Aller au contenu principal

AromaLoc préserve les arômes fermentaires

Après de longues années de développement, la société AromaLoc lance son système permettant d’éviter la fuite des composés aromatiques volatils en même temps que le CO2 durant la fermentation alcoolique.

Le système AromaLoc se présente comme un boîtier en inox fixé au dessus de la cuve. Il récupère le gaz de l'espace de tête et ne laisse s'échapper que le CO2. Les composés aromatiques volatils restent ainsi dans la cuve. © AromaLoc
Le système AromaLoc se présente comme un boîtier en inox fixé au dessus de la cuve. Il récupère le gaz de l'espace de tête et ne laisse s'échapper que le CO2. Les composés aromatiques volatils restent ainsi dans la cuve.
© AromaLoc

Éviter la perte des arômes volatils au cours de la fermentation, c’est ce sur quoi travaille le professeur américain Dick Jones depuis près de dix ans. En 2016, Réussir Vigne présentait dans ses colonnes le prototype du scientifique . Quatre ans après, son procédé est développé, breveté et commercialisé. Pour rappel, l’idée ingénieuse de cet ancien professeur de pneumologie est de filtrer grâce à une membrane les gaz qui sortent de la cuve, en ne laissant s’échapper que le CO2. Les molécules aromatiques, plus grosses, sont quant à elles gardées dans la cuve. « La perte d’arômes dans une cuve classique peut dépasser les 50 % et déprécier la qualité du vin fini », observe Dick Jones. Ainsi le système AromaLoc récupère le gaz de l’espace de tête de la cuve, capte les composés aromatiques et les renvoie dans l’espace de tête. Cela permet non seulement de les conserver, mais aussi de maintenir une concentration importante en haut de la cuve, ce qui évite l’évaporation de nouveaux composés. « Nous avons cherché à avoir une méthode non-invasive qui ne perturbe pas l’itinéraire de fermentation, facile à utiliser, bon marché et peu énergivore », explique le professeur américain. AromaLoc se présente comme une boîte en inox de 9 kg et de 30 centimètres de côté, branchée sur du 12 V et raccordée au haut de la cuve. Le système se met en route au moment du pic de CO2 et opère jusqu’à la fin de la fermentation alcoolique. La machine actuelle est adaptée à des cuves contenant jusqu’à 50 hl de moût.

Les vins traités sont jugés plus fruités, souples et agréables

Des analyses de vin réalisées par chromatographie en phase gazeuse (spectrométrie de masse) ont montré une augmentation de la concentration en molécules aromatiques dans les modalités traitées avec l’AromaLoc. En particulier les éthyles et acétates d’ester, généralement liés aux caractères fruités. Les alcools de fusel, responsables de mauvais goût, sont quant à eux moins bien préservés, ce qui explique que les dégustateurs jugent les modalités AromaLoc plus fruitées mais aussi plus souples et agréables.

Outre les États-Unis, de nouvelles expérimentations auront lieu cette année en Allemagne et au Canada. Le système AromaLoc n’est pas encore distribué en France, mais l’entreprise se dit intéressée pour travailler avec un importateur ou même en direct avec des producteurs français qui auraient envie de tester le procédé. « Nous serions également très heureux de pouvoir collaborer avec des instituts techniques français intéressés par notre technologie », laisse savoir le dirigeant.

comprendre

Principe de fonctionnement d’AromaLoc

Lors de la fermentation alcoolique, une partie des composés aromatiques, très volatils, s’échappent en suivant le même chemin que le CO2. L’Américain Dick Jones, ancien professeur de médecine pulmonaire, a imaginé un système permettant de piéger les molécules odorantes, plus grosses que le dioxyde de carbone. Grâce à une membrane extrêmement mince, perméable au CO2 mais pas aux molécules plus grosses, Aromaloc discrimine les différents composés gazeux issus de la fermentation alcoolique. Ainsi, lors de celle-ci, la cuve est fermée de façon hermétique et une pompe récupère les gaz présents dans l’espace de tête. Le flux passe de façon tangentielle le long de la membrane, et renvoie les composés aromatiques volatilisés vers la cuve, tout en évacuant le dioxyde de carbone.

Principe de fonctionnement d’AromaLoc 

Source : AromaLoc.

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Thomas Fabre-Barthez a réalisé un semoir dans le cadre d'une formation de l'Atelier paysan.
« Grâce à l'autoconstruction, mon semoir viticole m'est revenu à 4 000 euros »

Thomas Fabre-Barthez, vigneron dans l'Hérault, coopérateur pour les vignerons d’Ensérune sur 7,5 hectares, a construit…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole