Aller au contenu principal

De meilleurs tarifs pour les achats vitivinicoles en se groupant

Les tarifs étant dégressifs selon le volume d’achat, se grouper permet d’accéder à de meilleurs prix. Cette possibilité est facilitée par un logiciel collaboratif. Voici comment il fonctionne.

Le matériel de palissage se prête bien à l'achat groupé.
Le matériel de palissage se prête bien à l'achat groupé.
© P. Cronenberger

En 2018, constatant les écarts de prix obtenus d’un domaine à l’autre sur les agrofournitures, François Macarez a imaginé une solution d’achat groupé. Avec sa femme, ils ont développé un logiciel collaboratif d’achat groupé : Grouper Viti-Agri, qu’ils ont rebaptisé en 2021 Le Groupeur (legroupeur.com). Il permet de former un groupement d’achat. Il est aujourd’hui utilisé par six groupes viticoles, de types différents : ce sont soit des syndicats, des coopératives, des associations ou des vignerons indépendants. Au total, la solution compte 2 000 utilisateurs. Une nouvelle version de l’application vient d’être lancée.

L’union fait le meilleur tarif

Point de départ du projet, le groupe Grouper Viti-Agri est situé sur la zone de Mâcon. « Il comprend environ 120 viticulteurs auxquels j’ai rattaché une vingtaine de vignerons du nord de la vallée du Rhône (entre Ampuis et Tain l’Hermitage), qui souhaitaient constituer un groupe, mais qui n’avaient pas encore d’animateur », détaille François Macarez qui le dirige. « Ça a explosé depuis l’an dernier », souligne-t-il.

Depuis deux ans et demi, Laurent Cognard, vigneron sur 18 hectares à Buxy (Saône-et-Loire), fait partie de ce groupement. « On subit moins les hausses, ça donne un poids de négociation », apprécie-t-il. Il l’utilise notamment pour le matériel de palissage, les bouteilles, les films étirables ou les adhésifs. « Pour les bouteilles, commander à 15 vignerons permet d’accéder à un semi complet », illustre-t-il.

Effectuer la commande en une fois pour l’année et se faire livrer en avance est devenu la règle. Il estime que sans groupage, il aurait subi non pas de 10 à 15 % de hausse mais plutôt entre 30 à 40 %. « Pour la bouteille, nous fonctionnons avec deux approches, selon la taille des domaines. Pour les « petits » domaines, chacun commande ses 3, 8 ou 10 palettes sur le groupement et ensemble nous allons réussir à tirer un tarif camion », expose François Macarez. Pour des grosses structures, le dirigeant du groupement endosse un rôle d’acheteur. Le volume total d’achat annuel de la plateforme est un argument pour « essayer de gagner encore un peu. C’est du cas par cas », précise-t-il.

Malgré cela, il y a, comme pour les clients individuels classiques, des soucis de délais. « On embouteille 60 % de moins cette année, on pensait qu’il y aurait du volume de bouteille à vendre », s’étonne Laurent Cognard. Il pointe également une limite logistique. Son domaine est essentiellement situé sur la Côte Châlonnaise, ce qui peut l’obliger à se déplacer pour retirer certaines commandes sur Mâcon. Il n’y a pour l’heure que deux autres adhérents sur son secteur.

Le matériel de palissage comme fer de lance

Le groupement d’achat est tout particulièrement sollicité pour l’achat du matériel de palissage. « L’an dernier, à Grouper Viti-Agri, on avait commandé entre 120 et 130 bobines de fil de palissage. Cette année, on est monté à 270. Le volume a compensé la hausse : on est resté au même prix que l’an dernier, moins de 49 euros HT la bobine », se réjouit François Macarez.

« C’est aussi un moyen de trouver de nouveaux matériaux et outils avec un meilleur prix que si on était tout seul », considère Laurent Cognard. Le vigneron réfléchit ainsi avec un autre domaine à s’équiper d’une filmeuse de palette. La plateforme propose aussi du GNR mais François Macarez souligne que désormais, le fournisseur ne s’engage plus sur aucun tarif à l’avance. « On va peut-être gagner quelques centimes », espère-t-il. Pas de miracle cependant face à des hausses trop élevées. Pour les engrais, « on a été confrontés aux ruptures en 2021. Ça a tellement flambé que certains ont fait l’impasse », constate-t-il.

Le tarif varie selon le nombre d’utilisateurs

Le tarif varie selon la taille du groupe d’utilisateurs. Jusqu’à 50 membres, le coût annuel pour le groupe est de 1 050 euros HT, auquel s’ajoute un contrat de services de 45 euros HT par mois. Il comprend une journée de formation, l’hébergement professionnel sur un serveur dédié, la mise à jour en fonction des améliorations portées au site, la gestion et la maintenance des données sur les produits, les adhérents et les fournisseurs, les e-mailings, l’assistance technique. Chaque groupement a son propre modèle pour répercuter le coût.

Découvrez tout le dossier coûts de production ici : 

Des tuyaux pour maîtriser vos coûts de production en viticulture

Neuf conseils pour faire des économies de GNR avec son tracteur vigneron

« Outils passifs et gros débits de chantiers diminuent la consommation de GNR »

Quatre alternatives à l’achat de matériel viticole neuf

De meilleurs tarifs pour les achats vitivinicoles en se groupant

Christophe Tichadou, expert-comptable : « La maîtrise des coûts passe par leur connaissance »

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

Si la position des trois leaders de la machine à vendanger n'a pas changé, les parts de marché ont fortement évolué.
Immatriculations 2023 des machines à vendanger - Le marché se resserre

En chute, le marché des machines à vendanger est marqué par une progression des deuxième et troisième. 

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole