Aller au contenu principal

Assurance récolte : un objectif de 60 % d’assurés en viticulture

L’essentiel du nouveau dispositif d’assurance récolte est désormais connu. Il rentrera en application le 1er janvier 2023. Il se veut plus protecteur et plus incitatif.

En rendant l'assurance récolte multirisque plus incitative, le gouvernement espère presque doubler le taux d'assurés d'ici 2030.
En rendant l'assurance récolte multirisque plus incitative, le gouvernement espère presque doubler le taux d'assurés d'ici 2030.
© JC. Gutner

Le nouveau dispositif d’assurance récolte multirisque climatique prévu pour entrer en application le 1er janvier 2023 a pour ambition d’inciter fortement les agriculteurs à s’assurer. En viticulture, le gouvernement vise un taux d’assurance de 60 % d’ici 2030, sachant qu’il était de 34 % en 2020. En vue d’atteindre ce résultat, l’assurance récole multirisque a subi un énorme lifting.

Une distinction entre risques assurables et non assurables

Pour qu’elle soit plus attrayante, la subvention et l’indemnisation montent en puissance. Pour les risques assurables, confiés aux assureurs, le seuil de déclenchement et de franchise est fixé à 20 %.

Le contrat d’assurance multirisque climatique sera subventionné à 70 %, au lieu de 65 % auparavant. L’État s’est enfin engagé à appliquer le règlement européen Omnibus, chose réclamée de longue date par la filière. À partir de 50 % de pertes, le risque est considéré comme exceptionnel et non assurable ; c’est la solidarité nationale qui prend le relais.

Une prise en charge par la solidarité nationale variable

Le dispositif renforce l’incitation à l’assurance par un autre moyen. Il privilégie fortement les assurés en cas de pertes exceptionnelles. En effet, l’État prend alors à sa charge 90 % de l’indemnisation si l’exploitant a souscrit une assurance multirisque climatique.

Lire aussi | Risques climatiques : comment l’indemnisation va diminuer pour les non-assurés ?

Pour les non-assurés, la part sera réduite de moitié, soit 45 % la première année, donc dès 2023. Ce taux sera ensuite dégressif, passant à 40 % en 2024, puis à 35 % en 2025. Le dispositif s’accompagne d’une hausse importante de l’enveloppe de la gestion des risques climatiques. Elle pourra grimper jusqu’à 680 millions d’euros contre 280 millions d’euros aujourd’hui. Une « clause de revoyure annuelle » est prévue pour d’éventuels ajustements.

Les valeurs de référence en question

Si l’Association générale de la production viticole (AGPV), par la voie d’un communiqué, a salué les avancées de la réforme, elle a néanmoins pointé le problème des valeurs de référence pour calculer les pertes. « Nos organisations tiennent à rappeler que l’attractivité renouvelée du dispositif ne sera complète qu’avec la révision indispensable et urgente de la méthode de détermination de la référence historique. En effet, la moyenne olympique ou la moyenne triennale sont actuellement un véritable frein à l’efficience du contrat », estimait-elle, le 12 septembre dernier. Un changement n’est toutefois pas évident, car l’usage de la moyenne olympique pour calculer la référence d’indemnisation des pertes de récolte découle d’un accord international sur l’agriculture signé avec l’OMC en 1994. Sa révision, voire sa suppression, nécessite de ce fait une mobilisation au niveau européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vinitech-Sifel - 23 nouveautés découvertes lors de la prévisite !
Les stands sont presque tous achevés prêts à accueillir les visiteurs du Vinitech-Sifel. Petite prévisite du salon du côté des…
Broyeur, épandeur, pulvérisateur... Guillaume Guiroux est équipé pour réaliser quasiment tous les travaux de la vigne au quad.
« Le quad a été pour moi une solution économique à l'installation »
Dans le Var, Guillaume Guiroux s’est lancé dans la viticulture sans tracteur, un choix économique et agronomique. Aujourd’hui…
John Deere lance une nouvelle gamme de tracteurs spécialisés haut de gamme.
John Deere - Des tracteurs spécialisés jusqu'à 136 chevaux
John Deere présente une gamme de tracteurs pour vignes larges made in Mexique.
RVI300_GEL_RTECH_NIV3
R-Tech - Un bon tuyau pour lutter contre le gel des vignes
La société bourguignonne R-Tech commercialise depuis peu une gaine chauffante pour lutter contre le gel.
Le groupe arrachage planche sur le financement de l'opération. Il y aurait besoin d'une enveloppe d'environ 100 millions d'euros.
Le groupe de travail arrachage des vignes est sur les rails
Un groupe de travail planche sur le financement de l’arrachage des vignes via le Feader.
Preview image for the video "Farmtrac - Une gamme de tracteurs vignes et vergers".
VIDÉO Farmtrac - Une gamme de tracteurs vignes et vergers
Le constructeur indien Farmtrac débarque sur le marché des tracteurs spécialisés avec le FT6075EN.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole