Aller au contenu principal

Des réglementations à faire évoluer pour que la robotique se développe en agriculture

L’un des freins au développement de la robotique est réglementaire. Les constructeurs, notamment au travers de l’association Robagri, essaient de faire bouger les lignes et de travailler à une nouvelle réglementation qui prenne en compte la réalité du terrain.

Lancée récemment, la nouvelle génération de robots enjambeurs Ted 2 a pris de l'embonpoint (1,8 t contre 1 t avant). Disposant d'un châssis plus robuste, Ted 2 intègre quatre moteurs de roue de 3 kW chacun, contre 4 kW au total auparavant, sans impacter l'autonomie. Recevant des porte-outils entre roues (à l'arrière sur l'ancienne génération), Ted 2 peut désormais évoluer dans les pentes jusqu'à 30 %. © Naïo Technologies
La reglementation actuelle interdit aux robots de faire demi-tour en dehors des chemins privés.
© Naïo Technologies

« Aujourd’hui, un robot agricole ne peut évoluer que sur le domaine privé, explique Stéphane Duran, responsable de projets à Robagri, une association française regroupant 70 partenaires de l’industrie du machinisme agricole français. Or, dans les faits, par exemple en Champagne, les rangs de vigne se terminent au bord du chemin, ce qui oblige les robots à réaliser leurs demi-tours sur les chemins ruraux. » La législation impose également d’avoir un opérateur à proximité avec une commande permettant d’arrêter d’urgence le robot si besoin.

Autoriser les robots à traverser un chemin rural

Porte-parole des constructeurs auprès des instances ministérielles, l’association Robagri travaille à faire évoluer les réglementations, aussi bien pour autoriser un robot à traverser un chemin rural que pour l’autocertification des robots, via la directive machine.

« Au sein de cette directive, il existe bien une norme Iso 18 497 qui régit la sécurité des machines agricoles hautement automatisées, mais elle est incomplète, explique Stéphane Duran. Au niveau européen, avec le Cema (Comité européen du machinisme agricole, qui regroupe plusieurs syndicats de machines agricoles, dont l’Axema en France), nous travaillons, notamment par le biais d’expérimentations, à définir différents degrés d’automatisation, avec pour chacun plusieurs scénarios possibles. Et pour chacun d’eux, on définit les possibilités et les restrictions pour le pilote, qui peut être à côté ou à distance. »

Cette cartographie permettra aux constructeurs d’autocertifier leur matériel, une fois la nouvelle directive machine en place. Seules, les machines dites dangereuses (de type rogneuses) pouvant être embarquées sur les robots, ainsi que les composants de sécurité (caméra optique, lidar, dispositifs d’arrêt d’urgence) bénéficient d’une certification distincte.

Des évolutions prévisibles sur la réglementation des AOP

Acteur important concernant le volet réglementation au sein de l’association Robagri, Naïo Technologies a travaillé longuement à la cartographie. L’entreprise est désormais en attente de la rédaction officielle, « qui devrait voir le jour avant la fin 2021 », avance Gaëtan Séverac, directeur général de Naïo. Autre frein, la vitesse. « Dès lors que le robot circule à plus de 6 km/h, ce n’est plus un robot, mais un véhicule robotisé, explique Bernard Boxho, directeur de Vitibot. La réglementation qui s’impose est alors celle des véhicules autonomes, qui reste en partie à écrire. »

À moyen terme, d’autres réglementations pourront également être amenées à évoluer, à savoir les AOP. Certaines appellations stipulent que la taille doit être manuelle, par exemple : elles devront évoluer pour accueillir les futurs robots de taille.

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Eco-Dyn exposait un prototype de restructuration des sols viticoles sur le Sival 2024.
Un outil pour restructurer les sols viticoles compactés
L’entreprise ligérienne spécialisée dans les matériels biodynamiques et l’agriculture de régénération planche sur un outil…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole