toute inattention lors des traitements peut provoquer de petites casses.

Un système logiciel incompatible avec Carnot ou Mes Parcelles

Le boîtier Xenius enregistre toutes les opérations réalisées, ce qui est un plus dans le cadre de la traçabilité inhérente à la Cuma. Néanmoins, Florent Grados regrette qu’elle ne soit pas compatible avec Carnot, l’outil de traçabilité employé pour les autres travaux viticoles, ou avec Mes Parcelles. Ce qui oblige à tout ressaisir ou compiler manuellement. Un autre frein, psychologique celui-là, à l’emploi du système Xenius est la tablette. « Cela peut effrayer à première vue, mais c’est très simple et intuitif, rassure le vigneron. Quel que soit l’âge des adhérents de la Cuma, tout le monde s’y est mis facilement» La Cuma a donc déployé cette technologie sur un autre appareil cette année et devrait en équiper un troisième pulvérisateur en 2023.

Le système SRP est couplé au DPAE Xenius, dont le fonctionnement est très intuitif.
 

 

« La technologie est vraiment bien, conclut Florent Grados. En plus, elle est évolutive. On peut par exemple imaginer que demain, les buses soient couplées à un détecteur de végétation et se ferment lorsqu’il y a des manquants. » Une évolution sur laquelle Optima Concept planche en effet d’arrache-pied. « Nous terminons les tests de détection foliaire par ultrasons, dévoile Luc Lahy, ingénieur technico-commercial France chez Optima Concept. Nous espérons un lancement sous peu… »

repères

Champagne Émile Grados

Surface 5 hectares

Dénomination AOC champagne

Encépagement pinot noir (95 %) et chardonnay

Écartement interrang 1,05 m

Nombre de salariés 1

Production 4 500 cols

Circuits de commercialisation export

fiche technique

Optima Concept

Technologie jet porté face par face

Configuration testée 3 doubles descentes et deux simples en interrang pour vignes étroites

Rétrofit s’installe sur tout type de pulvérisateur dès lors qu’il est muni d’une soufflerie, d’une pompe et de descentes

ZNT homologation en cours

Prix de la configuration testée compter 21 000 euros HT pour la console Xenius, son équipement, l’antenne GPS, l’électronique, les capteurs de pression, débitmètres, vannes et porte-jets en inox, pour 9 descentes avec gestion individuelle des buses

Découvrez les autres articles de notre dossier Pulvérisateurs innovants :

Pulvérisateurs viticoles innovants : une campagne avec Bliss Ecospray, Optima Concept et Yanmar

Pulvérisateur viticole Bliss Ecospray : "les atouts du confiné sans les inconvénients"

Des traitements viticoles plus précis avec les porte-buses PWM d’Optima Concept

Une campagne viticole de traitement concluante pour le pulvérisateur robotisé de Yanmar

Plusieurs fabricants investissent le créneau des PWM

Air-D Control de Pellenc

Lors du Sitevi 2021, Pellenc présentait son Air-D Control. Déployé depuis en très petite série, ce pulvérisateur, destiné aux vignes étroites de 0,90 à 1,10 m de plantation, s’installe sur le porteur 140 de la marque, en vue de limiter les tassements du sol. Doté de deux cuves de 250 litres, il traite sept rangs en jet porté. Le constructeur a opté pour un repliage des rampes en accordéon afin de ne pas gêner l’accès à la cabine. L’Air-D Control est équipé de 4 sorties par hauteur pour effectuer un bon recouvrement de la végétation. La vitesse d’air pour l’application est de 220 km/h, « ce qui procure un bon brassage », avance Sébastien Lauprêtre, chez Pellenc. La firme a également planché sur la cellule afin d’optimiser la répartition de l’air. Pour ce qui est de la technologie PWM à proprement parler, Pellenc la sous-traite à Optima Concept. Le système disposant d’une électrovanne par jet, il est possible de gérer chaque sortie indépendamment via la tablette du porteur. Coupure de jet ou de tronçon sont ainsi possibles.

Smart Synthesis Hybrid de Caffini

Le constructeur italien Caffini présentait lui aussi son atomiseur équipé de PWM lors du Sitevi 2021. Le Smart Synthesis Hybrid repose sur un système de pulvérisation intelligente qui s’adapte au volume de feuillage. Il est équipé de jets portés (8 buses par côté) combinés à un flux d’air tangentiel et à des porte-buses à technologie PWM, dont la fréquence de travail varie de 0 à 10 Hz.

Deux capteurs à ultrasons en amont mesurent l’épaisseur de feuillage et modulent en fonction l’intensité du flux d’air, grâce à un entraînement électrique de la turbine de ventilation. Il ajuste également la quantité de bouillie par le biais de la technologie PWM qui permet, par un mécanisme d’ouverture/fermeture à haute fréquence, de faire évoluer le dosage sans impacter la taille des gouttelettes.

Les plus lus

Le fonds d'urgence annoncé par Marc Fesneau en réponse à la crise viticole et aux manifestations vient d'être mis en place.
Fonds d’urgence viticole : attention, les délais sont serrés !

Promis par le ministre de l’Agriculture suite aux manifestations, le fonds d’urgence est désormais opérationnel. Il est ouvert…

« Le risque de lancer une telle procédure s’évalue au cas par cas », Maître Louis Lacamp, avocat du viticulteur Rémi Lacombe

Les négociants bordelais Cordier et Maison Ginestet ont été condamnés le 22 février à verser 350 000 € au viticulteur Rémi…

Crise viticole : Marc Fesneau annonce un plan de 230 millions d'euros

Invité ce mercredi 31 janvier sur Sud Radio, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a dévoilé les mesures du plan viticole…

Pellenc lance le châssis polvalent économique et évolutif Combiviti.
Pellenc Combiviti - Un châssis porte-outils économique et évolutif

Pellenc complète son offre en châssis polyvalents, avec un modèle d'entrée de gamme et évolutif.

Le pulvé autonome Kfast est doté de quatre roues motrices et directrices.
Kubota/Fede - Un pulvérisateur automoteur et autonome pour les vignes et vergers

Kubota présente un robot de pulvérisation, le Kfast. 

agriculteur remplissant le réservoir de gasoil du servant de ferme. gazole non routier. gaz-oil. carburant. GNR. valet de ferme JCB.
Fiscalité : ce qui change pour les viticulteurs en 2024

Parmi les dispositions votées dans la loi de finances pour 2024, plusieurs peuvent concerner les exploitations viticoles. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole