Aller au contenu principal

Covid-19
Coup de frein sur les ventes de vin en grandes surfaces

Si les Français se sont rués sur les produits de base, les ventes de vins sont restées à l’écart du réflexe de stockage. Elles subissent un recul marqué depuis le début du confinement.

Depuis l'annonce du confinement les rayons vin et alcools des grandes surfaces connaissent une très forte baisse de fréquentation.
© J.-C. Gutner

Les ventes du rayon alcools ont reculé de 3,4 % en grande distribution, entre le 13 et le 29 mars, selon les données Nielsen. Dans le même temps, l’ensemble de ventes alimentaires progressait de 26 %. Les très médiatisés apéros connectés ne compensent évidemment pas les occasions conviviales et festives, devenues les principaux moteurs des achats de boissons alcoolisées. Les premières données des ventes en grande distribution permettent de dresser 7 constats.

1 - Le rosé résiste mieux. C’est la seule catégorie de vin à progresser sur la période (+ 3,2 %), selon Nielsen. Sa consommation décalée, consensuelle entre générations, mixte entre apéritif et repas, et les journées ensoleillées jouent en sa faveur.

2 - Les effervescents sont durement touchés. Boissons festives par excellence et peu adaptées à une consommation sur plusieurs jours, le champagne et les effervescents connaissent les plus fortes baisses des rayons alcools.

3 - La part de marché du BIB progresse, en magasins comme en drive. Son aspect pratique trouve tout son sens en permettant de limiter l’encombrement par rapport au volume transporté et une consommation fractionnée.

4 - La bière reste dynamique. Elle offre une variété de formats, de 25 cl au fût, permettant une consommation individuelle et fractionnée.

5 - Les hypermarchés sont délaissés. Très fréquentés la veille du confinement, ils voient le flux des consommateurs se réorienter vers des surfaces plus proches. Seulement 6 % des Français vivent à moins de 5 minutes d’un hypermarché souligne Nielsen. Ce mouvement, déjà engagé avant le Coronavirus, va probablement s’ancrer encore davantage puisque le confinement s’allonge. L’institut IRI avance une progression des vins tranquilles de 13,3 % en commerces de proximité mais un recul de 12,5 % en hypermarchés.

6 - Le drive et la livraison à domicile explosent. « C’est le circuit star de cette période, toujours extrêmement dynamique la dernière semaine de mars à + 59 % », commente Éric Marzec, directeur d’unité chez IRI, interviewé par nos confrères de la lettre Agra VSB. Il fait état d’une hausse de 69 % des ventes de vins tranquilles en e-commerce (drive et livraison).

7 - Les relations entre fournisseurs et distributeurs sont plus solidaires. Chez Dauvergne & Ranvier, négociant-éleveur dont la grande distribution est le principal client, François Dauvergne veut noter « le respect dont on fait preuve plusieurs enseignes à l’égard des fournisseurs. Certains ont accéléré les paiements. Il y a eu des échanges sur la partie logistique pour assurer la fluidification ». « Ce qui me marque c’est cette prise de conscience qu’il faut être solidaires dans l’épreuve », insiste-t-il. Il cite aussi en exemple un négociant concurrent qui l’a dépanné pour un embouteillage alors que la chaîne de son prestataire est arrêtée. Un esprit qu’il faut espérer durable, dans cette période économique incertaine ouverte par l’épidémie de Covid-19.

 

Lire aussi " Les cavistes limitent la casse grâce à la livraison à domicile "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion. © Inra
Lutter contre le mildiou par confusion sexuelle ?
Un groupe de chercheurs français vient de faire une découverte importante sur les gènes du déterminisme sexuel du mildiou, ce qui…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Cinq questions sur les analyses de résidus de pesticides dans les vins menées par l'association Alerte aux toxiques
La publication le 15 septembre dernier des résultats d’analyse de résidus de pesticides dans 22 vins dont une majorité certifiés…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole