Aller au contenu principal

Bientôt une levure de synthèse en laboratoire

La recherche en microbiologie fondamentale progresse rapidement. On annonce même des levures « Frankenstein » pour l’année prochaine dans les laboratoires de recherche. Pour l’instant le monde du vin reste lui attaché à des levures plus naturelles.

La synthèse biologique de levures de fermentation en laboratoire a principalement pour but de faire avancer les connaissances sur le génome du micro-organisme. © C. BIOTEAU
La synthèse biologique de levures de fermentation en laboratoire a principalement pour but de faire avancer les connaissances sur le génome du micro-organisme.
© C. BIOTEAU

Qu’est-ce qu’une levure de synthèse ?

La levure attendue est une Saccharomyces cerevisiae aux chromosomes dits de synthèse biologique, c’est-à-dire entièrement fabriqués par l’homme à partir de molécules et non issus d’une levure parent vivante. Saccharomyces cerevisiae possède 16 chromosomes, porteurs de 6 000 gènes.

Où en est-on ?

Un consortium de recherche international rassemblant plus de 200 chercheurs travaille à la création d’une telle levure. Les 16 chromosomes ont déjà été synthétisés avec succès. Mais pour l’heure, ils sont dans des laboratoires différents et n’ont pas encore été rassemblés. « Notre objectif est de réunir ces 16 chromosomes dans une unique cellule. Nous l’atteindrons durant l’année 2021 », a estimé le professeur Sakkie Pretorius, chercheur à l’université australienne Macquarie et membre du consortium.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole