Aller au contenu principal

[VIDEO] Le prix des drêches a doublé : les éleveurs de l’Est s'organisent

Les éleveurs de l’Est veulent relocaliser la valorisation des drêches de brasserie. Les prix sont passés de 25 €/tonne à plus de 50 €/tonne. Une hausse qui force certains producteurs de lait à préférer le soja américain. 12 éleveurs se mobilisent avec la création d’un GIE.

Les drêches sont appétentes, sont source de protéines, sans OGM, ont un effet galactogène, elles favorisent le bilan carbone. Les avantages sont nombreux. Seul hic : le prix.  En 3 ou 4 ans, les tarifs ont été fortement réévalués, passant de 25 à plus de 50 €/tonnes. A regret, les éleveurs se tournent vers du soja « de l’autre bout du monde ».

 

Drêches : les éleveurs veulent s'engager sur trois ans

Dans les années 90, 80 % des drêches locales étaient consommées en Alsace-Lorraine. Désormais, deux tiers quittent ce territoire. Dans un contexte sociétal en attente de circuit-court, 12 producteurs ont donc monté un GIE. 130 éleveurs les soutiennent. Leur objectif : mieux négocier avec les brasseries du secteur. « On veut leur proposer un partenariat gagnant-gagnant. Collectivement, nous voulons nous engager sur un volume de 31 5000 tonnes et sur une période de trois. Nous demandons que les drêches soient restituées à un prix maximum de 40 €/tonne dans nos fermes », explique Johann Vevert, éleveur à Remoncourt (Meurthe-et-Moselle).

 

Plus d’information sur le site du Paysan du Haut

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Publicité