Aller au contenu principal

Des nutriments pour doper les arômes

Une nouvelle génération de nutriments pour levures arrive sur le marché, annoncée comme capable de compenser les carences en azote des moûts tout en orientant les arômes produits par les levures.

André Fuster, AEB France : « Il est possible de compenser plus finement une carence en azote assimilable, en ajoutant des acides aminés dans les proportions qu’ils auraient naturellement s’il n’y avait pas de carence. C’est à dire en respectant la composition naturelle de chaque cépage. »
© C. Bioteau

La connaissance de la nutrition des levures en cours de fermentation alcoolique évolue régulièrement et, avec elle, la composition des spécialités commerciales de nutriments. On est passé du tout minéral au mix minéral-organique, et l’on arrive maintenant dans l’ère des nutriments à double rôle : nourrir les levures et orienter les arômes des vins. L’université de Turin en Italie travaille sur le sujet depuis 2015 avec le groupe AEB, à travers un projet de recherche baptisé Varietali. « On sait qu’il y a un lien entre les acides aminés du moût et la production d’arômes par les levures, rappelle André Fuster, référent technique zone sud chez AEB France. Nous avons donc étudié l’utilisation des acides aminés par les levures pour différents cépages. Notre objectif est d’affiner la nutrition organique des levures pour augmenter la formation d’arômes typiques d’un cépage donné. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole